Implants Essure: « Nous sommes empoisonnées à vie »

Quatre femmes, dont Anne-Cécile Groléas, militante associative et conseillère municipale à Vénissieux, attaquent l’État en responsabilité. Des analyses menées par un laboratoire indépendant sur les implants Essure prouvent leur toxicité.

« On vient de comprendre que nous sommes empoisonnées pour la vie, nous avons été cobayes à l’implantation, cobayes à l’explantation et cobayes pour le reste de notre vie. Nous sommes là, pimpantes devant vous, mais nos symptômes persistent. » Dans la voix d’Anne-Cécile Groléas, la colère et l’émotion transparaissent. Avec trois autres femmes victimes des implants Essure, la militante associative et conseillère municipale vénissiane d’opposition tenait une conférence de presse, le 10 février dernier, à la maison des avocats à Lyon. Elles ont annoncé leur décision de « porter plainte contre l’État ».

Ces patientes ont fait réaliser auprès du laboratoire indépendant Minapath, basé à Villeurbanne, des analyses qui « prouvent la toxicité des implants ». Le Dr Michel Vincent, fondateur de ce laboratoire, après avoir analysé les implants Essure et les tissus utérins de 25 patientes explantées, a conclu à une « altération majeure de la zone de la soudure de l’implant qui semble éclatée et susceptible de déverser de nombreuses particules d’étain qui ont pu essaimer le long de l’implant ».

Cela confirme l’hypothèse de la première étude réalisée en mars 2019 par un chargé de recherche à  l’ENS (École normale supérieure de Lyon), concluant que le dispositif Essure se dégrade dans le corps des femmes. « En se dégradant, il libère nécessairement des particules de métaux lourds qu’il contient. »

Les patientes porteuses doivent toujours subir une hystérectomie, souligne le Dr Gilles Sournies, chirurgien, gynécologue, obstétricien, qui a toujours refusé de poser ce type d’implants. « Elles sont plus de 90 % à souffrir d’adénomyose (affection du muscle de l’utérus, ndlr). »

Les quatre femmes et leur avocat ont adressé une demande « en fin de semaine passée » à la ministre de la Santé Agnès Buzyn pour qu’elle « reconnaisse la faute de l’État », a précisé Me Stephen Duval. Sans réponse de la ministre dans un délai de deux mois, une procédure sera introduite devant le tribunal administratif.


POUR EN SAVOIR PLUS

Les implants Essure, dispositif médical implantable, sont un dispositif de stérilisation féminine irréversible. Il s’agit d’une tige métallique de quelques centimètres, souple, entourée de spires métalliques. Le processus d’obstruction est total à trois mois de l’implantation. Dans la mesure où la trompe de Fallope est totalement bouchée, ni l’ovule, ni les spermatozoïdes n’y circulent plus. Aucune fécondation n’est possible. 175 000 femmes auraient été implantées en France.
Le dispositif a été mis sur le marché en France en 2002 et retiré en septembre 2017. Il était commercialisé par le laboratoire Conceptus de 2002 à 2013, cette société rachetée par le laboratoire Bayer l’a exploité jusqu’en septembre 2017.
Le 19 avril 2019, près de 70 patientes et leurs proches ont déposé une plainte pénale contre X auprès du pôle santé du tribunal de grande instance de Marseille.

6 pensées sur “Implants Essure: « Nous sommes empoisonnées à vie »

  • 8 mai 2020 à 15 h 55 min
    Permalink

    Bonjour
    J’ai eu aussi un implant essure en 2009 avant cette intervention j ‘ était très bien
    très dynamique , joyeuse , une vie sociale et j’ ai commencé à être fatiguée un état d’ épuisement avec des douleurs . J’ ai consulté mon médecin rien, puis ma rhumato bien sûr cachets infiltrations toujours rien. Puis elle m’a orienté a l hôpital et fibromyalgie . Quelle test je pourrais faire ????

  • 13 février 2020 à 15 h 08 min
    Permalink

    Bonjour,
    Je suis aussi une victime des implants essures!
    En 2007, on m’a implanté à la clinique des bazennes sur dunkerque.
    En 2015, on me détecte une fybromialgie.
    C’est en discutant avec ma kiné d’une de ses patiente qui elle a des clips. Elle me parle d’aller voir ce qui se dit sur l’association R.E.S.I.S.T
    Et là, Je commence à comprendre que d’autre personne témoigne de leurs symptômes qui sont très similaires à ceux que je ressente. J’ai 45 ans.
    Le 16 décembre 2020, je subie une hysterectomie totale.
    Cela fait pratiquement 2 mois maintenant et le lendemain même de mon opération, je n’ai plus ses douleurs articulaires, musculaires, douleurs dorsales et brulures cervicales au quotidien. Je revie!!!
    De plus, avant le retrait de mon utérus, j’ai appris que j’étais allergique ++ au nickel. Cela fait 12 ans que mon corps subis.
    Je voudrai avoir conseille sur les démarches judiciaire.
    Pouvez vous m’aider. Cordialement

  • 13 février 2020 à 15 h 06 min
    Permalink

    Je suis aussi victime de essure implantée en 2009 et retiré en 2017 par salpingectomie je souffre encore au quotidien c est un véritable cauchemar toujours fatiguée moi qui etait si sportive je lutte au quotidien pour arriver a avancer dans ma vie .

  • 13 février 2020 à 11 h 33 min
    Permalink

    Bonjour. Jai 56 ans jai eu une ligature des trompes en décembre 2013

    Je souffre dune pathologie importante qui me donne des douleurs musculaires ou neurologiques qui ne sont pas liées à
    l essure et je prend des antidouleurs continuellement.
    Par contre j’aimerai savoir si ces douleurs peuvent être amplifiées par cette ligature .
    Mon gynéco ne veut pas m’ôter ces essures
    Pouvez vous me conseiller merci

  • 13 février 2020 à 9 h 00 min
    Permalink

    Bonjour, je suis moi même concernée par l implant essure, il m a été implanté à l hôpital de bourgoin jallieu en 2010, depuis mon état ne cesse de se dégrader : douleur permanente au ventre, musculaires articulaires, accompagnées d une fatigue intense dès le matin . J ai 50 ans et je ne me reconnais plus moralement. Vous pouvez me contacter je me tiens à votre disposition.
    Cordialement
    Fabienne Bellon

  • 12 février 2020 à 21 h 15 min
    Permalink

    Explantees en juillet 2019 je continue à avoir de nombreuses douleurs et fatigue. Je suis suivie par un kiné, ostéopathe pour décoller les adherences musculaires, au toucher mes intestins,mes reins,mon foie… sont aussi très sensibles d’après mon kine , il me travaille pour libérer. Toutes ces toxines installées, ca prendra du temps et pour ne pas tomber en dépression , je me bats pour y croire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *