Portes du Sud : 2020, année de nouveautés

 

Cédric Ploton est directeur du groupe hospitalier des Portes du Sud

Arrivé en octobre dernier, Cédric Ploton, le nouveau directeur des Portes du sud, entend donner un nouveau souffle à l’établissement. Une quinzaine de médecins ont d’ores et déjà été embauchés.

Redynamiser l’établissement. Tel est l’objectif fixé par la Mutualité française du Rhône à Cédric Ploton, nommé le 1er octobre dernier à la direction des Portes du Sud. Un défi qu’il se dit « prêt à relever ». Il ne manque pas d’expérience puisqu’il a été à la tête de plusieurs établissements dans la Loire, tant dans le privé à la clinique du Parc de Saint-Priest-en-Jarez que dans le public à la clinique mutualiste de Saint-Étienne.

Depuis sa nomination, Cédric Ploton imprime sa marque. En poursuivant d’abord la politique d’embauche de praticiens commencée par sa prédécesseure, Mme Rambaud-Gonthier. Une quinzaine de nouveaux médecins est arrivée, certains en remplacement de leurs confrères plus âgés partis à la retraite, d’autres pour développer des spécialités. « Nous avons d’ores et déjà embauché quatre pneumologues, deux gériatres et des urgentistes. »

Pour Cédric Ploton, la priorité des priorités est de répondre aux besoins de la population qui boude l’établissement. « Comment se fait-il que les Vénissians ne représentent que 47 % de notre clientèle et que les femmes préfèrent accoucher dans des cliniques privées à Lyon ou dans les grands centres des Hospices civils ? Interroge-t-il. Nous devons donner envie aux Vénissianes de venir dans notre maternité. Pour cela, il est nécessaire de proposer de nouveaux dispositifs, au niveau du suivi de la grossesse, mais également de l’accouchement et du post-accouchement. L’an dernier, 1 680 naissances ont eu lieu ici, et les liens entrepris avec les sages-femmes libérales fonctionnent désormais très bien. »

Travailler dans la transparence
L’autre service prioritaire est celui des urgences. Un nouveau chef a pris ses fonctions en juillet dernier. « Nous avons recensé 29 000 passages en 2019, avec une légère augmentation en fin d’année. C’est encourageant. Une douzaine de médecins en CDI auxquels s’ajoutent un certain nombre de vacataires se relaient aux urgences auprès des patients. » Enfin Cédric Ploton souhaite que son établissement devienne un centre labellisé du sommeil (apnée du sommeil, enregistrement nocturne, diurne…), avec l’embauche d’un médecin spécialiste, et l’ouverture prochaine de six lits, puis de dix.

Le directeur reconnaît que la situation des Portes du Sud est aujourd’hui difficile. « Il nous faut absolument donner un nouveau souffle à l’établissement. Moi j’ai décidé de travailler dans la transparence. Dès mon arrivée j’ai présenté aux 435 salariés (hors médecin) la situation telle qu’elle était. J’ai reçu les représentants syndicaux avec qui un dialogue intéressant s’est installé, tout comme avec l’ensemble des représentants du personnel. Je suis accessible. Ma porte est toujours ouverte. Ici j’ai deux grandes chances : les salariés sont attachés viscéralement à leur établissement et nous travaillons dans un bâtiment récent. »


Une hotline en gériatrie

Avec l’arrivée du Dr Élisabeth Gasiot, gériatre, ce sont aujourd’hui trois spécialistes qui veillent sur les patients âgés au sein d’un service de 25 lits. Nouveauté depuis le 1er décembre : la mise en place d’un numéro de téléphone « SOS gériatrie ». Seuls les médecins généralistes, les infirmières à domicile, les professionnels des Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) et des établissements de soins de suite et de réadaptation (SSR) y ont accès. « Cette ligne permet d’être en lien directement avec un gériatre des Portes du sud. L’objectif est d’éviter de faire transiter les patients âgés par les urgences, au pire d’y rester le moins longtemps possible. Ils doivent nous être confiés le plus rapidement possible », souligne Elisabeth Gasiot. Les gériatres entendent ainsi créer une vraie filière.


Quatre pneumologues embauchés

Depuis septembre dernier, le service de pneumologie a embauché quatre jeunes praticiens : Patrick Mas, Sarah Demir, Clément Deudon et Jade Cuilleron. Avant leur arrivée, une spécialiste à temps plein, Genevieve Latanche, partie à la retraite en décembre et Raymond Abboud, qui occupe toujours son poste à mi-temps, exerçaient aux Portes du sud.
Les nouveaux embauchés viennent tous des Hospices civils de Lyon. Ils se connaissent bien et ont l’habitude de travailler en équipe. « Pour nous c’est un vrai challenge, indique Patrick Mas. Le fait d’avoir déjà travaillé ensemble est une chance. Nous sommes très solidaires. On traite ici toutes les pathologies respiratoires : bronchite, asthme, cancer du poumon, etc. On consulte quotidiennement en prenant soin de toujours réserver des plages horaires en cas d’urgence. En cas de nécessité, nous hospitalisons dans l’un des vingt lits du service. Nous apprécions également la vraie proximité avec la direction. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *