Réactions après le second tour des élections municipales

Retrouvez ci-après le texte intégral des déclarations qui nous ont été communiquées après le second tour des élections municipales par Michèle Picard, maire sortante et tête de liste « Rassembler les Vénissians, tenir le cap à gauche », Lotfi Ben Khelifa, tête de liste « Ensemble pour Vénissieux », Christophe Girard, « Osons le bon sens pour Vénissieux », le collectif de section du PCF, et André Gerin, député-maire honoraire.

Michèle Picard, maire sortante, tête de liste « Rassembler les Vénissians, tenir le cap à gauche »

« Je tiens à remercier avec sincérité et émotion les Vénissianes et les Vénissians qui ont voté et apporté leur voix et leur confiance à notre liste.

« Ils ont grandi la politique, en respectant, contrairement à beaucoup d’autres, les règles du débat et du jeu démocratique. Ils ont fait honneur à notre ville et nous avons eu raison de tenir le cap à gauche. Ils nous ont fait gagner ce soir, en exprimant à la fois la reconnaissance du formidable travail accompli et l’espoir d’avenir que notre projet porte. L’essor de Vénissieux va se poursuivre, l’histoire de notre ville, solidaire et combative, rebelle et audacieuse, vient d’ouvrir un nouveau chapitre. Au service de l’intérêt général, au service de tous les Vénissians.

« Je tiens aussi à remercier les militants et l’ensemble des forces de gauche de notre liste qui se sont impliqués avec passion, et respect de l’autre ! Dans cette campagne municipale, marquée malheureusement par un climat délétère et populiste. Oui, ils ont et nous avons grandi la politique, ici à Vénissieux, en étant force de proposition, en voulant construire au lieu de détruire, en voulant bâtir une ville d’avenir au lieu de la dénigrer, de la caricaturer. Nous avons ensemble mené une campagne digne !

« À l’échelle nationale, ce scrutin marque une rupture profonde et très grave entre les Français et la politique. Pour une élection de proximité comme les municipales, le taux d’abstention record en France, une abstention sans précédent estimée à 38%, n’est plus un péril démocratique, c’est un désastre démocratique ! Au-delà du rejet de la politique menée par Jean-Marc Ayrault et François Hollande, ce soir, c’est notre pacte républicain qui est très clairement menacé. Arrêtons de jouer avec le feu, arrêtons de jouer aux apprentis sorciers, c’est notre maison commune, la République, qu’il faut défendre et reconstruire.

« L’enracinement et la montée de l’extrême droite dans notre pays montrent l’ampleur du désarroi des classes populaires, et pas seulement, de tous ces gens qui se sentent abandonnés, méprisés, humiliés par les politiques libérales de l’argent roi, de l’argent fou. Ils n’en peuvent plus et il nous faut écouter cette colère, même si, je le répète, en s’abstenant ou en votant pour l’extrême droite, ils se trompent de cible.

 « Ce soir, il n’y a vraiment aucun complexe à faire, nos valeurs ont plus que résisté à l’assaut des forces libérales et réactionnaires. Je veux juste réaffirmer avec force que le contrat vénissian sera appliqué à la virgule près. Renforcer la citoyenneté et le vivre ensemble ; maintenir dans tous les quartiers de notre ville des services publics de proximité de qualité, à l’écoute de nos habitants et de leurs besoins ; rendre nos territoires toujours plus attractifs pour les entreprises, pour l’emploi, pour la formation ; faire de Vénissieux une ville agréable à vivre, une ville que l’on a envie de partager. Les chantiers qui sont devant nous sont immenses. »

« Les Vénissians savent que notre équipe sera mobilisée à 100%, et plus encore, ils savent qu’ils peuvent compter sur nous, autour de valeurs de gauche fortes, qui forgent notre histoire commune : la solidarité, la laïcité, la tolérance et l’égalité.

« J’adresse un grand merci aux Vénissians, et je leur dis que je serai, comme je l’ai été depuis 2009, le maire républicain et laïque de tous les Vénissians ! Enfin, je dis à notre équipe : au travail ! Merci à tous ! »

Lotfi Ben Khelifa, tête de liste « Ensemble pour Vénissieux »

« Je remercie chaleureusement les près de 3 000 Vénissians qui ont voté pour notre liste « Ensemble pour Vénissieux » ce dimanche 30 mars. Entre les 2 tours, ce sont près de 1000 électeurs qui nous ont rejoints. Alors que le contexte national morose a partout infligé aux candidats socialistes des sanctions sévères, alors que l’abstention a partout battu des records, nous avons nous réussi à mobiliser bien plus de Vénissians qu’au premier tour. Le recul de l’abstention et notre progression entre les deux tours (de 15,6% à 21,6%) constituent une victoire pleine d’espoir pour les années à venir.

« La liste conduite par Michèle Picard recueille moins de 5 000 voix, soit seulement 17% des électeurs inscrits à Vénissieux. C’est un revers certain pour une maire sortante, acculée par une dynamique qui lui échappe au point d’envoyer la police municipale devant chaque bureau de vote, effrayée à l’idée que ceux qui se détournent habituellement des urnes se soient mobilisés hier pour notre liste. Comment imaginer qu’une Maire puisse diriger sereinement une ville quand elle a peur d’une partie de ses habitants et de ses électeurs ?

« Fiers de nos convictions, fidèles à nos engagements, nous sommes plus résolus que jamais à poursuivre la construction d’une alternative de gauche pour notre ville. Dès demain, avec nos 5 élus au conseil municipal et plus largement avec tous les Vénissians qui nous ont rejoint et nous rejoindront nous saurons poursuivre la dynamique qui s’est ouverte pendant cette campagne et porter la voix des Vénissians. Ensemble, construisons une alternative à gauche pour Vénissieux ! »

Christophe Girard, « Osons le bon sens pour Vénissieux »

« Ce soir, le parti communiste prétend avoir été réélu à Vénissieux. De nombreuses irrégularités ont été constatées, que ce soit dans la conduite du scrutin ou dans la constitution de certaines listes avec des Vénissians candidats malgré eux. Ces irrégularités font peser sur cette élection les plus graves interrogations.

« Nous ne laisserons pas les Vénissians se faire voler leur victoire par une équipe communiste qui maintiendra encore 6 ans Vénissieux dans le clientélisme et les scandales que j’ai dénoncés sans relâche.

« C’est pourquoi, j’annonce dès à présent que je déposerai dans les prochaines heures auprès du juge des élections un recours en annulation contre ce scrutin que la préfecture du Rhône a d’ores et déjà reconnu comme étant irrégulier pour l’une des listes ayant concouru. C’est à présent à la justice de permettre aux Vénissians de bénéficier d’élections régulières et de mettre un terme au climat délétère dans lequel elles se sont déroulées.

« J’en appelle à tous les Vénissians qui veulent le bon sens contre l’idéologie, qui attendent l’honnêteté, le respect de la personne et le développement économique à rester totalement mobilisés car la victoire est encore possible. Les Vénissians savent que leur ville peut changer. Nous ne lâcherons rien pour libérer Vénissieux.

« Je tiens à remercier tous les Vénissians qui nous ont fait confiance et je tiens à leur dire que mon équipe et moi-même sommes à nouveau en campagne et que nous allons amplifier le rassemblement que nous avons su créer pour Vénissieux et les Vénissians. »

Le collectif de section du PCF 

« Ce 30 mars 2014, les Vénissians ont largement élu la liste conduite par Michèle Picard « Rassembler les Vénissians, tenir le cap à gauche », la plaçant en tête du second tour des élections municipales avec 37,64% des suffrages et 4967 voix, 1000 voix d’avance sur la droite de Girard, 2000 voix d’avance sur la liste du parti socialiste. Avec 34 élus municipaux et 5 élus communautaires, Vénissieux a une équipe renouvelée et rajeunie qui va tenir le cap à gauche.

« C’est une belle victoire obtenue dans des conditions difficiles. L’abstention massive dans tout le pays confirme que la politique gouvernementale est profondément rejetée par ceux-là même qui avaient élu François Hollande en 2012. De nombreuses villes de l’agglomération basculent à droite et le Front national progresse. A Vénissieux, nous contenons la poussée de la droite et nous bloquons l’extrême droite malgré l’attitude dangereuse du représentant du parti socialiste qui a choisi jusqu’au bout la division et a fait campagne commune avec la droite et son extrême pour « en finir avec 80 ans de communisme », sans oublier jusqu’au jour du vote, des méthodes mensongères et frauduleuses qui n’ont rien à voir avec le débat démocratique et ont choqué nombre d’habitants. Visiblement, Mr Ben Khelifa, tout à ses ambitions, ne s’inquiète pas de cette vague bleue, parfois bleue marine qui a submergé les terres socialistes.

« Tout cela n’a pas empêché les Vénissians de se rassembler autour de notre liste porteuse de valeurs républicaines et laïques, d’un projet alliant solidarité, écologie, services publics pour une ville à vivre ensemble. Nous sortons de cette campagne renforcés, unis, déterminés à mettre en œuvre le projet sur lequel nous nous sommes engagés pour faire reculer l’austérité et améliorer la vie des habitants. »

Concernant le Grand Lyon, les résultats dans l’agglomération interrogent. La perte de Décines confirme qu’il aurait fallu entendre les réserves sur le Grand stade. La bascule à droite de villes populaires comme Saint-Priest, Saint-Fons ou Rillieux montre que la future métropole n’est pas une réponse aux problèmes bien réels des populations.

« Nous ne laisserons pas faire comme si rien ne s’était passé. L’eurométropole des gagneurs et du fric n’est pas à l’ordre du jour, nous voulons une intercommunalité à l’échelle métropolitaine respectueuse des communes, favorisant leurs moyens et leurs initiatives, privilégiant les décisions partagées et librement consenties, développant la solidarité et le partage des richesses pour faire reculer la fracture sociale, territoriale et politique. C’est à partir de ces exigences que nous travaillerons à une conception démocratique de la future métropole et de son exécutif. Après un tel  désaveu populaire, la continuité ne peut être de mise.

« Dans la Ville comme dans l’agglomération, les Vénissians peuvent compter sur nous ! »

André Gerin, député-maire honoraire

« L’élection de Michèle Picard et de son équipe revigorent le communisme municipal. C’est un événement considérable. Ce printemps vénissian ouvre des perspectives d’avenir.

« Avec la débâcle de la gauche et la perte de 25 communes pour le PCF, la victoire de Vénissieux se place dans un contexte historique.

« La perte de Vaulx-en-Velin est un fiasco. Des dirigeants du PCF Rhône des années 1990 en portent une lourde responsabilité. Ils ont suivi aveuglément la ligne politique suicidaire de Robert Hue et de Marie-George Buffet. Voilà le résultat !

« Et si l’érosion du communisme municipal nétait pas une fatalité ? Car il y a malgré tout de bonnes nouvelles : Givors, Saint-Martin d’Hères, Fontaine, Echirolles, Aubervilliers, Montreuil…

« J’espère que Pierre Laurent et nos dirigeants, vont enfin couper le cordon ombilical avec le parti socialiste.

« Aujourd’hui, le PCF peut être la force nationale d’opposition de gauche à la politique « blairiste » de François Hollande.

« Les communistes représentent une alternative au ras-le-bol du peuple de gauche. Ouvrons, enfin, une perspective vraiment à gauche. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *