Festival Essenti’Elles : les EPJ entrent dans la danse

_DSC0469Toute la semaine dernière, à raison de deux heures chaque matin, dix jeunes des EPJ Darnaise et Léo-Lagrange ont répété, dans la salle de danse de l’ancienne MJC, un spectacle qu’ils proposeront le 5 mars à 18h30 au cinéma Gérard-Philipe.
Désireux de participer au festival Essenti’Elles, qui va se tenir du 4 au 6 mars, les EPJ et la direction municipale des Sports ont demandé au collectif Gueules d’Amour Production de monter un projet avec les jeunes en mêlant théâtre et danse.
Pendant une semaine donc, entraînés par les deux Gueules d’Amour, Céline Grisoni et Maud Charrel, et par deux animatrices, les jeunes ont beaucoup appris… tout en s’amusant. Ils ont répété des chorégraphies et des bouts de textes commençant par « Je viens de ». « L’angle d’attaque du festival étant la femme artiste, explique Maud, nous nous sommes basées sur la création que nous étions en train de répéter avec Céline, « Tu ne te souviendras pas ». C’est l’histoire de deux femmes qui se souviennent de leur enfance. Nous leur donnons les bases du théâtre, du jeu d’acteur, de la création de groupe, de la présence sur scène… Les jeunes sont très investis, motivés. Ils créent des impros dansées autour des phrases. Cela nous donne envie d’aller plus loin et de continuer ce travail après la représentation au cinéma Gérard-Philipe. »
Pour s’échauffer, le petit groupe se dispose en cercle et se fait passer un geste. Celui-ci est échangé de bras en bras, plus ou moins déformé. « Essayez de reproduire l’énergie », les exhorte Maud, et un autre geste passe, s’affaiblit, se transforme, repart dans l’autre sens, change et provoque de multiple rires.
« Il faut être disponible de ce que l’on va vous donner ! »
L’exercice suivant ressemble à un jeu de cour de récréation : deux loups doivent attraper les proies qui s’enfuient et les métamorphoser en statues de sel. Pour les délivrer, leurs amis doivent glisser entre leurs jambes sans se faire toucher par les loups. Pour calmer un peu tout ce petit monde, Maud et Céline demandent ensuite aux enfants de devenir des voitures. Le jeu se pratique en duo : devant, « la voiture », les yeux fermés. Derrière, « le conducteur » qui, d’une pression de la main sur l’épaule, fait avancer, tourner, reculer ou stopper le véhicule. Les carambolages sont multiples, les rires fusent.
Dans le brouhaha, les Gueules d’Amour reprennent la main : « Un peu de concentration… Allo ! Bon, je ne vous donne pas le permis et nous allons passer à autre chose. Vous avez tous apporté des objets ? »
Ceux-là sont déposés au centre de la pièce et tous s’installent autour. Pour ludiques qu’elles soient, toutes ces activités détendent les apprentis comédiens et leur donnent conscience de leur corps. L’apprentissage des mots sera ensuite un jeu d’enfant, qu’ils mettront en pratique jeudi 5 mars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *