Jean-Louis Perrin passe le relais à l’AFA Feyzin-Vénissieux

Après plus de quarante ans passés à la présidence du club d’athlétisme, Jean-Louis Perrin tire sa révérence, remplacé par Corinne Dolls. Retour sur un riche parcours.
Premiers pas

Outre les sports basiques proposés à l’école, j’aimais bien courir, seul, déjà du côté des Grandes Terres, sans être licencié dans un club. Ce n’est que vers 19 ans que j’ai pris une licence à l’ASVEL. J’étais ce que l’on appelle un bon petit coureur de niveau régional sur 800 m et 1 500 m. Aujourd’hui, ce serait plutôt du niveau départemental.
Mes premiers pas avec un club datent de 1973 : je donnais un coup de main à Francis Deyris, un moniteur d’éducation physique, en école d’athlétisme. L’année suivante, je devenais le secrétaire à tout faire de Feyzin Club Belle-Étoile, presque président par intérim. Ce que je deviendrais un an plus tard, en succédant à René Saillant.

Premiers émois

Incontestablement, la création d’une épreuve de propagande, un 5 000 mètres d’exhibition, le 1er mai 1974. Marcel Ramillier, notre maire, était fan d’athlétisme, il avait réussi à se procurer le numéro de téléphone d’Alain Mimoun. C’est moi qui ai dû l’appeler. Au bout du fil, je pensais tomber sur sa secrétaire ou un chargé de communication et je tombe directement sur lui. Sans aucune hésitation, il avait accepté de venir « couper le ruban ». Pendant quelques années encore, le 1er mai, je lui téléphonais pour donner des nouvelles de notre manifestation.

Premiers temps forts

Il y en a eu quelques-uns : la création de l’association feyzinoise d’athlétisme en 1977. Puis de l’AFA Feyzin-Vénissieux en 2009. On avait déjà mis un pied à Vénissieux, en 2001, en nous occupant de la section d’athlétisme pour enfants de Gabriel-Péri avec Gilles Florenson et Myriam Cœur comme entraîneurs. Gilles Giordano n’avait pu mener à bien la pérennité du club d’athlétisme de Vénissieux (ACV), il nous a rejoints.

Premiers doutes

La tentative de création de l’Entente Sud Lyonnais d’Athlétisme avec le club de Pierre-Bénite, en 1998. J’y ai coupé court afin d’éviter les tensions, qui allaient crescendo entre les partisans (dont je faisais partie) et les détracteurs. Dans la foulée, on a entamé des discussions avec les adjoints au sport des villes proches de Feyzin, de Vénissieux à Ozon, en passant par Corbas et Sérézin. Ça n’a pas été plus loin.

Premiers trophées

Sur le plan sportif, on a régulièrement des athlètes qui s’illustrent sur le plan départemental, régional voire national. En élite, c’est moins évident. Bien évidemment, on a Kevin Campion qui est devenu le leader incontesté du club jusqu’à son départ, il y a deux ans, au Stade Dieppois, quittant l’AFA Feyzin/Vénissieux après 19 années passées chez nous. On a également Thomas Couturier qui a été champion de France en sprint, et Nathalie Abancourt, championne de France espoir au lancer du poids.

Premiers pas en marche nordique

Un stagiaire venu au club était prêt à créer une section. Joël Vala, de la Direction municipale des Sports de Vénissieux avait toujours voulu créer un événement sur le plateau des Grandes Terres : ça a fait tilt, et puisque la Ville de Vénissieux était partante, il y a eu un bon timing. Dès la première édition en 2011 de la Marche Nordique, on a eu plusieurs centaines de participants. On est le premier club du comité du Rhône à avoir organisé une compétition de marche nordique propre.

Derniers pas à l’AFA

Je suis encore là comme secrétaire et ma femme Gervaise est trésorière. J’avais envisagé de finir en 2024. Mais la crise sanitaire a précipité les choses, on a vu le nombre de nos licenciés tomber de 533 à 437 (certains ne sont pas encore à jour). Je crains la prochaine rentrée… On l’a vu, il n’y a plus de compétitions, peu de possibilités de s’entraîner (ou alors à six avec un entraîneur habilité), j’ai pensé que c’était le bon moment, afin de permettre à Corinne Dolls de prendre le relais en douceur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *