Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Conseil de quartier Joliot-Curie : stade du LOU, Puisoz et gravats en plats de résistance

Ils étaient prévus et ces thèmes n’ont pas manqué d’être abordés durant le conseil de quartier Joliot-Curie, présidé par Abdelhak Fadly : l’ouverture de la crèche municipale “Gribouille”, ou encore la reconstruction de l’école. Mais l’essentiel des débats a porté sur trois autres sujets, trois gros dossiers urbains : le devenir du site du Puisoz ; le projet de création d’un stade par le club de rugby du LOU, de l’autre côté du périphérique ; et  enfin la présence pour le moins nuisible d’un amoncellement de gravats, derrière l’hypermarché Carrefour, le long de l’avenue Francis-de-Pressensé. Sur ce dernier point, Henri Thivillier, adjoint au maire en charge de l’urbanisme, a rejoint le mécontentement exprimé par les habitants : “Cela génère de la poussière et un trafic continu de camions, des nuisances qui dégradent le paysage urbain. Carrefour Property, une filiale de Carrefour, a loué ce terrain à deux entreprises de terrassement spécialisées dans la démolition. Cela n’est pas conforme au PLU (N.D.L.R. : Plan local d’urbanisme). Même les hauteurs de talus ne respectent pas les normes autorisées. J’ai bien peur qu’on aille vers un bras de fer avec Carrefour.”
Déposé l’été dernier à la mairie de Vénissieux par le LOU, le dossier de permis de construire d’un stade sur le site connu sous le nom de “plaine de jeux des États-Unis” est toujours à l’étude. “On se doit d’être vigilant, a souligné le maire, Michèle Picard. Tant sur le projet lui-même que sur les questions d’accessibilité et de stationnement. Quant à vous dire quand le projet va réellement se matérialiser, je ne peux pas m’avancer. C’est trop tôt.”
Le devenir du Puisoz, lui non plus, n’est pas complètement éclairci. L’adjoint à l’urbanisme a certes confirmé que l’Immobilière Leroy Merlin, propriété du groupe Auchan, envisage la construction d’un programme associant un pôle commercial d’aménagement de la maison, des logements et des services, sur les 9 hectares qu’elle a achetés en 2005 au fonds de pension américain Apollo. Mais Henri Thivillier a aussi pris soin de préciser – signe que la définition du programme n’est pas encore bouclée – que “la Ville a pour priorité d’y voir associer un équipement d’agglomération et des logements afin de répondre aux besoins de la population vénissiane”. Et de rappeler : “Annuellement, nous recevons plus de 4 000 demandes de logements locatifs sociaux alors qu’on ne peut répondre qu’à un millier. Le gouvernement a abandonné toute politique du logement social.” Michèle Picard a refermé le dossier en rappelant que l’équipe municipale qu’elle dirige est porteuse d’une vision d’ensemble sur le site du Puisoz et ses alentours.
Parmi les autres points abordés, on retiendra la disparition du radar du boulevard Joliot-Curie, qui n’a pas manqué de surprendre vu la dangerosité du carrefour qui suit. Une demande a été adressée au Sytral pour l’installation de signaux sonores et lumineux sécurisant la traversée des passages piétons.
Comme souvent dans les assemblées générales de quartier, la question de l’accueil des Gens du voyage et des Roms a également ressurgi. L’occasion pour la première adjointe, Yolande Peytavin, de rappeler que Vénissieux a été l’une des premières villes de l’agglomération à aménager, il y a quatre ans, une aire d’accueil pour les Gens du voyage. Cette aire, située chemin de Feyzin, vient de bénéficier d’une rénovation.
La gestion des squats de Roms (ces populations originaires d’Europe de l’Est, vivant dans une extrême précarité) est beaucoup plus problématique. “Suivant les périodes, nous sommes confrontés à la création de 2 à 8 squats par mois, a indiqué le maire. Le problème, c’est que les villes de l’agglo se renvoient la patate chaude. En agissant ainsi, on ne résout rien. J’ai proposé à plusieurs reprises une table ronde avec le préfet.”
Les deux derniers sujets ont concerné les abords de l’avenue de Pressensé. D’abord pour évoquer le rachat, par l’Opac du Rhône, du site où le promoteur privé Diagonale avait prévu de construire 360 logements, dont 280 en accession à la propriété. Puis pour se plaindre de la mauvaise évacuation des eaux pluviales dans le secteur. Pierre-Alain Millet, adjoint au maire notamment chargé de l’environnement et du cadre de vie, a indiqué que “le renforcement du réseau était bien inscrit dans le plan de travail du Grand Lyon, prioritairement même… mais après 2011.”

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Sports

Le LOU rugby est revenu en terres vénissianes pour une après-midi d'animations, destinée à l'école de rugby de l'USV.

Portraits

Après avoir étudié le matériel trouvé au Puisoz au cours d'une fouille archéologique, le céramologue a soutenu à la Sorbonne, le 11 février dernier,...

Sports

Désormais licenciée au LOU, invitée au parc de Parilly pour promouvoir le rugby, Séraphine Okemba a déjà séduit les scolaires de Vénissieux.

Actus

La Métropole de Lyon a confirmé hier la future implantation à Vénissieux, sur le site du Grand Parilly, de la Cité internationale des arts...

Histoire / Mag

Alors que l’ouverture d’Ikea signe l’acte de naissance du Grand-Parilly, plongeons dans les origines du quartier, que l’on appelait « Parelier » en ancien français. Où...