Un été record pour “Les Glacières de Lyon”

Myriam et François Labouri sous l’un des silos à glace

Installée à Vénissieux depuis 2013, la société “Les Glacières de Lyon” produit et écoule de la glace à flux tendu. Pour ses gérants, la canicule est une bénédiction.

La canicule fait aussi des heureux. Aux Glacières de Lyon, les hausses de mercure sont toujours les bienvenues. Et pour cause : cette entreprise familiale vend du froid, sous la forme de pains de glace ou de glace pilée. Leurs clients ? Des particuliers et des entreprises, organisateurs d’événements, hôtels, restaurants, hôpitaux ou supermarchés.

“Du côté des entreprises, on nous demande surtout des compléments, explique la cogérante, Myriam Labouri. Le client type, c’est un restaurateur qui a besoin d’un surplus en période de canicule, ou un commerce dont la machine à glace est tombée en panne. Ce matin, par exemple, on a dépanné un petit supermarché de proximité qui avait besoin de 400 kg”. En fait, la structure n’a quasiment pas de clients réguliers. “Le gros de la demande, c’est de l’urgence. Notre force, c’est la réactivité”, souligne François Labouri, le fils. Quant aux demandes des particuliers, elles concernent principalement mariages, réceptions familiales, baptêmes et enterrements. “Souvent, on nous dit vous êtes les sauveurs de ma soirée”, sourit-il en servant Claris, un quinquagénaire venu chercher de quoi rafraîchir les boissons qu’il consomme avec ses amis dans son jardin ouvrier.

Jusqu’à dix tonnes par jour
Parfois, il arrive que les demandes soient plus… surprenantes. “Je me souviens d’un monsieur qui nous a demandé de placer la montre qu’il offrait à sa femme à l’intérieur d’un pain de glace. Elle a donc dû patienter jusqu’à ce que la glace fonde avant de la récupérer !”, se souvient François Labouri. “Nous avons eu aussi un fana d’arts martiaux, enchaîne Myriam. Il avait besoin d’un pain de glace qu’il devait briser avec sa jambe lors d’un spectacle. Heureusement, il a fait un essai avant dans nos locaux. Quand sa jambe a touché la glace, on a entendu un bruit affreux… Qu’est-ce qu’il a eu mal ! Je suis sûre qu’il avait la jambe cassée.” Puis d’évoquer un autre souvenir, celui d’une danseuse “qui voulait se produire sur la glace, mais qui est tombée en glissant et a abandonné l’idée”, et celui d’un artiste lyonnais connu qui voulait exposer un bloc de glace de deux mètres de long… Mais a renoncé à la lecture du devis.

“Le gros de la demande, c’est de l’urgence. Notre force, c’est la réactivité”, souligne François Labouri

Pour faire face à la demande, les Glacières de Lyon peuvent produire jusqu’à dix tonnes de glace par jour. Livraison possible. À découvrir sur www.glacieresdelyon.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *