Au meeting de Michèle Picard : « Au second tour, enfoncer le clou »

meeting  © Expressions 29Après une intervention vibrante d’André Gerin, président du comité de soutien, la soirée a été rythmée par les témoignages de nombreux Vénissians (parent d’élève, chef d’entreprise, président de centre social, etc.), la lecture de messages et d’appels à voter (dont ceux de Jean-Pierre Tardy et Marie-Christine Seeman pour Lutte ouvrière et d’Eléazar Bafounta, ex-tête de liste de l’Union des voix en 2014), avant la prise de parole de Michèle Picard.

Forte des 37,66% des suffrages exprimés obtenus le 22 mars par la liste qu’elle conduit, « Rassembler les Vénissians, tenir le cap à gauche », Michèle Picard invitait d’abord à prendre toute la mesure de ce score en progression de 7% par rapport au premier tour de 2014, « au vu du contexte politique, du climat délétère de la campagne et des méthodes anti-républicaines » qui l’ont particulièrement visée, dit-elle, « en tant que tête de liste, communiste et surtout femme. »

« Aux attaques de personnes, aux mensonges éhontés, nous avons répondu de la plus belle des manières, avec notre bilan fort et conséquent, avec notre programme réaliste et ambitieux, avec une équipe compétente et dynamique, encore plus soudée par les épreuves de ces derniers mois. »

« Nous sommes aussi l’équipe qui rassemble la gauche » assurait-elle, rappelant que sa liste est formée de candidats venus du PCF, du Parti de gauche, d’Europe Écologie les Verts, du MRC, du PRG ainsi que de personnalités socialistes et de la société civile. « La tête de liste du parti socialiste continue à dénigrer les 80 ans de communisme. Il oublie les élus socialistes qui ont participé depuis 1971 à la gestion progressiste de notre ville et qui, pour la plupart, sont aujourd’hui à nos côtés. »

Cette intervention était encore l’occasion pour Michèle Picard, de revenir sur le programme, et de replacer Vénissieux dans son contexte d’agglomération : « Nous sommes dans la majorité métropolitaine, ce n’est pas pour autant que nous allons nous aligner, le doigt sur la couture du pantalon quand l’intérêt général ou l’intérêt des Vénissians n’est pas respecté. Nous nous battrons, comme nous l’avons toujours fait, pour que les projets de notre ville avancent et pour peser au niveau de l’agglomération. »

Appelant « tous les progressistes, les citoyens » à se mobiliser et à se rassembler autour de sa liste « pour faire barrage à la droite et à l’extrême droite », elle concluait : « Au premier tour, nous avons planté le clou. Au second, il faut encore l’enfoncer. Pas une voix ne doit manquer pour mettre en échec les calculs politiciens, les intérêts particuliers, la division, la discrimination, la diffamation. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *