64e festival de Cannes : la politique s’est invitée sur la Croisette

 

Le jury au grand complet sur le tapis rouge (photo © Christian Delvoye)

Dévoilé dimanche soir, le palmarès du 64e festival de Cannes a-t-il tenu compte d’un détail qui avait son importance : l’irruption de la politique au cœur de la manifestation ? On sait qu’à la dernière minute, Thierry Frémaux a ajouté à sa sélection les films de deux cinéastes iraniens retenus par les autorités de leur pays : “Ceci n’est pas un film” de Jafar Panahi et Motjaba Mirtahmasb, passé clandestinement grâce à une clef USB, et “Au revoir” de Mohammad Rasoulof, sorti du pays grâce à un DVD et proposé à Un Certain Regard. Panahi s’est vu décerner le Carosse d’or (le prix de la Société des réalisateurs de films) et Rasoulof a obtenu le prix de la mise en scène d’Un Certain Regard.En attribuant à Kirsten Dunst le prix de la meilleure interprète féminine pour “Melancholia”, le jury présidé par Robert De Niro ne pouvait ignorer le coup d’éclat du réalisateur dudit film, le Danois Lars von Trier. Sa déclaration d’amour hitlérienne lui a valu une exclusion justifiée du festival, son film restant en compétition. Le directeur du festival a regretté que le cinéaste ait utilisé la tribune cannoise “pour exprimer des propos inacceptables”. Lars von Trier s’est excusé publiquement mais le mal était fait : il pouvait quitter la Croisette au volant de son camping-car (il a peur de l’avion). Dans ce film de fin du monde qu’est “Melancholia”, parsemée de très belles idées telle cette cabane de bois pour protéger un enfant de la peur, Kisten Dunst était très attachante et le jury ne s’y est pas trompé comme il ne s’est pas trompé pour Jean Dujardin, prix d’interprétation masculine, formidable dans le très séduisant “The Artist”. Dans “This Must Be the Place” de Paolo Sorrentino, Sean Penn aurait pu lui disputer cette récompense : il est incroyable dans le rôle d’un rocker gothique, une sorte de Marilyn Manson gentil tout autant que dépressif, parti à la recherche d’un criminel nazi.

 

Sean Penn se rend à la conférence de presse de "This Must Be the Place" © Christian Delvoye

La politique était encore au cœur de “La Conquête”, le film de Xavier Durringer qui raconte l’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy. Peu critiques envers le nouveau pouvoir, Durringer et son scénariste Patrick Rotman donnent le beau rôle à cet arriviste dont le meilleur des combats n’est pas tant sa victoire sur la gauche que la guerre de factions qu’il a victorieusement menée contre les chiraquiens. Les comédiens (Denis Podalydès en Sarkozy, Bernard Le Coq en Chirac, Florence Pernel en Cecilia, Samuel Labarthe en Villepin) sont convaincants, beaucoup plus que le film lui-même.
Une des plus belles œuvres du festival, curieusement oubliée et c’est sacrément dommage, était “Le Havre” d’Aki Kaurismaki. Là encore, la politique était au rendez-vous. À travers l’histoire d’un pauvre type, un cireur de chaussures (fantastique André Wilms) qui recueille un jeune sans-papiers (Blondin Miguel), c’est une formidable leçon d’humanité que nous donne le cinéaste finlandais. À la différence de Woody Allen, il filme Helsinki, Londres, Paris ou Le Havre de la même façon, avec le même sens du décor, sans sacrifier à la tentation touristique. Son Havre d’aujourd’hui, avec ses sans-papiers traqués par les CRS, ressemble à la France de l’occupation. La femme du héros ne s’appelle-t-elle pas Arletty, interprétée par une fidèle de Kaurismaki, Kati Outinen ? Ce n’est donc pas étonnant si le commissaire campé par Jean-Pierre Darroussin, pourtant personnage sympathique mais représentant de l’ordre, est filmé comme un gestapiste d’une époque maudite. Qu’on ne s’y trompe pas : Kaurismaki ne transpose pas le drame des sans-papiers dans une France maréchaliste. Les camps de réfugiés et un sympathique concert anarchisant de Little Bob sont là pour le prouver. Seule la politique d’État ne semble avoir bougé.
Beaucoup plus enthousiasmante que la précédente édition, cette 64e sélection a vu peser sur elle l’ombre d’un concurrent sérieux : le festival de Kahn. L’incarcération de DSK occupait toutes les unes de la presse et noyautait l’ensemble des conversations.

 

Brad Pitt, un des interprètes de "Tree of Life" © Christian Delvoye

Et la palme d’or pour “Tree of Life” ? Vous pensez que je l’ai oubliée ? Les belles images, l’interprétation sans faille de Brad Pitt et de ses partenaires, l’aura de quasi intouchabilité du réalisateur Terrence Malick ne peuvent faire oublier l’ennui devant tant de mysticisme. Oui j’ai bâillé devant les innombrables vues d’éruptions volcaniques, de cellules, de cosmos, j’ai ricané devant les dinosaures, j’ai regretté la figuration de Sean Penn et mon sang n’a fait qu’un tour devant ce discours ontologico-théologico-métaphysique. Merci de me laisser le droit de ne pas me sentir en phase avec lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *