Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Pierre-Alain Millet : « La politique de la ville ne compense pas les inégalités »

Depuis le 1er janvier 2024, près de la moitié des Vénissians résident en quartier prioritaire. Pour Pierre-Alain Millet, adjoint au maire au Grand projet de ville, c’est le signe que les inégalités s’accroissent.

Le secteur des Marronniers, géré par le bailleur social ICF Habitat, est aujourd’hui considéré comme prioritaire. Photo Emmanuel Foudrot

En ce début d’année, le nombre de quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) est passé de trois à six, par décret. Le Monery, les Marronniers et La Borelle ont rejoint les Minguettes et les Acacias tandis que le périmètre de Duclos/Max-Barel a été élargi.

Pierre-Alain Millet, êtes-vous satisfait de voir le nombre de QPV doubler à Vénissieux ?

« Nous passons de 22 000 à 29 000 Vénissians résidant en QPV. Soit 44 % de la population municipale, contre 33 % auparavant. C’est bien la preuve que les inégalités sociales et territoriales s’aggravent. Cela confirme une injustice. En France, la ségrégation territoriale est confortée. »

  • La résidence Joliot-Curie (Lyon Métropole Habitat) est au cœur de La Borelle, un nouveau QPV. Photo Emmanuel Foudrot
  • Le secteur des Marronniers, géré par le bailleur social ICF Habitat, est aujourd'hui considéré comme prioritaire. Photo Emmanuel Foudrot
  • Les tours du Monery, près du boulevard urbain Est, sont désormais classés en QPV. Photo Emmanuel Foudrot
  • Pierre-Alain Millet
  • Duclos Max-Barel a été étendu vers le Nord, le long du boulevard Ambroise-Croizat. Photo Emmanuel Foudrot

Qu’y a-t-il de positif à tirer de cette extension du dispositif ?

« De nouvelles actions vont pouvoir être menées rapidement : programmations sociales, actions relatives à la mobilité, l’alimentation, la culture, le sport… Les dispositifs existants seront déployés sur ces secteurs. Le taux de TVA dans la construction sera réduit à 5 % ; les bailleurs seront exonérés de taxe foncière et pourront améliorer le cadre de vie des résidents. On espère voir aboutir plus de programmes de sécurisation et de résidentialisation. »

De quels financements publics les habitants de ces quartiers vont-ils pouvoir bénéficier ?

« Les contrats de ville vont définir le ‘quoi’, pas le ‘combien’. Si on raisonne à budget constant, le risque est de voir les financements être dilués. On n’a pas encore d’informations de l’État. A priori, leurs services seraient partants pour accroître les budgets en fonction de la population supplémentaire. La Métropole de Lyon et la Ville de Vénissieux vont augmenter leurs aides. Les montants seront définis lors du vote des budgets. »

« Nos quartiers regroupent les premiers de corvée »

À Tarare et Neuville-sur-Saône, des quartiers sortent du dispositif. Pas à Vénissieux. Est-ce un constat d’échec ?

« La politique de la ville ne compense pas les inégalités générales mais vient simplement poser des pansements. Elle ne représente que 0,6 % des dépenses de fonctionnement de l’État. Pas de quoi creuser le déficit structurel ! En France, on dépense plus d’argent public pour les plus riches que pour les plus pauvres. Nos quartiers regroupent les travailleurs essentiels, les premiers de corvée, les petites mains. Ils n’ont pas les moyens de se loger dans le parc privé et le parc social est saturé. Beaucoup n’accèdent pas à leurs droits, même si certains sont très revendicatifs. »

Quel bilan dressez-vous des dix ans d’application de la loi Lamy, qui a défini la géographie prioritaire telle qu’on la connaît et a relancé les contrats de ville ?

« Cela reste une réussite dans la mesure où les actions qui en découlent permettent à quantités de gens de réaliser des choses extraordinaires. De plus en plus de jeunes réussissent leur vie. La Politique de la ville est efficace. Toutefois, pendant qu’on essaye de construire quelque chose de positif, la société se dégrade. Le contexte social, les violences intrafamiliales, les trafics… Tous ces éléments pourrissent la vie des habitants. Beaucoup se sentent exclus et intègrent des modes de vie qui les installent dans la pauvreté. »

En octobre dernier, lors du Comité interministériel des villes, Élisabeth Borne, alors premier ministre, avait annoncé qu’elle demanderait aux préfets de ne plus attribuer de logements aux plus précaires dans les QPV et ne plus y créer de places d’hébergement. Cela favorisera-t-il mixité sociale ?

« Où va-t-on loger ces gens ? Les élus des communes qui n’ont pas de QPV se battent pour ne pas accueillir les bénéficiaires du Dalo (Droit au logement opposable). La construction est en rade, l’État ne finance plus l’aide à la pierre. Les préfectures ne pourront pas appliquer cette mesure. »

À l’avenir, ces nouveaux QPV feront l’objet d’une rénovation urbaine, qui reste à définir. Quelle transformation souhaiteriez-vous pour ces quartiers ?

« Qu’on offre à leurs habitants un cadre de vie sécurisé. La transformation doit intégrer des espaces de tranquillité dédiés aux résidents. Les espaces publics doivent être aménagés avec des espaces verts, des pistes cyclables, des trottoirs. La rénovation urbaine est très positive mais pour traiter tous les quartiers, il faudrait pouvoir investir trois fois plus. »

1 Commentaire

1 Commentaire

  1. MOLLARET

    16 février 2024 à 11 h 28 min

    Pour la résidentialisation ,c’est très bien mais qui finance, car pour les copropriétés, la facture est salées, pour les personnes qui sont au smic ils ne peuvent pas se permettent
    se genre de travaux, peut être avec des subventions de 100% de la ville.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez également

Actus

Exit le vétuste bureau de poste du centre commercial provisoire. Le 1er février, La Poste des Minguettes a retrouvé son emplacement originel, dans des...

Actus

L’opération de démolition consiste à supprimer deux allées de la résidence Le Couloud, en vue de la création d’une nouvelle voirie.

Actus

Quarante ans après la Marche pour l’égalité, le conseil municipal a exhorté le gouvernement à renforcer les moyens alloués aux QPV.

Actus

Depuis le 1er janvier, trois quartiers vénissians font partie des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV).

Actus

Une partie de la résidence sera rasée d’ici cinq mois. En lieu et place de ce bout d’immeuble, une nouvelle voie sera tracée pour...