Après avoir licencié à Vénissieux, Saint-Jean Industries embauche à Belleville

Début 2009, la grève avait duré plus d'un mois

Souvenez-vous : début 2009, les salariés de Saint-Jean Industries, soutenus par les élus et la population de Vénissieux, avaient lutté jusqu’au bout pour sauver leur outil de travail. En vain. L’équipementier automobile s’était retiré du site historique de l’ancienne fonderie Duranton-Sicfond, entraînant la perte de 108 emplois. L’argument avancé était que le plus gros client, le groupe AB Volvo (propriétaire de Renault Trucks), avait préféré faire fabriquer certaines pièces de fonderie en Inde, où la main-d’œuvre est évidemment moins chère. Du coup Saint-Jean Industries projetait également de délocaliser, notamment en Croatie. Question de survie prétendait la direction. Dix-huit mois après, la surprise est donc grande quand on apprend que l’entreprise drague les communes de l’agglomération lyonnaise pour qu’elles lui envoient des demandeurs d’emplois.

“Notre entreprise familiale, équipementier de premier rang pour l’automobile, compte aujourd’hui près de 400 salariés à Belleville-sur-Saône, indique Richard Giroudon, le directeur des ressources humaines. Nous avons actuellement plusieurs projets de croissance qui nous amènent à devoir renforcer durablement nos équipes. (…) C’est pourquoi nous vous faisons parvenir la liste complète des emplois à pourvoir. Nous vous serions reconnaissants de bien vouloir la faire connaître auprès de vos administrés.”
C’est peu dire que le maire de Vénissieux n’a pas apprécié la démarche. “Vous n’avez aucun scrupule à aller chercher une nouvelle main-d’œuvre plus docile et corvéable à merci, s’indigne Michèle Picard, dans un courrier adressé au président de la société, Émile Di Serio. Vous avez, de plus, le culot de vous adresser à la ville de Vénissieux qui n’a eu de cesse de soutenir les salariés en lutte. J’ose espérer, par respect pour eux, que vous avez contacté en priorité ces salariés pour leur proposer ces emplois.”
Selon l’ancienne déléguée CGT du site vénissian, Laurette Joulié, ce n’est absolument pas le cas.

Une pensée sur “Après avoir licencié à Vénissieux, Saint-Jean Industries embauche à Belleville

  • 16 mars 2013 à 19 h 46 min
    Permalink

    Pour info et à faire circuler : St Jean Industrie est actuellement mis au Prud’homme par ses ouvriers et le syndicat de Belleville sur saône pour harcèlement moral et physique sur son personnel. L’affaire est en cours…

  • 16 mars 2013 à 19 h 46 min
    Permalink

    Pour info et à faire circuler : St Jean Industrie est actuellement mis au Prud’homme par ses ouvriers et le syndicat de Belleville sur saône pour harcèlement moral et physique sur son personnel. L’affaire est en cours…

  • 16 mars 2013 à 19 h 46 min
    Permalink

    Pour info et à faire circuler : St Jean Industrie est actuellement mis au Prud’homme par ses ouvriers et le syndicat de Belleville sur saône pour harcèlement moral et physique sur son personnel. L’affaire est en cours…

  • 16 mars 2013 à 19 h 46 min
    Permalink

    Pour info et à faire circuler : St Jean Industrie est actuellement mis au Prud’homme par ses ouvriers et le syndicat de Belleville sur saône pour harcèlement moral et physique sur son personnel. L’affaire est en cours…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *