Le Puisoz : un nouveau quartier et des inquiétudes

Capture Puisoz

Michèle Picard, maire de Vénissieux, sa première adjointe Yolande Peytavin — chargée du développement de la Ville — Michel Le Faou, vice-président de la Métropole, et Thierry Roche, architecte et urbaniste, avaient donné rendez-vous aux habitants jeudi 3 septembre, afin de leur présenter le projet d’aménagement du Puisoz. Rappelons que celui-ci prévoit, sur ce terrain de 20 hectares situé à proximité du boulevard Laurent-Bonnevay, l’ouverture en 2019 de magasins Ikea et Leroy Merlin, ainsi que 600 logements, un immeuble de bureaux et des commerces. Le tout pour un coût estimé à 400 millions d’euros.
Et les habitants ont répondu présent ! Plus de deux cents Vénissians sont en effet venus à l’hôtel de ville, afin de partager avec les élus et les techniciens leurs questionnements et inquiétudes.
“Ce nouveau quartier s’annonce gigantesque, remarquait un habitant. Est-ce que des services publics sont prévus ? Je pense notamment à La Poste, qui pourrait également profiter aux habitants de Parilly.” “Combien d’étages pour les bureaux ? Est-ce que le choix d’Ikea et de Leroy Merlin est définitif ?”, demandait un riverain. “J’habite le Moulin-à-Vent, expliquait une Vénissiane. Ce quartier est totalement désolidarisé du reste de la ville. Ce projet peut-il être l’occasion d’enterrer le boulevard Laurent-Bonnevay sur une certaine distance ? Cela permettrait de créer un mail piétonnier, afin de réunifier la ville.”

Les réponses, apportées par Michèle Picard et Michel Le Faou ? L’installation d’un bureau de poste n’est “pour l’instant pas prévue”, mais pourrait “faire l’objet d’une rencontre avec la direction du groupe”. L’immeuble de bureaux doit compter huit étages — ce qui n’a pas manqué d’entraîner quelques protestations dans la salle. Enterrer le boulevard Laurent-Bonnevay “n’est pas dans les plans”, même si Michèle Picard appelle depuis longtemps à une “réflexion globale, menée au niveau de la Métropole, concernant le boulevard périphérique”.

Henri Thivillier, ancien adjoint au maire en charge de l’urbanisme et actuel délégué de quartier pour le Centre, prenait également la parole : “Je me félicite de voir l’aménagement du Puisoz se concrétiser enfin, et je constate la qualité du projet qui nous est présenté. Cela va néanmoins entraîner le passage de nombreux véhicules sur la zone, alors qu’ils sont déjà 140 000 à 160 000 tous les jours à transiter par le boulevard Laurent-Bonnevay. Quel sera l’impact sur le quotidien des habitants ? Par ailleurs, les commerces du centre connaissent de grandes difficultés. Sera-t-il possible de réfléchir à un partenariat avec les enseignes installées au Puisoz, afin de tous les faire profiter de l’attractivité nouvelle de la zone ?”

Sur la question des flux, expliquait le maire, de nombreuses études ont été réalisées par les aménageurs. “Elles se sont même intéressées à la pire des configurations, à savoir un jour de match du LOU au Matmut stadium, dans une période de forte affluence à Carrefour, Ikea et Leroy Merlin.”

D’autres riverains, enfin, se sont inquiétés de la construction dans le quartier de 600 logements, et des besoins nouveaux de places en crèches et dans les écoles. “Nous n’en sommes qu’au début d’un processus, qui va durer une dizaine d’années, faisait valoir Michèle Picard. Nous avons le temps de prévoir les places dans les écoles et les crèches. D’autres moments de consultation seront organisés.” Lors de la prochaine concertation sur le PLU-H ou dans les conseils de quartier, par exemple.

Cette première consultation s’achève le 15 septembre. D’ici là, le dossier reste ouvert aux observations et commentaires à l’hôtel de ville (service urbanisme).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *