Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Entreprise éphémère : les trois quarts des associés sont casés

Le programme dédié aux jeunes demandeurs d’emploi des Minguettes a porté ses fruits. Une grosse majorité des associés de « Futur TaL’ » a dégoté un contrat.

22 associés de l’entreprise éphémère ont fait retentir la cloche pour signaler leur réussite dans leur quête de contrat de travail. (capture d’écran YouTube)

Les jeunes membres de l’Entreprise éphémère pour l’emploi (EEE) de Vénissieux s’étaient engagés à s’entraider pour trouver du boulot. Ils ont tenu promesse.

Ce programme, cofinancé par la Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (Dreets) et le fonds de revitalisation de Renault Trucks, s’est tenu du 22 mars au 29 avril aux Minguettes, d’où sont issus bon nombre de participants.

31 demandeurs d’emploi ont mutualisé leurs compétences. Leur simili-entreprise, baptisée « Futur TaL’ », a rempli ses objectifs. Comme le veut la coutume, 22 associés ont fait tinter la cloche une fois leur contrat signé : trois CDI, six CDD, un contrat aidé et douze alternances.

Pourtant, la plupart partaient de loin. Le portrait-robot de l’associé de « Futur TaL’ » n’avait pas la faveur des pronostics : jeune (entre 18 et 25 ans), habitant de quartier prioritaire, sans formation notable (80 % de niveau bac ou infra-bac) et chômeur de longue durée (27 %).

Programme éphémère, résultats durables

Anès (22 ans), s’est investi à fond. Il s’est placé sur les bons rails en décrochant un stage d’agent administratif auprès d’une entreprise logistique à Corbas. « On avait fait venir cette société à Vénissieux, précise le jeune homme. Dans l’Entreprise éphémère, j’ai intégré les ressources humaines, puis le service Web. C’était une très bonne expérience. A la rentrée, je souhaite intégrer un bac pro Gestion administration. »

L’altruisme de Marwane (24 ans) au sein du pôle communication a fini par payer. Ce titulaire d’une licence Arts, Lettres, Langues, a trouvé son bonheur une semaine après la fin du programme. Il n’a pas manqué de partager la bonne nouvelle via le groupe WhatsApp des ex-associés.

« Début septembre, je démarre un bachelor Reponsable Marketing et communication en alternance, souffle-t-il. Je suis pris aux Hospices civils de Lyon. En amont, j’ai opté pour un stage aux HCL à la Croix-Rousse. »

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

Pendant un mois et demi, des jeunes demandeurs d’emploi de Vénissieux mutualisent leurs compétences.

Actus

Plus de 400 salariés ont récupéré leur chèque d’indemnisation après le procès pour préjudice d’anxiété en raison de la présence d’amiante dans l’usine de...

Actus

Récemment, quatre salariés de l'usine Ponts et Essieux de Renault Trucks à Saint-Priest ont été licenciés. Et pour certains d'entre eux, la direction leur...

Actus

Deux ans après le début du procès qui oppose Renault Trucks à près de 1 200 de ses salariés, 200 personnes se sont réunies devant...

Actus

373 candidats pour 290 départs volontaires proposés. Le plan de rupture conventionnelle collective mis en place Renault Trucks rencontre un "succès" inattendu. Pour le...