Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Entreprise éphémère pour l’emploi : l’union fait la force

Pendant un mois et demi, des jeunes demandeurs d’emploi de Vénissieux mutualisent leurs compétences.

Marwane, Ysmaël, Hayk et Anès s’investissent cette aventure avec le sourire.

« Cette semaine, la cloche va sonner ! » C’est par ce leitmotiv que débute lundi 4 avril la troisième semaine d’existence de l’Entreprise éphémère pour l’emploi (EEE). Cette start-up pas comme les autres est située rue Georges-Lyvet, au cœur des Minguettes.

La cloche, chaque associé promet de l’agiter frénétiquement dès qu’il trouvera un boulot. Dans l’Entreprise éphémère, dénicher un contrat de travail, d’apprentissage ou de professionnalisation est le but ultime.

Le projet est porté par un cabinet spécialisé dans les actions en faveur de l’emploi. L’EEE de Vénissieux est réservée aux jeunes des quartiers prioritaires. Elle est financée par des fonds publics et privés. Une quarantaine d’associés s’étaient présentés le 22 mars. Une grosse dizaine a abandonné. Dont la plupart des benjamins de l’équipe, âgés de 15 ans. Ceux qui n’ont pas lâché sont bien décidés à tout donner lors des quatre semaines restantes. Leur entreprise a beau être symbolique, leur investissement est bien réel.

La semaine dernière, Fatima a été la première à faire tinter la cloche. La jeune femme, aide-soignante en plein questionnement, a décroché un poste à responsabilités dans son domaine dans une entreprise vénissiane. « Un CDI avec voiture de fonction », soulignent Nelly, Christine et Nathalie. Toutes trois sont chargées d’accompagner les associés. « Tout le monde commence à trouver des pistes sérieuses », notent-elles.

Pour maximiser leurs chances, les associés se sont répartis en cinq services. Les départements « face à face » et « centre d’appels » débusquent les offres du marché caché. Ce sont celles qui restent à pourvoir mais qui ne sont pas publiées. « On prospecte sur le terrain, explique Ysmaël. On toque aux portes des entreprises. » Ce démarchage, Cathy (18 ans) le fait par téléphone. « Il faut réussir à les convaincre, expose cette titulaire d’un bac pro Gestion administration. Parfois, on se fait remballer. Ça peut faire mal mais on apprend de nos erreurs. » La jeune femme a déjà deux bonnes touches, auprès d’une maison de retraite et une agence de garde d’enfants.

« Tout le monde est autonome »

Le service Web se charge de compiler les offres sur le site réservé aux associés. Aux Ressources humaines, on arrange de beaux CV, on rédige des lettres de motivation percutantes et on se prépare aux entretiens. « On va commencer les simulations d’entretiens d’embauche, annonce Priscilla. Il faut bien se préparer aux questions qui dérangent ! » Issue des métiers de l’audit financier, la jeune trentenaire prépare sa reconversion dans le recrutement. « Certains peuvent avoir un peu de timidité, manquent de confiance ou d’expérience, note-t-elle. Mais tout le monde est autonome. »

Enfin, les spécialistes de la communication renforcent la popularité de l’entreprise et fluidifient la circulation de l’information en interne.

L’EEE représente également une opportunité pour les patrons. Ce matin, le Geiq TP (Groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification des métiers des travaux publics) est venu à la rencontre du vivier vénissian. « Venir présenter nos métiers, parler directement aux jeunes, c’est bien mieux, pour eux comme pour nous », estime Aurélien Andreo, responsable de la structure. Le collectif villeurbannais revendique plus de cinquante recrutements par an. L’avenir dira si le déplacement aura été fructueux.

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

Le dispositif des Bataillons de la prévention dresse un premier bilan de ses interventions sur les quartiers des Minguettes et des Clochettes.

Actus

Les riverains de la rue Maurice-Ravel, aux Minguettes, déplorent la qualité des services de La Poste dans leur quartier. 86 résidents ont signé une...

Actus

La prévention du décrochage scolaire est une des missions principales du dispositif Cité éducative. Une mission partenariale qui mobilise de nombreux acteurs.

Express

Les centres sociaux des Minguettes recherchent des bénévoles maîtrisant l’outil informatique et Internet dans le cadre d’un projet de « café numérique ». L’objectif est de...

Actus

L'école Anatole-France et la maison de l'enfance ont reçu le Spatiobus du Centre national d'études spatiales (CNES). De quoi créer des vocations.