Stationnement aux abords du Matmut Stadium : un problème à demi démêlé

La réunion de concertation organisée par Yvan Patet, le président du LOU Rugby, avec les Vénissians riverains du Matmut Stadium a permis d’avancer sur les questions du stationnement sauvage les jours de match.
L’entrevue promise par Yvan Patet, président du LOU, aux riverains du stade s’est déroulée le 28 mars à la Bodega, l’espace de restauration ouvert dans l’enceinte du club de rugby. Pour la quarantaine de Vénissians présents, les questions ont tourné autour d’une préoccupation majeure : le stationnement parfois anarchique, les jours de matches. “Le problème, on le constate essentiellement sous la trémie du boulevard Laurent-Bonnevay, certains n’hésitant pas à garer leurs véhicules sur les talus et les bretelles d’accès au périphérique, reconnaît évidemment Yvan Patet. On voit le danger que cela occasionne. On va vite engager une réflexion plus poussée avec le Conseil général et avec la Ville de Vénissieux.”
Adjoint au maire en charge du dossier, Henri Thivillier a rappelé à ce propos le rôle de la police nationale : “Les fonctionnaires peuvent agir en dressant procès-verbaux et en assurant une présence effective sur le terrain. Du côté de la trémie, point névralgique du mécontentement, mais également le long de l’avenue Viviani, qui déborde de véhicules plus ou moins bien stationnés.”
“Alors qu’on avait prévu environ 1500 places de parking, a rappelé Yvan Patet, on a réussi à dégager un volant de 2100 aires de stationnement, dont 350 pour le seul parking Pressensé, le terrain situé derrière l’hypermarché Carrefour. Mais vous voulez un chiffre ? Pas plus de 15 véhicules sont garés à cet emplacement les jours de matches. » Problème de signalétique ? Ou d’accessibilité pour aller à pied de ce point précis au Matmut Stadium ? “On va mettre en place des mini-bus pour faire des navettes », a annoncé le boss du LOU. Qui recommande aux supporteurs de profiter également du parc relais des TCL (plus de 460 places réservées les jours de matches) et du site dit « Duranton/Saint-Jean Industries ».
D’autres nuisances de tous ordres ont été signalées par les riverains, notamment ceux qui les ont vécues “en direct” lors des dix rencontres qui se sont disputées au Matmut Stadium depuis novembre 2011. Ces habitants qui logent entre le 2 et le 13 de la rue Oradour-sur-Glane ont tout pour être exaspérés : murs pris pour des urinoirs, nuisances sonores… Leurs habitations sont seulement séparées du stade par le terrain d’entraînement qui borde le trottoir d’en face. “Si vous saviez ce qui s’amoncelle devant chez moi, nous confirme une résidante : bouteilles en plastique, sac en papier, imprimés, dépliants… Je suis obligée de les entasser dans mes propres poubelles. »
Autre problème : l’éclairage violent. Les projecteurs « crachent » pas mal de lux, et pas seulement ceux qui éclairent le stade principal. « Quatre ou cinq fois déjà, les gardiens ont oublié de les éteindre. Impossible de dormir, même avec les volets fermés et les rideaux tirés. » M. Patet a promis de résoudre ce souci.
Une note positive pourtant, le gardiennage et la sécurité sont assurés 24h/24. Ce qu’ont reconnu les intervenants, au moins rassurés sur ce point.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *