Après dix jours de grève, les urgences sortent du malaise

capture

Après dix jours de grève, un protocole de fin de conflit a été approuvé au service des urgences des Portes du Sud. Il a été signé hier (22 septembre) en fin d’après-midi, entre la direction de l’établissement et la CGT.

La plupart des revendications qui avaient motivé la grève sont satisfaites : la présence d’un agent de sécurité 24 heures sur 24, le doublement des agents d’accueil la nuit et le week-end, le versement d’une prime d’urgence de 90 euros pour le personnel de jour et de 22 euros pour celui qui travaille la nuit.

Concernant le brancardage, une nouvelle organisation débutera le 1er octobre. Pour la pause repas de 30 minutes — la plupart du temps le personnel, débordé, ne peut pas la prendre –, la direction s’est engagée à garantir une organisation renforcée avec du personnel en renfort. En revanche, la revendication des grévistes demandant le paiement intégral des journées de 12 heures, n’a pas obtenu satisfaction. La direction a proposé de renvoyer cette problématique à la négociation en cours concernant un accord d’entreprise sur le temps de travail pour l’ensemble de l’établissement.

Enfin, dès aujourd’hui (23 septembre), un groupe de travail spécifique sur le service des urgences est engagé. Autour du comité de direction, les cadres de santé, les médecins, les personnels paramédicaux, les agents d’accueil et les représentants du personnel devront d’abord établir un diagnostic des problématiques liées au fonctionnement des urgences. Une réunion est programmée tous les 15 jours jusqu’à fin novembre 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *