Second tour de la présidentielle : réactions des politiques (suite)

Claude Dilas
Référent local du mouvement En marche

« Je suis très satisfait du résultat de ce second tour, sur le plan national comme au plan local. Le FN est contenu. Et la participation n’a que légèrement baissé par rapport au 23 avril. L’abstention de certains électeurs a été compensée par la mobilisation d’autres électeurs qui ne s’étaient pas déplacés le 23 avril.
Concernant les législatives, nous attendons maintenant les décisions nationales qui devraient tomber sous peu. Si, par extraordinaire, Yves Blein (député PS sortant, NDLR) avait l’investiture d’En Marche, je le suivrais. Initialement, il n’était pas envisagé de double investiture En marche – PS. Peut-être que les choses pourraient changer. L’important est de gagner. »

Yves Blein
Député sortant (PS), candidat aux Législatives

« De l’audace ! Élire un Président de 39 ans ! Les Français ont décidé de rajeunir la France ! Un très grand bravo à eux tous ! »

Damien Monchau
Front National, candidat aux Législatives

« C’est une défaite électorale, avec son lot de déceptions, mais il s’agit aussi d’une victoire politique : nous avons quasiment doublé notre score de 2012, signe que nous commençons à rassembler très largement malgré le combat d’un système tout entier dirigé contre nous. Nous rassemblerons nos efforts pour proposer aux Français une réelle alternative au mondialisme, un projet patriote que nous incarnons déjà » Pour Kevin Naamane, suppléant de M. Monchau, « quand vous voyez le nombre de gens qui sont allé voter blanc ou nul, on voit très clairement que l’espèce de politique de castors, faire barrage au Front National, ne fonctionne plus du tout. Entre un Macron ultralibéraliste et le Front National, certaines personnes préfèrent ne pas faire de choix ».

Idir Boumertit, adjoint au maire
Parti de gauche – France insoumise

« La défaite de Marine Le Pen est évidemment est une très bonne chose. Les électeurs ont choisi de faire barrage au Front national. Nombre d’entre eux se sont également abstenus ou ont glissé un bulletin blanc ou nul. Ce n’est donc en aucun cas un vote d’adhésion à Emmanuel Macron et à son programme de régression sociale.
Il s’agit maintenant d’exprimer la nécessité d’une véritable politique de gauche lors des législatives. Dans la 14e circonscription du Rhône, Michèle Picard est la mieux placée pour éviter l’émiettement de la gauche et ainsi ne pas faire le jeu du candidat macroniste, quel qu’il soit.
Des discussions sont engagées au niveau national entre PCF et France insoumise, j’espère qu’elles permettront une candidature commune dans la 14e. Si tel n’est pas le cas, on prendra les dispositions qui s’imposent. »

Lotfi Ben Khelifa
Secrétaire de section du Parti socialiste à Vénissieux

« Félicitations à notre nouveau président Emmanuel Macron. Merci au 19.475 Vénissians qui se sont exprimés, malgré l’appel des ténors de la ville à s’abstenir ».

Georges Bottex, Sandrine Perrier et Gilles Roustan
Élus EELV de Vénissieux

« Cette défaite de l’extrême droite est un soulagement pour la démocratie mais nous regrettons la progression de son électorat. Le score réalisé par Emmanuel Macron sur notre ville (74 %) est supérieur à son score national. Mais le fait marquant est le nombre élevé de votes blancs et nuls (+ de 10 %) qui montre l’insatisfaction d’une grande partie des électeurs. Nous déplorons que l’écologie ne soit pas un chantier prioritaire pour Emmanuel Macron. Nous entons maintenant dans la période cruciale des élections législatives. C’est le moment ou jamais de faire peser l’écologie dans le débat politique. C’est pourquoi EELV présentera bien un candidat sur la 14e circonscription. »

Silvio Rofi
Représentant local de Debout la France

« Ce dimanche 7 mai 2017 demeurera comme un jour grave dans l’histoire de France. Le peuple, après avoir rejeté massivement le quinquennat désastreux de M. Hollande, a décidé de porter au pouvoir son ancien ministre de l’Économie. Le résultat de cette élection laisse présager des moments terribles pour notre chère France puisque notre pays sera maintenant gouverné par un banquier d’affaires qui se soumettra à Berlin et Bruxelles. En témoigne le rassemblement d’opportunistes autour de lui.
Les 8 % de votes blancs et nuls démontrent à quel point il y avait rejet profond de cette affiche politique, surtout de cette petite classe politique qui écœure le peuple depuis de nombreuses années. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *