Carbone Savoie investit 11 millions d’euros à Vénissieux

Photo © Carbone Savoie

Carbone Savoie se positionne sur le marché de la poudre de graphite synthétique pour batteries électriques et renouvelle l’un de ses fours à Vénissieux, un investissement de 11 millions d’euros.

L’entreprise Carbone Savoie, dont les sites de production se trouvent à Vénissieux (rue Louis-Jouvet) et à Notre-Dame de Briançon (73) remplace en ce moment l’un des fours de son usine vénissiane.

Un investissement de 11 millions d’euros qui permettra économiser 2,5 millions d’euros par an, notamment en abaissant la consommation énergétique de 30 à 40 %, fait savoir l’entreprise.

 

Photo © Carbone Savoie

Modernisation constante

« Le renouvellement de cet équipement n’aura pas d’impact sur les effectifs de l’usine, grâce à un accord conclu avec les organisations syndicales en octobre 2018 », précise l’industriel. Le four, qui devrait être allumé le 15 septembre prochain, sera complètement opérationnel en fin d’année.

Un temps filiale du géant minier anglo-australien Rio Tinto, Carbone Savoie (ex-SERS) avait été reprise en 2016 par le fonds de retournement français Alandia Indutries. Une cession qui avait fait naître de vives inquiétudes aux salariés, qui avaient suivi une grève de deux mois, pour obtenir des garanties sur la pérennité de l’entreprise. Ils avaient reçu le soutien du maire de Vénissieux, Michèle Picard. Carbone Savoie est repartie sur une pente ascendante, portée par les cours de l’aluminium (obtenu avec les cathodes de graphite d’excellente qualité produites à Vénissieux), mais aussi par la modernisation de son outil de production, qui a permis d’améliorer sa productivité.

Industrie d’avenir

Pour répondre à la demande croissante des fabricants de cellules et de l’industrie automobile (dont les besoins vont exploser avec l’accroissement des véhicules électriques), Carbone Savoie se positionne sur le marché de la poudre de graphite synthétique pour batterie.

En effet, le graphite synthétique résiste mieux aux charges et décharges de la batterie que le graphite naturel utilisé jusqu’à présent. Le centre de recherche et développement de Carbone Savoie, installé à Vénissieux, a déjà consacré 3 millions d’euros dans le développement de ce type de graphite.

D’autres investissements à venir

Carbone Savoie a déjà une capacité annuelle de production de 5.000 à 6.000 tonnes. « Elle pourrait être portée à 15.000 tonnes dans un délai d’un à deux ans, moyennant des investissements d’une quinzaine de millions dans des installations de dégoulottage, en fonction des accords commerciaux qu’elle signera », expliquent nos confrères de L’Usine Nouvelle.


Photo © Carbone Savoie

UNE SITUATION FINANCIÈRE QUI S’AMÉLIORE

En 2019, le chiffre d’affaires de Carbone Savoie devrait s’élever à 135 millions d’euros, dont 97 % à l’international, et son résultat serait supérieur à 20 millions d’euros. En 2018, son chiffre d’affaires était de 119 millions d’euros et son résultat de 14,5 millions d’euros. Un intéressement de 5.000 euros net a été versé à chaque salarié pour l’année 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *