École Louis-Pergaud : pour faire le portrait d’un enfant

Pendant une dizaine de séances, à l’école Louis-Pergaud, la classe de CM2 de Mme Gianini s’est essayé au portrait, avec l’aide de l’artiste Azzouz Seffari, de l’Espace arts plastiques. D’abord, à l’aide de photos, les enfants ont reproduit le portrait de leur voisin de table. « C’était dur, admettent-ils aujourd’hui. Surtout le regard, l’expression. » Est-ce qu’ils se reconnaissent ? La réponse est unanime : oui !La deuxième étape est expliquée par un élève. « Le visage était coupé en deux. Une moitié était normale et l’autre différente. » Il y eut ensuite les portraits monstres, les visages simples retracés au feutre, les visages bandelettes, les damiers, les portraits multiples, les portraits fauvistes (à la gouache) et enfin les portraits géants (à l’aquarelle).
Ce projet est né d’une visite à la Biennale de l’art contemporain, « Une terrible beauté est née ». Les enfants donnent davantage de précisions : « Au musée, on a vu des portraits à moitié beaux, à moitié moches. On a essayé de faire pareil. »
Et la maîtresse, a-t-elle été dessinée ? « Je ne pense pas, répond-elle. À moins qu’il n’y ait un monstre qui me ressemble ? »
Dessins et peintures font à présent un très bel ensemble qui montre que le temps passé (« Quatre mois… Un travail énorme, au cours duquel les enfants sont restés sérieux et appliqués ») n’a pas été inutile. Le résultat est exposé dans les couloirs de l’école. « Presque toutes les classes des bâtiments A et B sont venues, reprend Mme Gianini. Elles ont été attentives aux explications et mes élèves ont reçu beaucoup de compliments. Ce qui leur a fait plaisir. »
Il faudrait ajouter à cette qualité de travail la confiance que les jeunes accordent à Azzouz. Lui-même est heureux du résultat : « Ils sont passés de portraits d’enfants à de véritables portraits de peintres. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *