Magma à Jazz à Vienne : parlez-vous Kobaïen ?

Magma à Jazz à Vienne (Photo JCL)

 

Si l’on vous dit “Theusz Hamtaahk” ou “Köhntarkösz”, voire “Ëmëhntëhtt-Rê”, vous êtes en droit d’écarquiller les yeux et même, allez-y, de faire pivoter votre index sur votre tempe. En fait, si vous ne comprenez pas, c’est que vous ne parlez pas le Kobaïen, la langue inventée par le groupe Magma.

On pensait qu’il n’existait plus depuis longtemps, Magma. Le nom mythique de ce groupe français des années soixante-dix, toujours dirigé par son créateur le batteur Christian Vander, était pourtant à l’affiche de Jazz à Vienne. Nous y étions ! Et voilà une soirée que l’on a envie de saluer. Hamtaï en kobaïen. Parce qu’elle nous a ouvert des horizons infinis. Hündin, en kobaïen.

Bon, d’accord, je fais le malin parce que j’ai déniché sur Internet un dictionnaire kobaïen-français mais ce chant porté par les voix de Stella Vander, Isabelle Feuillebois, Hervé Aknin et Christian Vander himself était hypnotique. Envoûtant. Et pareil pour la musique qui l’accompagnait.

Magma nous replonge dans une époque de fusion, où jazz, rock et musique planante façon Yes ou Pink Floyd faisaient bon ménage. Mais il fallait compter aussi avec les coups de baguette vigoureux de Vander et une sorte de sauvagerie absconse semblant venir d’un autre temps ou d’un univers parallèle. Un Vander qui n’a aujourd’hui rien perdu de sa puissance !

Un concert de Magma est une expérience et ceux qui y ont participé, hier, n’en sont pas revenus. Comme si soudain s’ouvraient des portes que l’on pensait closes à tout jamais.

En première partie, Thomas de Pourquery — déjà applaudi dans un excellent hommage à Nougaro rendu aux Nuits de Fourvière par le saxophoniste en compagnie d’André Minvielle et de Babx — nous régalait d’un autre registre, beaucoup plus jazz.

Jazz à Vienne, c’est encore Gregory Porter et Roy Hargrove (ce soir, 12 juillet) et, demain 13 juillet, la traditionnelle All Night Jazz avec, entre autres, Morcheeba, Electro Deluxe et Sofiane Saïdi & Mazalda, une formation qui s’est entraînée dans les locaux de Bizarre !, à Vénissieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *