13 millions d’euros pour l’isolation

Financé par l’État, le Grand Lyon et la Ville, le Programme d’intérêt général (PIG) énergie met à disposition des propriétaires vénissians, sur un périmètre déterminé, une enveloppe de 13 millions d’euros pour réaliser des travaux d’isolation thermique. Cette opération expérimentale court jusqu’en 2017 et ne concerne que les foyers modestes.

Voté en juin dernier par le conseil municipal, le Programme d’intérêt général (PIG) énergie, doté de 13 millions d’euros, entre dans une phase active. Pour les propriétaires vénissians éligibles au dispositif — des foyers modestes qui habitent un logement de plus de 15 ans dans le périmètre déterminé — l’heure est venue de se rapprocher du Pact Arim du Rhône, chargé d’animer le dispositif, afin d’établir un diagnostic, définir un programme de travaux d’isolation thermique, et monter un dossier de financement.
Le travail ne fait que commencer avec les propriétaires de maisons individuelles. Il est revanche beaucoup plus avancé avec les syndics et conseils syndicaux de copropriétés. Potentiellement, sur un périmètre qui couvre grosso modo les Minguettes, le centre-ville et les quartiers Max-Barel/Charréard/Pasteur, quelque 5 300 logements (dont 1 800 pavillons) sont concernés. L’objectif est d’améliorer les performances énergétiques du parc privé vieillissant. Pas seulement pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit aussi de lutter contre les situations de précarité énergétique et de maintenir la vocation sociale du parc privé, en particulier dans une vingtaine de copropriétés situées pour l’essentiel aux Minguettes et au centre-ville.
Ce souci n’est pas nouveau à Vénissieux. Entre 1997 et 2002, 13 copropriétés avaient bénéficié d’une Opération expérimentale d’amélioration de l’habitat (OEAH). Deux autres résidences (Montelier 2 et Grandes Terres des Vignes) ont fait l’objet d’un plan de sauvegarde lourdement subventionné. La Municipalité a par ailleurs planché entre 2006 et 2008 sur une Opération programmée d’amélioration thermique et énergétique des bâtiments (OPATB), qui était plus large géographiquement et concernait également le logement social, mais n’a pu aboutir faute d’accord entre l’État et le Grand Lyon. “Même si on aurait préféré une OPATB, ce PIG énergie est une opportunité que nous nous devions de saisir, souligne Pierre-Alain Millet, adjoint au maire en charge du développement durable et des questions énergétiques. La Ville s’engage à hauteur de 1 260 000 euros (N.D.L.R. :  l’État apporte 9 420 000 euros et le Grand Lyon 2 638 500) car nous considérons que l’équilibre social des copropriétés est quelque chose d’essentiel. Si l’on n’y prend pas garde, si la puissance publique n’est pas présente, on peut aller au pire comme en région parisienne où des copropriétés sont devenues des ghettos invivables.”
L’exemple à suivre, la référence en matière de rénovation est fourni par la copropriété Grandes Terres des Vignes. Dans ces trois barres d’immeubles qui abritent 300 logements et 1 300 habitants, une opération de 7,4 millions d’euros financée à 80 % par les pouvoirs publics a permis de diviser la consommation énergétique de moitié. Cette réussite, rendue possible par l’implication de tous les copropriétaires, a en outre bonifié le fonctionnement de la résidence.
Le PIG ne pourra malheureusement pas mobiliser un tel niveau de subventionnement. “13 millions d’euros, c’est significatif mais ce n’est pas suffisant dans l’absolu, reconnaît Pierre-Alain Millet. Cela va quand même permettre à un certain nombre de copropriétés et de propriétaires de maisons individuelles de monter des dossiers de financement. Si c’est une réussite, ce sera un argument pour poursuivre et pourquoi pas étendre le dispositif.”

Les aides financières proposées

• Les copropriétaires d’un immeuble de moins de 15 ans, où seront réalisés des travaux performants (avec un gain énergétique d’au moins 35 %), peuvent bénéficier :
– D’aides aux travaux
– D’une aide socle pour tous
– D’une aide individuelle en fonction des ressources et du statut de propriété (occupant ou bailleur)
– D’une prime de solidarité écologique.

• Les propriétaires (sous conditions de ressources) d’un logement ou d’une maison individuelle de plus de 15 ans, qui prévoient des travaux pouvant générer au moins 25 % d’économie d’énergie, peuvent bénéficier :
– D’une subvention aux travaux
– D’une prime de solidarité écologique
– D’une aide à l’accès au prêt et au préfinancement des aides.

• Un accompagnement technique, administratif et financier (gratuit) est assuré à chaque étape du projet par l’équipe du Pact Arim du Rhône.

Contact

Tél. : 04 37 28 70 30
Mail : energie.venissieux@pact-habitat.org
Permanence à l’hôtel de ville un mardi sur deux, de 9 h 30 à 12 heures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *