Des femmes qui rayonnent

Anne Schulz et Sophie Boulhaut – Gérante de la Brasserie de Parilly et ex-directrice d’un magasin Habitat, les deux amies ont lancé Miel Melba, une marque de vêtements anti-UV qui prend son envol.

« Le soleil a toujours blessé les yeux de ses adorateurs » disait Aragon. Qu’elle soit poétique ou politique, la phrase pourrait aussi accompagner le travail de Sophie Boulhaut et Anne Schulz, qui ont lancé en 2016 Miel Melba, leur marque de vêtements anti-UV… Mais le soleil n’aveugle pas seulement, il veut aussi notre peau. Sophie en sait quelque chose. « Il y a quelques années, j’ai développé un mélanome, un cancer de la peau dangereux car il métastase très vite. J’ai été bien soignée et je m’en suis sortie, mais désormais je dois faire très attention et éviter de m’exposer au soleil, alors que j’adorais ça ! »

L’enfer au paradis

Pour se changer les idées après des mois de soins, les deux copines s’accordent des vacances en Tanzanie, à Zanzibar, un archipel paradisiaque dans l’océan Indien. « Ça a été l’enfer au paradis, raconte Sophie. Impossible de trouver des fringues anti-UV. Pour attirer les regards, je recommande le resto en combinaison de plongée et paréo, succès garanti, j’ai testé pour vous ! » De retour en France, convaincues qu’il existe un créneau pour des vêtements à la fois protecteurs, confortables et agréables à porter, elles décident de « transformer un événement négatif en expérience positive ».

Un nom gourmand

Pour Sophie, c’est l’occasion d’une reconversion. Diplômée d’une grande école de commerce, elle laisse derrière elle dix ans de gestion d’un magasin Habitat à Lyon. Anne, elle, vient de la restauration. Après avoir travaillé au Luxembourg, à Saint-Tropez et à Strasbourg, elle a repris et développé la Brasserie de Parilly, à Vénissieux.
Entre l’étude de marché, le business plan, les levées de fonds via la plateforme KissKissBankBank, le chemin est long entre la naissance de Miel Melba en 2015 et les premières commercialisations en avril 2017. On jurerait que c’est Anne qui a trouvé le nom : une évocation gourmande plutôt que technique, où la couleur ambrée et la douceur sucrée croisent un fruit d’été à la chair dorée… Mais un joli nom sur de beaux produits, ça ne fait pas forcément du chiffre d’affaires. Heureusement, leur optimisme s’appuie sur un constat scientifique.

Soleil, mon dangereux ami

Pendant des décennies, en Occident, la mode a été de « prendre le soleil » au maximum. Résultat, près de 80 000 nouveaux cas de cancers dermatologiques diagnostiqués en France chaque année, dont 14 300 mélanomes cutanés, une affection qui tue près de 2 000 personnes par an. Le soleil est un ami dangereux… « Et n’allez pas croire que ça ne concerne que les peaux claires », précise Sophie, qui rappelle que Bob Marley est mort d’un mélanome. Certains traitements médicaux ou certaines allergies interdisent aussi l’exposition au soleil, tout comme les suites de greffes, les brûlures, les cicatrices… « Si on ajoute les femmes enceintes, on arrive à 30 à 40 % de la population qui devrait se protéger des UV, estime Sophie. Heureusement, les mentalités évoluent vers une plus grande protection, et pas seulement pour les enfants. »
L’habitude de se couvrir au soleil progresse. « Notre marché est essentiellement européen, mais nous avons de plus en plus de commandes du bout du monde. D’Australie par exemple, où les carcinomes sont très fréquents. Comme beaucoup de leurs vêtements sont déjà anti-UV, ce qui nous démarque, c’est notre touche française, synonyme d’élégance ! »

Lisbonne – Sydney via Parilly

Miel Melba est une aventure internationale. « La collection a été dessinée par une styliste diplômée de l’Esmod Lyon, les vêtements sont fabriqués au Portugal, à partir de tissus italiens, conformes à une très exigeante norme de qualité allemande ! » Pourquoi ne pas fabriquer à Lyon, l’une des capitales mondiales du textile ? « C’était notre intention première, répond Anne, mais nous n’y avons pas trouvé de maison travaillant avec nos tissus très techniques. Même en Italie, où les tissus sont fabriqués, il n’y a pas l’équivalent des excellents ateliers de façonnage que nous avons trouvé au Portugal. » Mais Sophie et Anne confient qu’elles avancent sur un projet avec un tisserand de l’Ain, qui saurait intégrer dans les fibres de minuscules cristaux aux propriétés anti-inflammatoires… Fruit d’une idée poussée entre Zanzibar et Parilly, Miel Melba devrait vite se faire une place au soleil.


Où trouver Miel Melba ?


Pas encore de showroom à la Brasserie de Parilly ! Essentiellement sur Internet, sur mielmelba.com et dans d’autres boutiques en ligne telles que dressingresponsable.com ou souslespaveslaplage.com. À Lyon, on peut aussi trouver ses modèles sur cintres au Village des créateurs (passage Thiaffait) et à l’Institut Berthelon (avenue Berthelot).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *