Accessibilité : la traversée de Vénissieux en fauteuil roulant

hdv-3

Vénissieux s’engage sur 9 ans de travaux destinés à compléter la mise en accessibilité des équipements municipaux. Pour tester l’accessibilité actuelle des « établissements recevant du public » présents le long de la ligne T4 à Vénissieux, Expressions a accompagné François Couturier, président de l’Association nationale de défense des malades, invalides et handicapés (Ami), et Georgette Drevet, dans quelques services publics et commerces, de l’arrêt Darnaise jusqu’à Joliot-Curie Marcel-Sembat.

Reportage photo : Raphaël Bert

LIGNE DU TRAM T4
tram

Les – : Sur le quai, l’écran du distributeur de tickets est incliné vers le haut, rendant très difficile la lecture pour une personne en fauteuil (reflets). Fente d’insertion de la CB située trop haut.
Les + : Distributeur de tickets muni d’un dispositif audio (branchement d’écouteurs). Accès facile aux quais. Double-portes de plain-pied, permettant d’entrer facilement dans les rames et de se placer sans trop de problème, y compris pour faire demi-tour pour ressortir. A condition qu’il n’y ait pas trop de monde…

CINÉMA GÉRARD-PHILIPPE
cine

Les – : Absence de bandes de guidage pour canne blanche et de boucle sonore pour signaler où l’on se trouve. Porte d’entrée difficile à ouvrir sans aide.
Les + : Accès par une rampe en pente douce. L’un des deux guichets est à la hauteur d’une personne assise. Places réservées aux fauteuils roulants placées en haut de la salle et non en bas juste devant l’écran, comme c’est souvent le cas. Matériel pour les films avec audio-description (signalés dans le programme) pour les malvoyants ou non voyants. Deux places de parking réservées.

ÉCOLE DE MUSIQUE
Les – : Porte d’entrée difficile à ouvrir sans aide. Guichet d’accueil trop haut.
Les + : Portes larges. Ascenseur pour accéder aux étages.

LA MAISON DU PROJET
Les – : Portes trop étroites, hors normes (90 cm minimum). Idem pour les couloirs. Absence de bande de guidage et de boucle sonore.
Les + : Accès de plain pied. Salle de réunion au RDC.

PISCINE MUNICIPALE DELAUNE
Les – : Pas de pédiluve en pente douce, pas de mise à l’eau assistée (treuil, pente douce…). Absence de bande de guidage et de boucle sonore.
Les + : accès à l’équipement par une rampe (mais pente trop raide !).

MÉDIATHÈQUE LUCIE-AUBRAC

mediat-2

Les – : Portes du sas d’entrée étroites. Banques d’accueil et de prêt trop hautes pour des personnes en fauteuil. Absence de bande de guidage (y compris vers le fond d’ouvrages audio) et de boucle sonore.

mediat-1

Les + : Portes d’entrée coulissantes (sauf celles des toilettes). Certains ordinateurs de recherche d’ouvrages sont placés à la hauteur d’une personne assise, de même que les rayonnages des DVD et des BD. Présence d’un important fonds de livres sonores et en gros caractères. Espace numérique accessible. Allées larges.

HÔTEL DE VILLE
hdv-2

Les – : Au RDC, accès aux toilettes non autonome (il faut demander une clé à l’accueil). Pas de bandes de guidage ni de boucle sonore.
Les + : Accès en pente douce par une rampe. Portes automatiques coulissantes. Guichets d’accueil bas pour tous, à l’accueil du RDC et dans chaque service recevant du public. Ascenseurs larges. Toilettes « handicapés » surélevées et propres.

COMMISSARIAT DE POLICE
Les – : Toilettes « handicapés » non surélevées et sans lunette, tuyaux d’évacuation gênants. Absence de bande de guidage et de boucle sonore.
Les + : Accès en pente douce le long du bâtiment. Deux places de parking réservées aux titulaires de la carte d’invalidité, rue Jules-Ferry. Guichet bas permettant à une personne en fauteuil d’insérer les jambes (mais il sert aussi de passage au personnel…).

POLICE MUNICIPALE
Les – : Portes du sas difficiles à ouvrir par soi-même. Absence de bande de guidage et de boucle sonore.
Les + : Accès par une rampe en pente douce. Guichet surbaissé. Toilettes réservées propres et bien équipées. Parking de plain pied derrière le bâtiment.

IMMEUBLE « RENCONTRE »
imm-rencontre-2  imm-rencontre

Les – : Une petite marche, imperceptible pour des valides, gène les personnes en fauteuil ou mal-voyantes. Portes difficiles à ouvrir par soi-même quand on est en fauteuil. Beaucoup sont fermées à clé.
Les + : Présence de plusieurs services publics : CAF, La Poste, impôts, Maison médicale de garde.

LA POSTE
la-poste-1

Les – : Guichet surbaissé réservé aux personnes handicapées inutilisable, car l’espace est occupé par un meuble. Machines à affranchir trop hautes pour les personnes en fauteuil et dépourvues de dispositif audio. Appareil destiné aux malentendants installé à l’un des guichets prioritaires, inutilisable (cassé).
la-poste-2

Les + : Portes d’entrée automatiques coulissantes. Présence d’une bande de guidage pour canne blanche, mais elle mène à un guichet d’accueil sans interlocuteur la plupart du temps… Distributeur automatique de billets à l’intérieur à hauteur accessible et muni du dispositif audio-guide. Espérons que les travaux en cours amélioreront l’accessibilité !

CAISSE D’ALLOCATIONS FAMILIALES
Les – : Accès par un ascenseur étroit. Absence de bande de guidage et de boucle sonore. Porte difficile à ouvrir seul. Exiguïté des locaux.
Les + : Seul guichet bas et accessible rencontré dans ce testing : la personne en fauteuil peut mettre ses jambes sous le plan « de travail » et n’est donc pas obligé d’écrire sur ses genoux…

caf

CENTRE DES FINANCES PUBLIQUES
Les – : Pas de bande de guidage ni de boucle sonore. Lourde porte difficile à ouvrir seul. Guichets vitrés trop haut.
Les + : Spacieux…

PLACE SUBLET
boulangerie

Les – : A quelques exceptions près (une boulangerie, un bar-restaurant, un magasin de chaussures, une boucherie, un tabac…), les commerces n’ont pas d’accès de plain-pied. Il suffirait pourtant de pas grand chose. Les branches qui dépassent des arbres en pot posent des problèmes aux personnes aveugles. Avec ses trois marches et sa porte difficile à ouvrir, la rédaction d’Expression en a pris pour son grade…
Les + : Place en pente douce, sans marches. Accès au Bureau d’information jeunesse et à la pharmacie de la rue Gambetta par une pente douce.

GARE SNCF DE VÉNISSIEUX
sncf

Les – : Pas de bande de guidage et de boucle sonore. Guichets peu élevés mais sans clavier accessible à une personne assise. Pas d’ascenseur d’accès aux quais.
Les + : Portes larges.

GARE DU MÉTRO
tcl-2

Les – : Fente d’insertion de la CB trop haute sur les distributeurs de tickets.
Les + : Accès facile, par un sas large, puis par des ascenseurs. Entrée facile dans les rames.

tcl-1

SALLE DE SPECTACLE « BIZARRE »
Les – : Le trottoir pour accéder à la salle, rue Louis-Jouvet, est en dévers, mais ça ne dépend pas de la structure.
biz-1 biz-2

Les + : Côté boulevard Joliot-Curie, des bandes de guidage pour canne blanche conduisant vers les escaliers et un ascenseur adapté permettent d’accéder à l’accueil. Côté rue Louis-Jouvet, deux places de parking réservées, d’où partent des bandes de guidage vers la salle de spectacle.

BILAN : pas mal, mais peut (encore) mieux faire…
À Vénissieux, de réels efforts ont été faits pour l’accessibilité des personnes en fauteuil aux services publics, notamment municipaux. Ce n’est pas le cas de la grande majorité des petits commerces, qui invoquent le coût des investissements nécessaires. Sans se rendre compte que ces arguments envoient toute une clientèle potentielle vers la grande distribution et ses galeries commerciales, faciles d’accès…
Le défi des handicaps sensoriels
Des bandes podotactiles ont bien été installées partout pour signaler un passage piéton ou un rebord de quai. Sur les 87 carrefours importants de la commune (y compris les franchissements Tram ou piste cyclable), 56 sont équipés d’une synthèse vocale au niveau des feux tricolores avant le passage piéton, un dispositif destiné aux personnes mal-voyantes équipées d’un appareil fourni par la Métropole. En revanche, il n’y a presque aucune bandes de guidage pour canne blanche, pour l’instant. Beaucoup reste à faire pour faciliter la vie des personnes porteuses de handicaps sensoriels (mal-voyants, aveugles, sourds, malentendants), dont le nombre augmente avec le vieillissement de la population. Ce constat a dû être fait par la Ville, puisque l’Ad’AP portera en premier lieu sur le handicap sensoriel, a annoncé Michèle Picard, le 10 octobre.
Objectif autonomie
« En fait, presque rien n’est inaccessible, mais à condition d’avoir de l’aide, relève François Couturier. Une aide obtenue sans problème, car les Vénissians sont serviables. Mais on ne se rend pas compte, quand on est valide, comme c’est pesant de toujours dépendre de quelqu’un. Ce que nous recherchons, c’est la plus grande autonomie possible, faire les choses par nous-mêmes sans déranger. Une porte à ouverture automatique ou simplement coulissante, par exemple, n’oblige personne à venir nous l’ouvrir, et on est moins dépendant des autres. »

L’Ad’AP, ADOPTÉ À L’UNANIMITÉ
Le 10 octobre dernier, le conseil municipal de Vénissieux a adopté à l’unanimité l’Agenda d’accessibilité programmée (Ad’AP) de la ville. Entre 2017 et 2025, ce programme consacrera 700 000 euros chaque année à compléter la mise en accessibilité du patrimoine communal.
Un objectif à 10 ans, puis à 20 ans…
Une loi de février 2005 imposait aux « établissements recevant du public » (ERP) d’être accessibles avant le 1er janvier 2015. En 2014, une ordonnance a donné aux ERP la possibilité de prolonger le délai de mise en accessibilité. De nombreuses collectivités, telle que Vénissieux, ont bénéficié d’un délai supplémentaire de neuf ans, en cas de « patrimoine complexe ». Un sursis dénoncé par les associations défendant les intérêts des personnes handicapées.
Poursuivre l’effort
Pour Michèle Picard, la loi de 2005 « est une loi juste, mais sa mise en œuvre ne pouvait se faire en un claquement de doigts. Pour donner un ordre d’idée, notre ville compte près de 200 bâtiments publics. Grâce au travail mené depuis 2005, la majorité des bâtiments de la ville est déjà accessible aux personnes en situation de handicap mais il nous faut donc poursuivre nos efforts. »
1 400 actions prévues
Les aménagements seront réalisés surtout dans les écoles et les centres de loisirs et de vacances (47% des travaux), mais aussi dans les structures sanitaires et sociales (19%), les équipements sportifs (17%), culturels (9%), administratifs (7%)… La mise aux normes des « circulations verticales » (ascenseurs…), des cheminements extérieurs, des sanitaires et des portes, portiques et sas seront les principaux postes de dépense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *