Accueil des migrants : le CAO quitte Vénissieux

Le 4 mai au soir, les locaux du Centre d’accueil et d’orientation (CAO) de La Roseraie, gérés par l’association Habitat et humanisme, seront totalement vides. L’Entraide Pierre-Valdo est pressentie pour prendre le relais.

Le CAO de La Roseraie géré par Habitat et humanisme quitte Vénissieux pour s’installer à Lyon. Les 90 personnes, toutes demandeuses d’asiles ou ayant obtenu leur statut de réfugié depuis moins de six mois, prendront leur quartier à proximité du parc de la Tête-d’Or. « Les conditions de vie seront les mêmes qu’ici pour nos résidents, précise le coordinateur du CAO, Pierre Anquetil. Ils seront à deux par chambre avec salle de bains, toilette et petite cuisine individuelle. » Seule ombre au tableau : « En mars 2019, nous devrons de nouveau déménager puisque l’immeuble sera transformé en résidence étudiante. C’est pourquoi les responsables d’Habitat et Humanisme recherchent un lieu à acquérir de manière pérenne. »

Depuis la création fin 2016 d’un CAO à Vénissieux pour désengorger la « Jungle » de Calais, une cinquantaine de migrants ont obtenu le statut de réfugiés. Si les résidents de La Roseraie préparent leur déménagement, ceux de la Baraka, avenue d’Oschatz — essentiellement des hommes seuls venant du Soudan et d’Afghanistan — demeureront dans la commune.

La situation évolue presque quotidiennement souligne Pierre Anquetil. « Depuis quelques mois, de nouveaux migrants décident de quitter des squats comme ceux de la Porte de la Chapelle à Paris, et sont de nouveau dirigés vers nous. Certains ont déjà déposé un dossier et sont en attente de réponse, d’autres n’ont encore fait aucune démarche. » Pour les accompagner, une dizaine de salariés et des bénévoles les aident dans leur quotidien.

L’intégration par l’emploi

Les personnes qui ont obtenu un statut de réfugié depuis plus longtemps s’installent progressivement en appartement ou dans des foyers comme Aralis ou Adoma, toujours accompagnés par les salariés et les bénévoles d’Habitat et Humanisme. C’est un premier pas vers l’intégration. Afin de favoriser leur insertion professionnelle, l’association, en lien avec la préfecture du Rhône, développe par ailleurs un programme intitulé « Nausicaa ». Son objectif est de faciliter la rencontre entre les réfugiés et les entreprises du territoire du type SIAE (Structures d’insertion par l’activité économique).

Récemment un premier forum se tenait à Lyon, où 45 réfugiés du CAO de Vénissieux ont participé à des entretiens sous forme de job dating. « 26 entreprises d’insertion professionnelle étaient présentes, 138 entretiens ont été effectués. Quinze jours après le forum, nous étions à six embauches effectives (trois en CDD et trois en intérim) et sept CDD en cours (avec un démarrage prévu début mai) », indique Pierre Anquetil. Un prochain forum de ce type devrait être de nouveau organisé au cours du dernier trimestre 2 018.

Après le départ de l’association Habitat et humanisme, la résidence de La Roseraie pourrait être reprise par l’Entraide Pierre-Valdo, et passer ainsi du statut de CAO à celui d’HUDA (Hébergement d’urgence pour demandeurs d’asile). Des discussions ont été engagées en ce sens, mais rien n’est encore officiellement acté par la préfecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *