Ambroisie : la prévention est l’affaire de tous

Dès maintenant, il est indispensable de lutter contre l’ambroisie, cette plante invasive annuelle au pollen particulièrement allergisant. Au moment de la floraison, elle se développe en un buisson qui peut atteindre plus d’un mètre de haut avec des feuilles caractéristiques, profondément découpées, vertes sur les deux faces et sans odeur aromatique. Sa tige est plutôt rougeâtre et couverte de poils blancs. L’ambroisie produit plusieurs millions de grains de pollen par jour et par pied. Et il suffit de quelques grains de pollen par m3 d’air pour que les symptômes apparaissent. Les allergies provoquées sont plus tardives que le “rhume des foins” : elles commencent en général vers mi-août et peuvent se prolonger jusqu’en octobre, avec un maximum d’intensité en septembre. Les symptômes les plus courants prennent plusieurs formes : rhinite, conjonctivite, trachéite, asthme…

Il faut distinguer la lutte préventive pour empêcher l’apparition de la plante, de la lutte curative pour empêcher l’émission de pollens et réduire les stocks de graines dans les sols. Si vous trouvez de l’ambroisie dans votre jardin, il faut l’arracher. Protégez-vous pour l’élimination en utilisant du matériel adapté : gants, lunettes et masque lors de la floraison. Hors de votre propriété et sur un terrain public, il faut signaler la zone infestée via la plateforme interactive lancée l’an dernier par la Région Rhône-Alpes, Air Rhône-Alpes, l’ARS Rhône-Alpes et le RNSA (réseau national de surveillance aérobiologique),  accessible à l’adresse suivante : www.signalement-ambroisie.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *