Exemplaire Yannick Noah, qui fête le Mur vénissian et fait le show

  • Actu
  • 12 avril 2018

Par : Djamel Younsi

Yannick Noah le séducteur. On l’a retrouvé tel qu’il était, onze ans après son premier passage remarqué sur les courts de tennis de Fête le Mur” de Max-Barel. Ce dispositif, créé en 1996, a pour but d’initier jeunes des villes et des quartiers pas très favorisés à la pratique du tennis, une sorte de démocratisation de la petite balle.

Yannick, toujours proche du double mètre… et des enfants qu’il affectionne particulièrement. L’emblématique vainqueur de Roland-Garros arbore un sourire qui ne le quitte jamais. Il tutoie facilement, encourage sans relâche, avec une gentillesse qui a subjugué plus de 150 enfants issus de “Fête le Mur”, d’associations et structures diverses (Moulin-à-Vent Tennis, Tennis club des Minguettes, centre sociaux, EPJ du Charréard, Maison de l’enfance… et même des adhérents de “Fête le Mur” de Gerland et Chambéry).

Après avoir passé sa matinée à Vaulx-en-Velin, Yannick a multiplié les échanges de balles à Vénissieux, avec des dizaines et des dizaines d’enfants — et quelques adultes — pendant plus de 2 heures. Clin d’œil en direction des doués de la petite balle, il s’est autorisé de longs échanges avec Souhila Aouni (14 ans), espoir vénissian issu de “Fête le Mur”, une jeune fille désormais licenciée au FCL, devenue l’une des meilleures tenniswomen française dans sa catégorie d’âge.

Ensuite, Noah s’est prêté tout sourire au rituel de l’autographe, et il a enfin répondu à la presse lors d’une conférence tenue dans la Halle à grains. Comme il y a onze ans, Yannick Noah a insisté sur la nécessité de faire du sport, porte ouverte aux rencontres et aux échanges. “Cela permet de donner confiance et le sens du respect aux jeunes pratiquants, c’est l’objectif essentiel de Fête Le Mur.”

Un constat : 22 ans après sa création, le dispositif cher au sélectionneur de l’équipe de France de tennis, ne s’est pas essoufflé. Mieux, il s’est largement développé puisqu’il est présent dans 31 villes de France et a permis à plus de 15 000 enfants de se familiariser au tennis, dont plus de 400 à Vénissieux…