Disparition de Jean-Charles Monot : Monot-chrome noir

JC Monot avril 2013

Bonjour JCL, c’est JCM ! Nos conversations téléphoniques démarraient toujours ainsi et, quand un Jean-Charles rencontre un autre Jean-Charles, c’est comme les marquises, ils se comprennent. Nous, nous ne parlions pas d’histoire de Jean-Charles, pour continuer sur cette même chanson, mais d’arts plastiques. Car Jean-Charles Monot — le JCM, c’était lui — était un artiste. Il avait travaillé auprès de Madeleine Lambert au service municipal qui gérait ce secteur à Vénissieux, puis l’avait remplacée à la tête du département après avoir coordonné les ateliers Henri-Matisse. Jean-Charles avait pris sa retraite en 2013, remplacé par Françoise Lonardoni. Il vient de succomber à une leucémie, l’année de ses 64 ans.

« Je constate souvent, confie aujourd’hui celle qui lui a succédé, combien Jean-Charles a marqué de son empreinte les ateliers d’arts plastiques de Vénissieux. Les adhérents gardent le souvenir de sa personnalité attachante, et l’équipe qui a travaillé sous sa direction est très atteinte par cette nouvelle. »

Artiste, Jean-Charles l’était. Il avait d’abord pratiqué la peinture, avec un réel talent. On avait pu s’en rendre compte lors de l’exposition donnée en 2013 à la galerie L’œil écoute, sur les quais de Saône. Dans cette rétrospective complète, on différenciait les phases successives de son travail, de 1985 à 1998, c’est-à-dire de sa sortie des Beaux-Arts à l’année où il avait arrêté la peinture pour passer à une production plus conceptuelle, autour de la vidéo et la musique. Laquelle l’avait toujours nourri, lui qui avait tenu la guitare au sein du groupe Les Ringardos, un nom qui montrait sa façon d’être. Sous des aspects quelquefois bourrus, Jean-Charles ne se prenait pas toujours au sérieux. Tout en regrettant au fond de lui d’être davantage considéré comme un animateur d’ateliers pour amateurs que comme un véritable artiste. Ce qu’il était pourtant, réaffirmons-le !

Dans cette exposition à L’œil écoute, il avait livré quelques clefs sur ce qu’il avait été avant de pratiquer la vidéo. La mise en espace donnait aux visiteurs l’impression de pénétrer dans l’atelier de Jean-Charles, avec des toiles accrochées aux murs et d’autres appuyées contre. Des couleurs très vives de ses débuts, il avait ensuite opté pour des aplats de rouge, jaune et bleu (un trio que l’on retrouve sur les façades du groupe scolaire Georges-Lévy, au Moulin-à-Vent, qu’il avait mises en couleurs). Plus récemment, il avait choisi des toiles brutes sur lesquelles il peignait des formes blanches.

« J’aime la création, qui est aujourd’hui plutôt assistée par ordinateur, nous disait-il au moment de quitter Vénissieux pour rejoindre son atelier croix-roussien. Je le fais avec toujours autant de passion que lorsque je pratiquais la peinture. J’ai toujours eu envie de jouer de la musique contemporaine. Maintenant, je peux le faire. J’aime les performances guitaristiques accompagnées de vidéo. Je vais à présent monter mes performances comme un plasticien monte son expo. Pour le service arts plastiques de la Ville de Vénissieux, j’ai le sentiment d’avoir bien travaillé et rempli mon rôle, de laisser un endroit propre, dans de bonnes conditions, qui fonctionne bien. Je cède les clefs à Françoise qui, j’en suis persuadé, va continuer et amener sa touche d’historienne de l’art. »

« Expressions » s’associe à la douleur de la famille de Jean-Charles Monot, et de ses amis.

 

3 pensées sur “Disparition de Jean-Charles Monot : Monot-chrome noir

  • 25 mars 2019 à 7 h 18 min
    Permalink

    Pendant 10 JCM à venait dans nos ateliers avec de l’allure et fière de ses élèves il a ère une personne importante durant 10ans ses ateliers me permettait de sortir de mon dur Puis j’ai joué de la guitare il m’a donné des conseils j’ai découvert un artiste complet Je suis choquée je viens apprendre par internet cette triste nouvelle Paix et Amour

  • 2 avril 2015 à 17 h 15 min
    Permalink

    Merci à jean Charles Lemeunier pour ce bel article sur notre frère et sur son action au service culturel de Venissieux.
    Paul Monot

  • 1 avril 2015 à 22 h 40 min
    Permalink

    Un grand merci à Jean Charles lEMEUNIER qui par cette éloge , nous fait découvrir une partie de la vie artistique pleine de talents sur mon petit frère Jean Charles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *