Un entrepreneur vénissian donne 30 000 euros au centre Léon-Bérard

Jacques Gaillard, à gauche, aux côtés de son épouse Catherine

Jeudi soir à la salle Joliot-Curie, l’entrepreneur vénissian Jacques Gaillard a remis 30 000 euros au centre Léon-Bérard, à l’occasion des trente ans de sa société. Son épouse Catherine avait été touchée par le cancer en 2013.

À l’occasion des trente ans de son entreprise d’électricité, Jacques Gaillard a réuni fournisseurs, clients et élus vénissians le 1er mars, à la salle Joliot-Curie. Rien là que de très normal. Ce qui l’est moins, c’est ce chèque de 30 000 euros qu’il a remis au centre de lutte contre le cancer Léon-Bérard.

« Les trente ans d’une entreprise, c’est d’abord une rencontre d’hommes et de femmes », a-t-il lancé aux 200 personnes présentes. Puis d’égrener la voix tremblante la longue liste de ceux qui l’ont aidé à se lancer ou à perdurer dans « cette aventure de l’entrepreneuriat ». Une aventure qu’il a commencée dans son appartement personnel, « sans clientèle ni trésorerie ». Au premier rang d’entre eux, sa femme Catherine et ses enfants, « sans qui rien n’aurait été possible ». « Je regrette de ne pas avoir vu grandir mes enfants, de ne pas être parti en vacances avec eux », a-t-il toutefois concédé.

Et puis, il y eut « ce p… de cancer », qui faillit emporter sa femme Catherine il y a cinq ans. Mais il y eut aussi ceux qui ont soutenu le couple dans l’épreuve : les proches, les clients, les fournisseurs, ainsi que ces professionnels de la médecine, auxquels l’entrepreneur a tenu à rendre hommage. Aujourd’hui, Catherine est guérie. « Nous voulons que cette soirée soit un espoir pour tous les malades », a-t-il ajouté. Avant de remettre au professeur Philippe Zrounba, directeur adjoint du centre Léon-Bérard, cette coquette somme de 30 000 euros.

« Je connais Jacques depuis 20 ans comme président de l’Amicale laïque Vénissieux Parilly Judo. J’ai vu quelqu’un qui se défonçait pour les autres […] puis pour le combat de Catherine, a relaté Philippe Zrounba. J’ai alors vu quelqu’un qui allait toujours de l’avant, avec le sourire, dans le combat et dans l’adversité. »

Le maire, Michèle Picard, a pour sa part mis en avant la « fidélité » de Jacques Gaillard : « fidélité à cette conviction que le travail finit toujours par payer », « fidélité à la notion d’entreprise familiale », « fidélité à notre territoire vénissian, et plus particulièrement au parc Bourdarias », où se trouve l’entreprise depuis 2006.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *