Premier tour de la présidentielle : les réactions

Groupe des élus Europe Écologie Les Verts (EELV) du conseil municipal
« Nous sommes déçus du résultat de Benoît Hamon, qui a pourtant réalisé une bonne campagne dans un contexte difficile […]. Malgré la bonne dynamique autour de Jean-Luc Mélenchon, la gauche est donc absente du second tour qui va voir s’opposer Emmanuel Macron à Marine Le Pen. C’est regrettable. Nous tenons évidemment à faire barrage au Front national, car les idées et le projet qu’il porte sont opposés à nos valeurs et à la démocratie. Pour autant, Monsieur Macron continuera de conduire les mêmes politiques libérales qui nous ont menées là où nous en sommes aujourd’hui. Ce n’est pas en gardant le même logiciel politique que nous allons parvenir à relever les défis sociaux, écologiques et climatiques, dans un contexte de tension internationale inquiétant. Il nous appartient de continuer à agir au quotidien dans nos quartiers, notre ville, notre Métropole. C’est comme cela que nous entendons faire bouger les choses durablement. »

Idir Boumertit, adjoint au maire, Parti de gauche-France insoumise
« Au niveau national, c’est un beau résultat pour Jean-Luc Mélenchon qui gagne plus de huit points par rapport à 2012. Son score à Vénissieux est excellent. Cela montre qu’il a su remobiliser les classes populaires et donner l’espoir d’une nouvelle gauche face à un PS au plus bas. Je ne cache pas une certaine déception car on espérait pouvoir accéder au second tour, il ne nous a manqué que quelques points. La candidature de Benoît Hamon a faussé la donne. Aujourd’hui on s’oriente vers une présidence Macron, on n’a pas d’autre choix que de faire barrage à Le Pen. Nous savons que Macron mènera une politique de droite, il nous faudra donc un groupe conséquent de députés de gauche pour mener la bataille. Et pour ce faire, nous devons présenter dans toutes les circonscriptions les candidats les plus crédibles. »

Claude Dilas, référent du mouvement En marche sur Vénissieux, Saint-Fons et Feyzin
« C’est une grande satisfaction de voir Emmanuel Macron en tête du premier tour au plan national. Mais rien n’est gagné, nous allons faire une campagne active jusqu’au 7 mai. Nous sommes concentrés sur le second tour. Localement, à Vénissieux et plus largement dans la 14e circonscription, nous espérions mieux. Les bons résultats de Jean-Luc Mélenchon ne sont pas forcément une bonne nouvelle pour nous. Mais nous sommes sur un terrain de conquête. C’est la fin d’une époque et le début d’une autre.
« Concernant l’investiture pour les législatives, rien n’est pour l’heure décidé. Le mouvement En marche tranchera après le second tour de la présidentielle. Ce qui est sûr, Emmanuel Macron a été très clair sur ce point, c’est que le candidat qui défendra nos couleurs, s’il est encarté ailleurs, devra au préalable avoir quitté son parti. »

Damien Monchau, conseiller municipal Front national et candidat aux législatives
« La ligne souverainiste et eurosceptique est largement majoritaire sur notre circonscription. Cela entérine la disparition de l’ancienne bipolarisation gauche-droite. Le combat politique se cristallise désormais entre les patriotes, défenseurs d’un État-nation protecteur, et les globalistes, partisans d’une mondialisation dérégulatrice, destructrice d’emplois et d’acquis sociaux. J’appelle les électeurs souverainistes, quel qu’ait été leur vote du premier tour, à voter Marine Le Pen au second. L’avenir de la France est en jeu. Soit elle sera diluée dans un magma européen sur fond de financiarisation, soit elle retrouvera son identité et redonnera la priorité aux Français. »

Christophe Girard, président du groupe d’opposition municipale « Rassemblement pour Vénissieux », conseiller métropolitain (groupe LR et apparentés), candidat suppléant de Doriane Corsale (LR) aux Législatives
« Les Français, instrumentalisés par une opération de manipulation d’une intensité jamais égalée, ont par leur vote mis notre pays dans une situation ubuesque. Le chef de l’Etat de la 6ème puissance mondiale aura été choisi par moins d’un quart de ses citoyens. La France est complètement éclatée. À titre personnel, je ne peux pas voter pour Emmanuel Macron. Je ne suis pas loin de penser que, sur bien des points, il est encore plus dangereux que Marine Le Pen, notamment sur les aspects de société. Depuis des années, de par mon travail, je constate les dégâts sur la jeunesse de la politique que Macron continuera ou amplifiera. Avec comme conséquence une société malade, attaquée dans ses fondamentaux, notamment la famille. Aujourd’hui, on ne sait plus quel est le moindre mal. »

Lotfi Ben Khelifa, président du groupe d’opposition municipale « Ensemble pour Vénissieux », secrétaire de section du Parti socialiste
« D’abord, je veux dire ma satisfaction que la Gauche reste majoritaire à Vénissieux. Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête. Mais je trouve fort de café que les communistes vénissians s’accaparent ce résultat comme s’il était le leur, alors qu’ils n’ont pas fait campagne pour lui. Les gens de gauche qui ont voté pour le candidat de la France Insoumise ont trouvé que celui du PS était trop fragile, et qu’il ne portait pas le projet du PS. Je suis également satisfait que le FN recule sur la circonscription. Mais au niveau national, il est aux portes du pouvoir : ça me fait mal au coeur et froid dans le dos. On ne souvient pas des leçons de l’Histoire ? On ne voit pas le danger arriver ? Il va falloir se ressaisir.  Nous, les partis traditionnels, nous n’avons pas été capables de nous adresser à ceux de ses électeurs qui ne constituent pas son socle raciste, mais qui demandent plus de protection. Les gens ne veulent plus des partis qui fabriquent des élites, ils veulent des élus qui leur ressemblent, dans leur diversité. J’appelle clairement à voter pour Emmanuel Macron. C’est ça ou le repli xénophobe. En 2002, j’avais voté Chirac sans hésiter. Je voterai donc Macron sans états d’âme, d’autant qu’il n’incarne pas le libéralisme pur et dur dont certains l’accusent. Il faut donner sa chance au concept de ni droite ni gauche, et à la jeunesse. »  

Silvio Rofi, délégué du Rhône pour Debout la France sur la circonscription, candidat suppléant aux législatives
« Lors du premier tour, les français ont rejeté ce système qui a trahi le peuple de France depuis de trop nombreuses années. Nicolas Dupont Aignan a annoncé sa décision de voter Marine Le Pen pour le second tour. Pour ma part, je ne voterai pas Macron, héritier du quinquennat désastreux de M.Hollande, candidat des banques, représentant des élites. Fidèle à nos valeurs, avec tout le respect que nous devons à Nicolas Dupont Aignan, je voterai blanc au second tour de l’élection présidentielle. Nous laissons nos électeurs en totale liberté de leur choix. »

Marie Seeman, Lutte Ouvrière, candidate aux législatives
« Nous avons reçu un très bon accueil des gens que nous avons rencontrés, sur les marchés, devant les entreprises. Beaucoup nous ont dit que nos idées étaient justes mais qu’ils voteraient « utile » pour ne pas avoir Fillon et Le Pen au second tour. Le score de notre candidate est modeste mais je suis convaincue que les voix qui se sont portées sur elle pèseront beaucoup dans les luttes à venir. Je voterai blanc au second tour. Avec sa loi qui étend le travail du dimanche et la loi El Khomri qu’il veut durcir, Macron est autant un ennemi de la classe ouvrière que Marine Le Pen. Quel que soit le résultat du vote, les exploités, les retraités, les chômeurs, auront un ennemi à l’Élysée. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *