Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Prix René-Leynaud : une poésie de résistance

Le prix René-Leynaud a été attribué ce 5 novembre à la poète québécoise Hélène Lépine pour son ouvrage « Le Cœur en joue ».

Thierry Renard (Espace Pandora), Paquita Lefranc-Andres (Bibliothèque de Lyon), Hélène Lépine, Judith Wiart, Nathalie Perrin-Gilbert (Ville de Lyon) et Nicolas Galaud (Bibliothèque de Lyon)

En hommage au journaliste, poète et résistant lyonnais René Leynaud, qui fut l’ami d’Albert Camus et fut fusillé par les nazis en 1944, le prix qui porte son nom a été créé pour promouvoir la création poétique francophone et soutenir sa diffusion. Porté par l’Espace Pandora et la bibliothèque municipale de Lyon, il reçoit le soutien de la Ville de Lyon et de la Direction régionale des affaires culturelles d’Auvergne Rhône-Alpes.

Ce 5 novembre, à la bibliothèque municipale de la Part-Dieu, le prix René-Leynaud a été remis à la poète québécoise Hélène Lépine pour son ouvrage Le Cœur en joue (éditions de la Pleine Lune), en présence de Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe à la Culture de la Ville de Lyon, de Nicolas Galaud, directeur de la Bibliothèque municipale de Lyon, et de Thierry Renard, directeur de l’Espace Pandora. Avec une mention spéciale du jury attribuée à Judith Wiart pour Les Gens ne se rendent pas compte (éditions Le Clos Jouve). La cérémonie s’inscrivait dans le cadre de la 27e édition du festival poétique Parole ambulante.

Hélène Lépine

« L’art s’affranchit des frontières, remarquait en préambule Nicolas Galaud, puisqu’après la Grecque Katerina Apostolopoulou, c’est la Québécoise Hélène Lépine qui est récompensée. » Nathalie Perrin-Gilbert relevait « la douceur de la musique » du Cœur en joue, ce vibrant hommage aux femmes syriennes et, s’adressant directement à celle qui était honorée : « Votre poésie et votre engagement ne font qu’un », rappelant qu’elle avait été à l’origine du Comité Femmes qui appuyait les luttes des écrivaines, journalistes et traductrices contraintes par des gouvernements intolérants.

Après la lecture d’un texte d’Albert Camus, paru dans Combat en 1944 et célébrant René Leynaud, Thierry Renard rappelait : « Pour nous, la poésie n’est pas neutre. Avec la Ville et la bibliothèque, nous avons le projet de rééditer, en 2024, les œuvres complètes de Leynaud, à l’occasion de l’anniversaire de son assassinat. »

Avant les lectures des textes primés par leurs autrices, Hélène Lépine espérait que, dans ce « monde en transition », la poésie « emprunte la piste de René Leynaud dans la résistance et laisse au futur la lumière de la dignité ».

Judith Wiart

On ne peut que saluer les deux ouvrages, celui d’Hélène Lépine pour sa poésie humaniste prenant fait et cause pour les victimes, femmes et enfants, des guerres syriennes, et celui de Judith Wiart, dont les textes jouent subtilement entre plusieurs émotions, assurant une balance équitable entre l’humour et le désespoir.

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

L'école Anatole-France et la maison de l'enfance ont reçu le Spatiobus du Centre national d'études spatiales (CNES). De quoi créer des vocations.

Actus

Président de Vénissieux Boxe française, Gaby Boucher est décédé ce jeudi 1er décembre, à l'âge de 76 ans.

Actus

À l'initiative des communistes vénissians, une délégation s'est rendue en Algérie, à l'occasion des 60 ans de l'indépendance du pays.

Culture

Au sein de la Maîtrise de l'Opéra, la Vénissiane Sarah Ledésert participe au gala de Noël, joué à l'église Saint-Bonaventure aux Cordeliers, du 11...

Actus

La première édition du forum « Rendez-vous avec ma santé », organisé par la Ville de Vénissieux, a été un succès tant pour les visiteurs que pour...