Festivals d’été : Nuits de Vienne et as à Fourvière

sting-2Les programmes viennent de tomber et leur qualité assure que les deux grands festivals d’été de la région, Jazz à Vienne et Nuits de Fourvière, attireront comme tous les ans un grand nombre de spectateurs.

On sait déjà que la soirée d’ouverture du premier, le 23 juin, est complète. Il faut dire que la manifestation viennoise se paie le luxe d’offrir sur son plateau Pharrell Williams. Plusieurs stars suivront, dont beaucoup sont des habitués de Jazz à Vienne, que l’on a toujours plaisir à retrouver : Dee Dee Bridgewater (27 juin), Marcus Miller (30 juin), Maceo Parker (1er juillet), Caetano Veloso et Gilberto Gil (3 juillet), Didier Lockwood (6 juillet), George Benson (7 juillet), Jean-Jacques Milteau (10 juillet), Roy Hargrove (11 juillet), etc.
D’autres artistes sont tout autant attendus, qui ont déjà su imposer leurs talents. Le trompettiste Ibrahim Maalouf et la chanteuse Natacha Atlas se partageront la scène le 29 juin. Citons encore Melody Gardot, déjà venue, dont on ne se lasse pas d’apprécier le timbre (2 juillet). Ce même soir, on applaudira encore le pianiste Tigran Hamasyan.

melody gardot
Melody Gardot dans son clip “Baby, I’m a Fool”

Jazz à Vienne invite également cette année Sting (8 juillet), pas vraiment un artiste jazz, encore que son album “The Dream of the Blue Turtles” l’était résolument, entouré qu’il était d’Omar Hakim, Darryl Jones et Branford Marsalis. Ayo non plus ne partage pas de répertoire jazzy mais elle sera là le 11 juillet et, c’est une évidence, Sting et elle attireront un large public. De même que l’on attend beaucoup de la venue d’Ester Rada, également ce 11 juillet.

Métropolitaines Nuits de Fourvière

La conférence de presse des Nuits de Fourvière s’est tenue au musée des Confluences, l’occasion pour sa directrice Hélène Lafont-Couturier de mentionner quelques chiffres : “280 000 visiteurs en trois mois d’exploitation et plus de 12 000 pass annuels vendus.”
Financés jusqu’en 2014 par le Département, le musée et le festival sont désormais dans l’escarcelle de la Métropole de Lyon et Myriam Picot, chargée de la Culture dans cette institution et maire du 7e arrondissement de Lyon, vient de remplacer Jean-Jacques Pignard à la tête du conseil d’administration des Nuits de Fourvière. Ce qui fait dire à Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon et président de la Métropole, que “la culture à Lyon rayonne à travers les convergences de ses grandes institutions”.
Dirigées par Dominique Delorme, les Nuits de Fourvière vont, cette année encore, offrir un large choix entre le théâtre, la musique, la danse, l’humour et le cirque. Tout commencera le 2 juin, en présence d’un “invité d’honneur”, l’acteur et cinéaste américain Tim Robbins. À l’évocation de son nom, plusieurs images viennent en mémoire : le reclus de “La guerre des mondes” de Spielberg ; le gosse violé qui, devenu adulte, est accusé du meurtre de la fille de son ami dans “Mystic River” de Clint Eastwood ; l’un des deux taulards, avec Morgan Freeman, des “Évadés” de Frank Darabont et le personnage nommé Bob Roberts dans le formidable film du même nom que Robbins a dirigé, dans lequel il incarne un chanteur folk version Dylan (il parodie même avec beaucoup de style le fameux clip de “Subterranean Homesick Blues”) qui se lance dans une campagne politique très droitière. À Fourvière, Tim Robbins mettra en scène “Le songe d’une nuit d’été” de Shakespeare du 2 au 4 juin puis, le 5 juin, prendra sa guitare pour un concert de folk, blues, country et rock. “Il sera sur scène avec de grands invités qu’il est en train de réunir”, précise Dominique Delorme.

tim robbinsAvec les Nuits, c’est toujours pareil : difficile de citer l’intégralité du programme et difficile de ne pas la citer, tant chacune des soirées repose sur une célébrité. Contentons-nous d’une liste de noms à faire baver grand nombre de programmateurs de festival : Youssou N’Dour, Macha Makeieff, Yaël Naïm, Dominique A, Michel Legrand et Natalie Dessay avec les Parapluies de Cherbourg, Paco Ibañez, Pascal Comelade et l’ensemble de la famille Chedid (Louis, Matthieu, Joseph et Anna) en  juin. Ludovico Einaudi (compositeur des b.o.f. de “Mommy” et “Intouchables”), Bratsch, Sylvie Guillem, Herbie Hancock et Chic Corea, Véronique Sanson et Jeanne Cherhal, Florence Foresti, Ben Harper, Björk, Flavia Coelho, Joan Baez, Iggy Pop, Christine and the Queens, Calogero, Moriarty, Charlie Winston, Patti Smith et Robert Plant, le chanteur de Led Zep, en juillet.
Bouquet final de ce feu d’artifice, le 31 juillet réunira Bob Maghrib (du Bob Marley revisité par le Maroc), Sergio Mendoza (guitares western et pulsations latines) et Lord Mouse avec ses choristes qui, nous promet-on, sont “à rendre dingue le loup de Tex Avery”. Que demander de plus ?
Fidèle des Nuits, Bartabas et son théâtre équestre Zingaro plantent leur chapiteau dans le parc de Parilly du 8 juin au 18 juillet avec “On achève bien les anges, Élégies”. Cirque également avec la compagnie catalane Baro d’Evel et “Bestias”, qui se tiendra au parc de Lacroix-Laval. D’autres spectacles se dérouleront hors les murs, tel celui du Quatuor Debussy au Radiant-Bellevue de Caluire, “Toutaristophane, adresses aux publics” de Serge Valletti au cloître du Fourvière Hôtel. “La modernité d’Aristophane, s’enthousiasmait Gérard Collomb, est que la culture du passé se reflète dans l’actualité”.
Citons encore “Cuisine et confessions” par la compagnie Les 7 doigts de la main à la Maison de la danse, le triptyque de Tchékhov par Christian Benedetti au Théâtre de la Renaissance, plusieurs soirées musicales, avec Antonio Zambujo, Musica Nuda, Raphaël Imbert et Lambchop au musée des Confluences, “Figaro !” au fort de Bron et la “Trilogie du revoir” à l’ENSATT.

www.jazzavienne.com – 0892 702 007 (0,34 euros/min)
www.nuitsdefourvière.com – billetterie : 04 72 32 00 00.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *