Pour le député Yves Blein, la venue d’Ikea est une « énorme bêtise »

Le député En Marche de la 14e circonscription du Rhône (qui comprend Vénissieux) s’est singularisé, mardi 10 septembre, en décidant de « sécher » l’inauguration du magasin Ikea du Grand Parilly, à laquelle il était pourtant invité.

La démarche peut surprendre de la part de cet ancien socialiste, passé chez LREM avant les législatives de 2017, et par ailleurs fervent défenseur de la Métropole de Lyon, dirigée par ses amis politiques Gérard Collomb puis David Kimelfeld. Or le projet du Grand Parilly est une opération partenariale qui associe l’aménageur privé Leroy Merlin, la Ville de Vénissieux et… la Métropole de Lyon.

Mais pour Yves Blein, l’inauguration d’Ikea sur le site du Puisoz est « tout sauf un heureux événement », plutôt une « énorme bêtise ». Le député y voit en effet « une promesse de méga bouchons pour les Vénissians et les Lyonnais du 8e arrondissement ». Il avait déjà émis de telles critiques en juin 2018, au moment de l’éclosion du projet.

« À l’heure où les villes ont besoin de respirer, il eût été plus judicieux d’utiliser ces espaces encore disponibles pour verdir et oxygéner la ville », argumente-t-il sur son site internet. Avant de considérer plus loin que le bénéfice de l’ouverture d’Ikea en termes d’emplois nouveaux (60 créations de postes, dont 51 occupés par des Vénissians, NDLR) est maigre, et que « le site du Puisoz, sur cette même surface, aurait pu accueillir entre 400 et 600 emplois industriels ou tertiaires nouveaux ».

Et de conclure : « Non décidément pour moi, cette inauguration ne vaut ni champagne ni petits fours ».

Yves Blein n’est pas le seul à être critique vis-à-vis du Grand Parilly. Les élus du groupe Europe Écologie Les Verts (EELV) de Vénissieux, dont l’opposition au projet est ancienne, considèrent également dans un communiqué de presse daté du 10 septembre que « l’arrivée d’Ikea va se traduire par une augmentation très significative du nombre de véhicules et saturer le périphérique ». Les élus écologistes vont même plus loin en dénonçant le modèle d’Ikea « basé sur l’optimisation fiscale, […] l’incitation à la surconsommation, la surexploitation des forêts et l’utilisation de main-d’œuvre de pays ne garantissant pas les droits sociaux fondamentaux ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *