Jules-Guesde : collège, squats et propreté occupent les débats

Jules-Guesde est en pleine transformation, et ses habitants ont participé en nombre à l’assemblée générale du conseil de quartier, le 14 octobre dernier. Pierre Matéo, son président, conduisait les débats.


La maman d’une fillette lançait les discussions : « Ma fille est en CM1. Le collège Grignard est loin. Nous sommes plusieurs parents à nous en inquiéter. On a des écoles, un lycée à proximité mais pas de collège. » Michèle Picard rappelait alors le travail lancé par la Métropole à ce sujet : « Dans le prochain mandat, sont prévues deux réhabilitations de collège (Triolet et Aragon), ainsi qu’une construction avenue de la République. Au nord de Vénissieux, j’en conviens, un collège serait nécessaire. Nous réfléchissons à des terrains pour une éventuelle implantation, mais quoi qu’il en soit ce ne sera pas réalisé sur ce mandat. »

Une résidente des « Cristallines » intervient à son tour pour faire part des nuisances constatées avenue Jules-Guesde : « Les magasins qui sont en face de chez nous font du bruit jusque très tard dans la nuit. L’épicerie vend de l’alcool, les jeunes restent devant pendant des heures en mettant de la musique. Ils squattent devant la boulangerie. Le nettoyage n’est jamais fait. Ça devient invivable et insupportable. J’ai appelé la police mais elle ne vient pas. » Un habitant ajoute : « Nous avons des problèmes avec la station de lavage un peu plus loin, après 22 heures il y a du bruit. Serait-il possible de la fermer avec une barrière ? Et de demander au propriétaire de la camionnette qui vend des pizzas, toujours sur l’avenue, de déménager. Les gens restent, parlent fort, c’est très gênant. »
« Depuis la fin du confinement, observe le maire, nous avons l’impression que les gens font ce qu’ils veulent. Pourtant un important travail est mené à Vénissieux tant par la police municipale que la nationale. »

Pour l’adjoint en charge de la propreté, Lanouar Sghaier, les services ont identifié une trentaine de points noirs sur la ville.« Nous allons sensibiliser les plus jeunes en organisant des opérations propreté dans les quartiers, on y associera les collégiens, les lycéens. Et ce qui sera ramassé, nous le mettrons en évidence pour que chacun puisse se rendre compte de l’importance des déchets. Quant au camion, il est malheureusement placé sur un terrain privé… »

Un habitant du 48, avenue Jules Guesde alertait pour sa part sur les vols et les dégradations des voitures dans son parking souterrain. Il demande la mise en place de caméras. « 24 supplémentaires seront installées dans la ville, y compris sur l’avenue », lui a répondu Michèle Picard.

« Depuis plus d’un mois, les portes sont détériorées, les poubelles sont par terre », lance une habitante de la résidence Joliot-Curie. M.Boulaouinat, directeur de Lyon métropole habitat, le bailleur, n’a pas nié les problèmes rencontrés par les habitants. « On a trois gardiens qui travaillent dès 6 heures du matin. On fait face à des squats. On a reçu une délégation de locataires, on réfléchit sur différentes mesures : le contrôle de la circulation à l’intérieur de la résidence, la réduction du nombre d’entrées… » Et de rappeler le lancement d’une importante opération de rénovation, qui doit débuter dans les mois qui viennent, pour un coût de 10 millions d’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *