Le maire demande au Premier ministre de desserrer les cordons de la bourse

Soulignant « l’engagement sans faille des collectivités locales » pour faire face à la crise sanitaire, Michèle Picard attend de l’État plus de souplesse budgétaire.

Par un courrier en date du mercredi 8 avril, le maire de Vénissieux s’adresse longuement au Premier ministre pour l’inviter à « repenser et reconstruire les relations entre les collectivités et l’État ». Dans la première moitié de sa lettre, Michèle Picard revient sur l’ensemble des mesures prises par la Ville de Vénissieux depuis le début de la crise sanitaire : accueil des enfants du personnel soignant, appel quotidien des personnes vulnérables, mise en place d’une cellule psychologique d’écoute, organisation de points de vente de fruits et légumes avec des producteurs locaux…

« Dans ce combat de longue haleine contre l’épidémie, l’État peut compter sur l’engagement sans faille des collectivités locales », rappelle l’élue. Avant de placer l’État face à ses responsabilités vis-à-vis de ces mêmes collectivités. « A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles », considère Michèle Picard, qui propose à Édouard Philippe de « remettre en cause le mécanisme de contractualisation des dépenses de fonctionnement pour l’année en cours ». Pour rappel, ce mécanisme impose aux collectivités une stricte limite de l’évolution de leurs dépenses de fonctionnement — 1,46 % par an pour Vénissieux. « Les contraintes budgétaires du traité de Maastricht ont été mises entre parenthèses ; je ne vois pas pourquoi il n’en serait pas de même entre le pouvoir exécutif et les collectivités locales, observe le maire de Vénissieux. La pandémie montre combien les communes et leurs politiques de proximité sont efficaces et indispensables pour informer, protéger et accompagner les habitants dans toutes les crises, qu’elles soient sanitaires, économiques ou sociales. »

Pour Michèle Picard, « la pire des solutions serait de demander aux communes d’amplifier les mesures d’économies à la sortie de cette crise. Ce serait un contresens historique et dramatique car elles seront en première ligne demain pour limiter les impacts de cette crise économique et sociale ». En plus de la levée du mécanisme de contractualisation en 2020, elle demande sa suppression pour les années à venir, ainsi qu’un renfort des dotations de péréquation, comme la dotation de solidarité urbaine (DSU) attribuée aux villes populaires, le remboursement du FCTVA (Fonds de compensation pour la taxe sur la valeur ajoutée), et la création d’un fonds social pour les collectivités locales.

« Cette crise terrible et tragique est un test grandeur nature sur la force de nos solidarités, sur nos choix de société, sur les priorités collectives que notre nation doit mettre en place, conclut le maire de Vénissieux. Elle nous invite à repenser et à inventer de nouveaux rapports entre nos institutions afin d’être au plus près des besoins et des attentes de tous nos concitoyens. »

 

Une pensée sur “Le maire demande au Premier ministre de desserrer les cordons de la bourse

  • 11 avril 2020 à 7 h 22 min
    Permalink

    Très bonne initiative du maire car les dirigeants ont la mémoire courte : aujourd’hui ils s’appuient sur les communes pour mobiliser contre la pandémie mais demain continueront-ils à ponctionner les villes alors que l’ISF est supprimé pour les possédants? les services publics sont nécessaires il n’est qu’à voir ce qu’il se passe à New York vitrine du capitalisme où les pauvres décédés du codiv 19 sont jetés dans des fausses communes, où les soins sont à la charge des malades. Les hôpitaux en lutte depuis des mois sont remerciés chaque soir pour le travail exceptionnel des soignants! tout manque : masques, sur blouses, gel… les mairies organisent la fabrication de masque en tissu! il faut supprimer ce contrat imposé à la commune et arrêter de taper sur les fonctionnaires. les habitants ont besoin d’une commune active avec les moyens nécessaires il faudra s’en souvenir!
    Bon courage à tous pour tenir le confinement et merci à Expressions de nous informer de tout ce qui bouge dans la ville!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *