Nuits de Fourvière : bonheurs d’été

 

Tous les ans, c’est pareil ou presque. À la conférence de presse des Nuits de Fourvière, le directeur du festival lâche quelques chiffres puis commence à détailler le programme et l’ensemble des journalistes présents, qui jouent aux blasés et à ceux que plus rien n’étonne, se met à se réjouir qui pour une soirée jazz, qui pour du cirque ou de la variété française, qui pour du théâtre ou de la danse. Car, on le sait, tous ces arts seront présents au cours des deux mois que dure la manifestation, du 2 juin au 31 juillet, non seulement aux théâtres romains de Fourvière mais aussi à l’Ensatt, salle Molière, au musée des Confluences, au domaine de Lacroix-Laval, au Radiant-Bellevue et au théâtre de la Renaissance. Soit 59 spectacles et 149 représentations, dont six créations et six premières françaises.

C’est toujours avec le théâtre, la danse et le cirque que les Nuits se mettent en jambes. Nous aurons ainsi du hip-hop avec Kate Prince sur des chansons de Sting (Message in a Bottle, du 2 au 4 juin) ou huit danseurs africains qui, sous la direction de Josef Nadj, nous feront « regarder sous nos yeux pour mieux voir au fond de nous-mêmes » (Omma, du 25 au 27 juin). Le théâtre sera incarné dans les créations des Comp. Marius, des habitués du festival (Les Enfants du paradis, du 10 au 13 juin), de Georges Lavaudant (du 10 au 19 juin à l’Ensatt), de Peter Brook (Why ?, du 16 au 19 juin) et de tg STAN qui revisite Molière (Poquelin II, du 4 au 7 juillet). Signalons encore, du 8 juin au 10 juillet, une curieuse expérience de « théâtre documentaire »menée par Stefan Kaegi. Avec Cargo Mali-Lyon, le metteur en scène installe ses spectateurs dans un camion et les promène dans la ville, histoire de découvrir l’univers du transport routier.

« Omma » de Josef Nadj, du 25 au 27 juin à l’Odéon de Fourvière

Mis à part Baro d’Evel, du cirque poétique joué à l’Ensatt (du 24 au 27 juin), les circassiens investissent cette année le parc de Lacroix-Laval avec le cirque Trottola et Circus Ronaldo (du 30 juin au 25 juillet).

Des concerts qui vont rapidement afficher complet

La musique, en plus d’adoucir les mœurs, reste la discipline affichant le plus rapidement complet à Fourvière. Autant dire qu’il faut se dépêcher de faire ses choix. Des choix douloureux, à moins d’aller tout voir. Citons quelques concerts : Pomme (5 juin), Beck et Hot Chip (8 juin), Stéphane Eicher (11 juin), Catherine Ringer (18 juin), Alain Souchon (22 et 23 juin), François Morel (29 juin), Supergrass (30 juin), Liam Gallagher (1er juillet), Asaf Avidan (3 juillet), Thom Yorke (8 juillet), Vincent Delerm et Yaïl Naïm (10 juillet), Louis Chedid (12 juillet), Tigran Hamasian (13 juillet), Philippe Katerine et Oxmo Puccino (15 juillet), Francis Cabrel (16 et 17 juillet), Andrew Bird (18 juillet), Rokia Traoré (23 juillet), Roberto Alagna et Aleksandra Kurzak (24 juillet), Agnès Obel (25 juillet) et Dionysos (29 juillet).

Philippe Katerine sera avec Oxmo Puccino le 15 juillet au grand théâtre de Fourvière

Pour la première fois, et Dominique Delorme était assez enthousiaste à ce sujet, au point de rêver que les Nuits pourraient devenir le nouvel Hell Fest, deux soirées métal viendront secouer le théâtre romain avec Deftones (9 juin) et Gojira (17 juin). Ajoutons encore une nuit du jazz italien le 19 juin et, le 30 juillet, la venue d’Orange Blossom et d’Emel Mathlouthi. À signaler que cette dernière, dont la chanson Kelmti Horra est devenue l’hymne de la révolution tunisienne en 2011, a été reçue en résidence en 2009 au Cadran, la défunte MJC de Vénissieux.

Enfin, les délicieux et sympathiques Salons de musique des Nuits se poursuivent à la salle Molière du 2 au 10 juillet pour une série de prestations intimistes et enjouées en compagnie de Thomas de Pourquery, Bernard Lubat, André Minvielle, Serge Valetti, Marion Rampal et quelques autres.

www.nuitsdefourviere.com

Suite aux restrictions gouvernementales concernant l’épidémie de coronavirus, la billetterie des Nuits de Fourvière sera fermée à l’Office du tourisme, place Bellecour. Elle ne sera pas non plus accessible par téléphone. Elle reste ouverte en ligne à l’adresse :  billetterie@nuitsdefourviere.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *