Chabal au LOU : c'est fait… c'est fou !

Sébastien Chabal, l’ancien deuxième ligne international aux 62 sélections, a officialisé vendredi matin sa venue pour deux ans au LOU, actuellement dernier du Top 14 et menacé de relégation en Pro D2. Le médiatique rugbyman avait quitté le Racing-Métro 92 en cours de saison pour divergences de vue avec Pierre Berbizier, l’entraîneur. “Les dirigeants lyonnais m’ont approché dès février. Je me suis posé pas mal de questions, j’ai même envisagé d’arrêter ma carrière. Je l’avais démarrée sur un malentendu, je ne voulais pas la finir de même. À 34 ans, ce sera mon dernier challenge sportif mais le début d’une grande aventure. Je m’inscris dans la durée au LOU. J’ai visité le Stadium, je ne me suis pas trompé quand je vois les installations qui sont mises à la disposition des joueurs :  il y a tout ici pour réussir et construire un grand club de rugby. Le LOU, ça me parle, ça me dit qu’on peut avoir de l’ambition parce que les moyens sont là pour faire un grand club au niveau national. Je ne suis pas en pré-retraite au LOU Rugby. Les dirigeants ont un projet cohérent. Voilà pourquoi je me suis engagé au LOU, même en Pro D2… heu… pardon, en difficulté au Top 14 et pas encore relégué.”
Quant à sa place… au sein de l’équipe, celui qui a déjà été surnommé “Hannibal Lecter”, “The Cavenam Cometh”, “L’homme du Néanderthal”, “Attila”, “Cartouche” ou encore “L’anesthésiste”, se montre prudent. “J’espère jouer numéro 8. Mais je peux jouer deuxième ligne et j’ai joué 3e ligne aile dans ma jeunesse. Mais je ne jouerai pas avec les trois-quarts, ne vous inquiétez pas. J’ai déjà évolué avec Xavier Fiard, Lee Thomas ou Luc Abraham. Ici, je vais prendre ma place doucement. Je ne vais pas arriver dans les vestiaires et disant : voilà je suis Chabal, joueur de rugby. Je préfère la notion d’équipe et de partage qu’on va trouver au sein du groupe.” Enfin, quand on lui demande si d’autres joueurs vont le suivre, notamment Lionel Nallet, il répond : “On parle beaucoup avec Lionel, mais nous ne sommes pas mariés. Notre carrière n’a jamais été liée, on s’est souvent croisés.”
Entouré des dirigeants du LOU Rugby, Yvan Patet et Olivier Ginon, ainsi que de l’adjoint à la ville de Lyon en charge des Sports Thierry Braillard, Chabal a donc signé un contrat de deux ans avec une reconversion en tant qu’ambassadeur au sein de GL Events, l’actionnaire principal du LOU. Selon la presse spécialisée, dès la rentrée prochaine, Chabal devrait percevoir un salaire de quelque 250 000 euros annuels, contre 360 000 euros au Racing. Mais il pourrait doubler ses revenus grâce à des contrats d’images individuels. Après avoir fait ses débuts à Valence dans la Drôme, Chabal (1,92 m, 104 kg) a fait la majeure partie de sa carrière dans l’Isère, à Bourgoin (1998-2004), avant de porter durant cinq saisons le maillot de Sale (2004-2009) à Stockport.

Une pensée sur “Chabal au LOU : c'est fait… c'est fou !

  • 20 avril 2012 à 16 h 05 min
    Permalink

    Les traitres ne sont pas qu’en politique ! !
    Rejoindre le LOU qui va lutter en PRO D2 contre le CSBJ, pour une personne qui doit sa carrière au club Berjallien, c’est une honte.

    L’homme de Néanderthal a disprau sans pouvoir s’adapter aux mutations de la planète, Chabal disparaitra de nos mèmoires sans laisser plus de trace.

  • 20 avril 2012 à 16 h 05 min
    Permalink

    Les traitres ne sont pas qu’en politique ! !
    Rejoindre le LOU qui va lutter en PRO D2 contre le CSBJ, pour une personne qui doit sa carrière au club Berjallien, c’est une honte.

    L’homme de Néanderthal a disprau sans pouvoir s’adapter aux mutations de la planète, Chabal disparaitra de nos mèmoires sans laisser plus de trace.

  • 20 avril 2012 à 16 h 05 min
    Permalink

    Les traitres ne sont pas qu’en politique ! !
    Rejoindre le LOU qui va lutter en PRO D2 contre le CSBJ, pour une personne qui doit sa carrière au club Berjallien, c’est une honte.

    L’homme de Néanderthal a disprau sans pouvoir s’adapter aux mutations de la planète, Chabal disparaitra de nos mèmoires sans laisser plus de trace.

  • 20 avril 2012 à 16 h 05 min
    Permalink

    Les traitres ne sont pas qu’en politique ! !
    Rejoindre le LOU qui va lutter en PRO D2 contre le CSBJ, pour une personne qui doit sa carrière au club Berjallien, c’est une honte.

    L’homme de Néanderthal a disprau sans pouvoir s’adapter aux mutations de la planète, Chabal disparaitra de nos mèmoires sans laisser plus de trace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *