André Gerin appelle à la radicalisation, Michèle Picard dénonce "l’hypocrisie et le mépris" du gouvernement

Le député de la 14e circonscription et le maire de Vénissieux ont tous deux pris la plume pour apporter leur soutien aux salariés grévistes de la raffinerie de Feyzin, qui ont décidé la reconduction de leur mouvement pour 24 heures. Un soutien qui s’adresse, indirectement, à tous ceux qui sont engagés dans le mouvement social contre la réforme des retraites. “L’élargissement se confirme. Nous pouvons battre en brèche le discours autoritaire et méprisant du gouvernement Fillon, écrit André Gerin. J’échange et m’informe régulièrement avec les responsables syndicaux car je crois que la radicalisation est nécessaire.” Et d’ajouter : “Les menaces et les propos vénéneux de responsables UMP ne nous impressionnent pas (…). C’est l’union du peuple de France qui est à l’ordre du jour pour battre cette politique rétrograde et construire un changement de société.”
Michèle Picard considère qu’ “il est temps de dire stop à cette réforme injuste et mensongère. Injuste parce qu’elle fait porter l’essentiel des efforts sur les salariés et épargne une nouvelle fois la finance et les revenus du capital (…). Mensongère car chacun sait que les entreprises anticipent le départ de leurs salariés bien avant l’âge légal de 60 ans.” En conclusion, le maire de Vénissieux dénonce « l’hypocrisie et le mépris » du gouvernement vis-à-vis du peuple, avant de réaffirmer que “notre système de retraite, fondé sur la solidarité intergénérationnelle, est un élément constitutif de notre pacte social.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *