Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

La solidarité internationale est-elle en passe de devenir un délit ?

Les insoumises Rima Hassan et Mathilde Panot, qui doivent tenir meeting à Vénissieux ce jeudi, sont poursuivies pour apologie du terrorisme. La section locale du PCF condamne cette “instrumentalisation de la justice”.

Photo DR

Est-il encore possible de soutenir la cause palestinienne ? Peut-on critiquer la politique menée par le gouvernement israélien sans risquer de tomber sous le coup de la loi ? La question est posée alors que les militantes LFI Rima Hassan et Mathilde Panot, qui doivent tenir meeting à Vénissieux, ce jeudi 2 mai, dans le cadre de la campagne des élections européennes, sont convoquées par la justice pour apologie du terrorisme.

Ces procédures judiciaires s’ajoutent à des interdictions de manifester et à des annulations de conférence, notamment à l’encontre de La France insoumise, qui s’est vue refuser le droit d’organiser un événement public le 18 avril dernier à l’université de Lille. “La liberté d’expression est en danger, avait alors réagi Idir Boumertit, député de la 14e circonscription du Rhône. La liberté de réunion est menacée sous des prétextes fallacieux et avec l’objectif de porter atteinte à notre famille politique, à son projet humaniste et à ses idées populaires.”

Le même jour où Jean-Luc Mélenchon était interdit d’expression devant les étudiants lillois, le secrétaire de l’Union départementale CGT du Nord, Jean-Paul Delescaut, était condamné à un an de prison avec sursis pour un tract de soutien aux Palestiniens, diffusé par son syndicat trois jours après l’attaque du Hamas contre Israël.

Ce vendredi 26 avril, à six jours du meeting LFI prévu à la salle Joliot-Curie, la section PCF de Vénissieux a réagi à son tour dans un communiqué de presse. “Si ces convocations devaient se transformer en poursuites, ce serait un détournement du délit d’apologie du terrorisme et une remise en cause de la liberté d’expression, écrivent les communistes vénissians. Nous condamnons ces actions juridiques contre des militants, des syndicalistes, des personnalités politiques. Quels que soient nos désaccords avec LFI sur le climat, l’Europe, le capitalisme ou la guerre, nous refusons l’instrumentalisation de la justice au service d’un pouvoir réactionnaire et belliciste.”

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez également

Actus

La 7e édition des Grandes Terres en fête vous donne rendez-vous le samedi 1er juin, au Fort de Feyzin, à partir de 11 heures.

Sports

Pour cette nouvelle Fête du sport et de la jeunesse, programmée le 1er juin, la Ville entend exploiter pleinement le label “Terre de Jeux...

Actus

À deux semaines des élections européennes, quelques clés pour mieux comprendre ce scrutin auquel les citoyens s'intéressent de plus en plus.

Portraits

Créée en 2002 par Moussa Afes, Servbat incarne les valeurs d'une entreprise familiale, chaleureuse et humaine, qui œuvre beaucoup pour l'insertion professionnelle.

Sports

Du 25 mai au 8 juin, le club de Gymnastique volontaire de Vénissieux propose des séances d'essai gratuites.