Veninov : Windhager signe pour une reprise avec 20 salariés

Enfin, le redémarrage de l’usine Veninov semble en bonne voie. Ce mercredi, Windhager et les représentants des ex-salariés ont annoncé être parvenus à un accord, concernant notamment le nombre d’embauches immédiates. Ainsi, celles-ci devraient se porter à vingt, contre “dix à douze” initialement proposées par le repreneur autrichien. “Courant mars 2013, en plus des deux dirigeants déjà recrutés, Windhager doit engager sous contrat à durée indéterminée vingt anciens salariés du site de Vénissieux, annonçait ce matin en conférence de presse Yves Cormillot, expert du comité d’entreprise. Ils auront pour tâche principale de participer à la sécurisation du site, sa remise en état, son nettoyage, sa réfection, la réparation et le démontage de certaines machines.” Dans un premier temps employés à temps partiel, ils passeraient en temps complet trois mois après leur embauche.
Avant la fin du mois d’avril, des machines en provenance de l’usine de Boekelo, partenaire de Windhager, devraient être achetées. Elles permettront d’effectuer à Vénissieux du contre-collage, de la confection, de la découpe et de l’emballage de feuilles imprimées aux Pays-Bas.
Le volet investissement n’est pas en reste. Windhager et sa filiale nouvellement créée, Vénilia France, devraient injecter entre 4,4 et 6 millions d’euros à très court terme : 1,3 million dans la remise en état des infrastructures, 1,5 million pour réaliser un réajustement du centre logistique du site puis 3,1 à 4,7 millions pour l’installation d’une machine à impression numérique neuve, entre mars et décembre 2014 selon l’évolution des commandes. “Tout ceci dans le but que le site de Vénissieux devienne un centre européen d’impression”, indique Yves Cormillot.
Les embauches iraient par ailleurs crescendo : les effectifs de l’usine devraient être portés à trente en septembre, puis à cinquante en mars 2014. Toujours en accordant une priorité aux anciens de l’usine et avec une garantie d’emploi de deux ans.
Ce protocole d’accord (qui, selon André Gerin, député honoraire du Rhône et président du comité de soutien, “vise à faire respecter les ordonnances rendues par le tribunal de commerce en mai dernier”) doit être présenté au liquidateur judiciaire ce jeudi 7 mars. Les Veninov espèrent qu’il sera entériné au plus vite. Notamment pour se prémunir de toute volte-face de Windhager. “Chat échaudé craint l’eau froide, résumait mercredi Michèle Picard, le maire de Vénissieux. Nous attendons que tout ceci soit officiel pour nous réjouir. Je tiens à saluer la lutte et le courage exemplaire des salariés. C’est la première fois que nous sommes aussi proches d’un accord signé. C’est un résultat à la hauteur de la lutte menée.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *