Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

La MRIE constate un « enkystement » de la pauvreté en Rhône-Alpes

En cette journée mondiale du refus de la misère, zoom sur le récent rapport de la Mission régionale d’information sur l’exclusion (MRIE). Qui montre une aggravation des situations de précarité et un creusement des inégalités. En particulier dans les villes comme Vénissieux abritant des quartiers populaires.

journee-mondiale_refus-misereLa Mission régionale d’information sur l’exclusion a récemment présenté son rapport biennal. Une somme de 330 pages sur la pauvreté et la précarité en Rhône-Alpes, très dense en chiffres et analyses. Que faut-il en retenir en substance ? D’abord que le nombre de pauvres semble en voie de stabilisation, après plusieurs années de forte hausse due à la crise économique. En 2011, 779 000 personnes, soit 12,4 % de la population, vivaient en dessous du seuil de pauvreté, avec moins de 977 euros par mois.

Stabilisation, mais dans le même temps aggravation de la précarité. La part de la population percevant des minima sociaux est effectivement en constante augmentation. En 2013, 280 000 habitants étaient concernés, mais probablement deux fois plus en ajoutant les conjoints et enfants à charge. Ces personnes-là vivent avec des revenus se situant entre 400 et 800 euros par mois.

Tout indique que la pauvreté s’aggrave et s’enkyste. Et que l’écart s’accroît avec les catégories plus aisées (ou moins défavorisées, c’est selon). Cité par la MRIE, Denis Clerc, économiste et fondateur de la revue Alternatives économiques, observe que l’affirmation selon laquelle les pauvres deviennent plus pauvres et les riches plus riches, est devenue une réalité incontestable.

Cette évolution se constate même à l’échelle communale. Et les inégalités mesurées sur les territoires abritant des quartiers classés “Politique de la ville” sont encore plus frappantes. C’est ce qu’a démontré l’observatoire partenarial de la cohésion sociale et territoriale, dans une analyse détaillée des revenus entre 2002 et 2009. À Vaulx-en-Velin, “les niveaux de revenus ont augmenté sensiblement pour toutes les franges de la population, excepté pour les 10 % les plus modestes.” À Vénissieux, le constat est encore plus alarmant avec une diminution de revenus constatée pour tous les ménages, sauf pour les 20 % les plus riches.

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

D’après l’association lyonnaise Gaelis, le coût de la rentrée étudiante a augmenté de plus de 4 %. Rencontre avec Maxime et Anne, qui se préparent...

Actus

Les créations d’entreprises n’ont jamais été aussi nombreuses, à Vénissieux, comme dans l’ensemble du pays. Cependant, une très grande majorité de ces nouvelles immatriculations...

Actus

La Mission locale s'intéresse aussi à la santé, particulièrement éprouvée par la crise sanitaire, des jeunes qu'elle prend en charge. Le travail de la...

Express

Plus de 319 familles se sont inscrites aux Restos du cœur de Vénissieux, à l’occasion de la campagne d’été qui se déroulait d’avril à...

Actus

Annoncée en 2019, la réforme de l’assurance chômage a depuis fait grand bruit. Prévue pour le 1er juillet 2021, puis suspendue par le Conseil d’État,...