Fêtes escales : du 13 au 15 juillet, les vingtièmes rugissants

En 2017 (Photo : Raphaël Bert)

Une vingtième édition des Fêtes escales, ça se fête ! Créé en 1999, le festival gratuit a aligné les têtes d’affiche. Réorienté vers la world music, il proposera cette année, du 13 au 15 juillet, trois soirées africaine, sud-américaine et algérienne.

Souvenez-vous, c’était en 1999. Alors élue à la culture, Martine Souvignet avait porté ce nouveau festival baptisé Fêtes escales. Il s’était tenu quatre soirées dans divers lieux de la ville : aux Minguettes, sur les places Barbusse et Sublet et au théâtre. À l’issue de la première édition, l’adjointe reconnaissait qu’il fallait développer les rencontres avec différents publics et toucher tous les quartiers.

C’est en 2001 que les Escales deviennent vraiment républicaines : elles s’ancrent autour de la fête nationale, proposent concerts, cafés républicains et participation des habitants au moyen d’ateliers et instaurent le fameux pique-nique du 14 juillet.

Depuis, les Fêtes escales ont vécu leur belle vie, alignant les têtes d’affiche dans une série de spectacles gratuits : Yuri Buenaventura, Rachid Taha, Touré Kunda, Arno, CharlÉlie Couture, Angélique Kidjo, Natasha Atlas, Geoffrey Oryema, Les Ogres de Barback, Faudel, Olivia Ruiz, Paul Personne, Earth Wind and Fire, Biyouna, Abd al Malik, Sapho, Kery James, Carmen Maria Vega, Zen Zila, Karimouche, Les Hurlements d’Léo, L’Orchestre national de Barbès, Miossec, Ray Lema, Zebda, Imany, Sanseverino, Winston McAnnuf, Femi Kuti, Les Têtes raides, Rokia Traoré, La Grande Sophie, Idir, etc.

Les artistes coûtant de plus en plus cher, la mairie prit le parti de choisir des musiciens moins connus mais tout aussi festifs. Après le départ de Michel Jacques, Thomas Prian, également programmateur à Bizarre !, métisse l’affiche du festival, l’amenant davantage vers la world music. Ce qui est d’autant plus flagrant cette année que les trois soirées auront les couleurs de l’Afrique, de l’Amérique du sud et de l’Algérie.

Raison de plus pour retrouver malgré tout les points d’ancrage habituels : le feu d’artifice — qui, tiré le 13 juillet, avait disparu des deux précédentes éditions —, les chœurs de l’Opéra de Lyon, le pique-nique républicain et ses animations, dont la fameuse dictée de Thierry Renard.
Il n’y a plus qu’à…

La programmation

13 juillet
18h30 : Electric Mamba
Réunion de la formation lyonnaise Electric Safari avec Idylle Mamba, une chanteuse centrafricaine aujourd’hui installée à Barcelone.

“Nous avons avec eux un partenariat au long cours, explique Thomas Prian. Ils ont fait une première résidence chez nous, ont été présents le 24 mai lors de la présentation des Fêtes escales et vont revenir, toujours à Bizarre !, au cours des mois à venir.”

20 heures : BKO
“Monté par le Lyonnais Aymeric Krol, ce groupe est composé de musiciens maliens, reprend Thomas. Ils ont sorti leur album au Périscope il y a quelques mois.”

21h15 : Orchestre poly-rythmo de Cotonou
“Ils affichent cinquante ans de carrière ! Ils se réapproprient les modes et courants qui traversent la musique africaine. Chez eux, c’est une réinvention permanente !”

23 heures : feu d’artifice

La Maîtrise et le chœur des femmes de l’Opéra de Lyon

14 juillet
11 heures : Chœurs de l’Opéra de Lyon
“Voilà un concert classique original pour un festival de musiques actuelles qui se déroule en plein air et qui est emblématique des Fêtes escales. La Maîtrise et le chœur de femmes joueront les grands airs de Bartok, Schubert, Dvorak, Brahms, Puccini, Bizet et Rossini devant un vrai public de fidèles. Avec l’Opéra de Lyon, il s’agit d’un partenariat historique”

12 heures : pique-nique républicain
12h30 : La guinguette en herbe (par David Suissa & Co)
13h45 et 15 heures : Lectures poétiques par l’Espace Pandora
13h45 et 15 heures : Ernest Afriyié – Contes et histoires
14 heures : Gaspar (Cie Toi d’abord)
15h30 : La grande saga de la Françafrique (Cie Les trois points de suspension)
17h15 : Dictée (Thierry Renard, Espace Pandora)
18 heures : Apéritif républicain 20 ans du festival

Thomas décrit les différentes animations du pique-nique en insistant sur “La grande saga de la Françafrique” : “Écrit et interprété par Jérôme Colloud, ce one-man show commence par la déclaration d’indépendance de la Guinée-Konakry et raconte comment s’est passée la décolonisation. Le spectacle est comique, documenté, poignant et sans cesse mis à jour au gré de nos présidences.”

En continu dès 12 heures : espace jeux pour petits et grands par LudiKap’

Chico Trujillo (Photo DR)

19h30 : Sonido del Monte
21 heures : Cumbia y Cardon
22h30 : Chico Trujillo

“Pour cette soirée cumbia, nous aurons deux formations françaises irriguées par la musique sud-américaine, Sonido del Monte et Cumbia y Cardon, avant Chico Trujillo. Composé de Chiliens et de Colombiens, ce groupe est le chef de file de la cumbia.”

 

Imarhan (Photo : Andrea Mae Perez)

15 juillet
16h30 : Balade – Cie Virevolt
18 heures : Sopaloca
19h30 : Imarhan
21h15 : Raina Raï

“Adepte du rock touareg, Imarhan représente la nouvelle génération de la musique algérienne. Créé en 1980, Raina Raï est très important en Algérie. Après un arrêt de sept ans, ce groupe de Sidi Bel Abbès se reforme cette année pour un album qui sortira à l’issue de l’été. Son raï festif et coquin est sous influence jazz et rock, avec un guitariste soliste, Lotfi Attar, digne de Jimi Hendrix.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *