« Obtenir l’adhésion de la France au traité d’interdiction des armes nucléaires »

Arlette Cavillon, au centre en veste bleue, responsable du Mouvement de la paix à Vénissieux (photo archives Raphaël Bert)

La pluie, qui tombait à torrents, et le couvre-feu approchant ont eu raison du rassemblement du Mouvement de la paix, prévu vendredi 22 janvier dans le centre de Vénissieux. Celui-ci avait été organisé afin de célébrer l’entrée en vigueur du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires.

Rappelons que ce texte vise à interdire les armes nucléaires dans le monde. Les États parties au TIAN s’interdisent « la mise au point, l’essai, la production, le stockage, le transfert, l’utilisation et la menace de l’utilisation d’armes nucléaires« , en raison des conséquences humanitaires qu’entraînerait leur utilisation. Actuellement, 86 États ont signé le traité et 52 l’ont ratifié — la France ne fait partie d’aucune des deux catégories.

« Si nous avions tenu à organiser ce rassemblement à Vénissieux, c’est parce que la ville peut se féliciter d’avoir largement contribué à l’obtention de ce traité, commente Arlette Cavillon, responsable du Mouvement de la paix local. Sans compter les milliers de pétitions signées par la population pendant ces 70 ans de lutte entamés par l’appel de Stockholm et par Frédéric Joliot-Curie, la ville a toujours répondu aux demandes pacifistes. (…) 76% des Français ont déclaré être contre l’arme nucléaire ; il nous reste à en faire des militants prêts à faire entendre leurs voix et à obtenir l’adhésion au texte de la France. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *