À Vénissieux, Yamina Benguigui plaide pour une “francophonie économique”

En déplacement dans l’agglomération, Yamina Benguigui, ministre déléguée à la Francophonie, a fait une courte étape d’une demi-heure dans l’entreprise Baret, spécialisée dans la distribution de fournitures industrielles techniques, en particulier des roulements. Le lien avec la francophonie ? Cette PME familiale dirigée par les frères Guy et Gilles Mollard réalise 15 % de son chiffre d’affaires en Afrique de l’Ouest.
“C’est une excellente illustration du potentiel économique de la francophonie, a déclaré Yamina Benguigui, qui a été accueillie par le maire, Michèle Picard, et plusieurs autres élus de la majorité municipale. À mon arrivée au ministère, j’ai été frappée par le fait que nous n’avions pas de vision de cet espace commercial. Les pays africains connaissent une croissance très forte, et la France a évidemment un rôle important à jouer. Face aux concurrents économiques, en particulier les Chinois, la langue française peut être un avantage considérable.”

La ministre a par ailleurs rappelé le plan lancé à l’automne dernier visant à former 100 000 professeurs de français pour l’Afrique. Ces professeurs seront formés par le biais du réseau culturel français et deviendront eux-mêmes formateurs. Pour financer cette action, la France engage 1,5 million d’euros par an sur 3 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *