Vénissieux à vélo, c’est valable

Capture velo

On a testé pour vous ! Vénissieux compte une trentaine de kilomètres de pistes cyclables, qui permettent notamment de relier le centre-ville au nord de la commune. Nous avons emprunté plusieurs itinéraires en situation réelle.

À Vénissieux, les pistes cyclables se développent à l’occasion de la réfection des voiries, selon un schéma directeur intégré au plan “Modes doux” de la Métropole. À ce jour, trente kilomètres ont été aménagés à l’intention des amateurs de la “petite reine”. Ils permettent notamment de relier le centre-ville au parc de Parilly à l’est, et à la route de Vienne à l’ouest. Nous avons voulu tester plusieurs itinéraires en situation réelle. En selle !

Il est 14 h 30, mardi 6 septembre. 26°C, soleil, les conditions sont idéales. Nous partons de l’hôtel de ville, direction la gare de Vénissieux. Les deux pistes cyclables sont situées chacune d’un côté de la rue Marcel-Houël, et l’on y circule aisément, dans le même sens que les voitures. Après avoir tourné à gauche sur l’avenue Ambroise-Croizat en direction de la gare, surprise : la piste cyclable semble avoir disparu. Quelques centaines de mètres plus loin, nous l’apercevons de l’autre côté de la rue, sur un très large trottoir. Ici, elle est à double sens. Piétons et cyclistes se croisent d’ailleurs sans difficulté, à la faveur d’une signalisation efficace.

Cartes pistes cyclables Quelques coups de pédales plus loin, nous arrivons à la gare de Vénissieux. Mais les choses se compliquent. Sur le trottoir, la partie réservée aux piétons se trouve toujours à gauche, bien que rien ne l’indique. Elle est séparée de la piste cyclable par une petite margelle — infranchissable par un fauteuil roulant. Mais plus étonnant encore, en face de la gare, elle est coupée par un abribus que les vélos doivent contourner. Deux passages cloutés, situés de part et d’autre, sont censés protéger les piétons. C’est bien la première fois que nous voyons deux passages piétons couper un trottoir…

Sandrine Perrier (EELV) est adjointe aux déplacements urbains, à la voirie, à la propreté et au mobilier urbain. Elle ne décolère pas. “Je ne suis pas du tout satisfaite de cet aménagement. Et ce, d’autant que le plan nous a été communiqué la veille du premier coup de pioche par les services de la Métropole, indique-t-elle. Avant de préciser qu’une signalisation plus efficace devrait être mise en place prochainement par la Métropole, afin de rendre le dispositif “plus lisible”.

La cohabitation avec les piétons se passe bien
Nous voici maintenant sur la piste à double sens de l’avenue Jules-Guesde, toujours sur un trottoir. Puis nous arrivons tranquillement à la place Jules-Grandclément, que nous franchissons sans problème. Nous empruntons l’ancienne route d’Heyrieux, qui doit nous mener directement au parc de Parilly. La partie droite de cette voirie à sens unique est réservée au stationnement, tandis que le trottoir gauche est réservé sur toute sa largeur à la piste cyclable. Comme sur toutes les autres voies que nous empruntons, la cohabitation avec les piétons ne pose pas de problème particulier. Il faut toutefois anticiper…

Un quart d’heure à peine après notre départ du centre-ville, nous voici sur la rue du Clos-Verger, qui borde le parc de Parilly. Mission accomplie, en toute sécurité, sans transpirer exagérément… ni souffrir des gaz d’échappement. Sur notre lancée, nous décidons de continuer en direction du centre nautique intercommunal, situé à la limite de Vénissieux et Saint-Fons. Nous suivons pour cela le boulevard Marcel-Sembat, puis l’avenue Francis-de-Pressensé. Temps de parcours depuis le parc de Parilly : treize minutes. Une fois arrivés, nous déclenchons une dernière fois le chrono. Et en un peu plus d’un quart d’heure, sans forcer, nous voici de retour à l’hôtel de ville. La boucle est (presque) bouclée.

Nous restait en effet le “Ventoux” vénissian à franchir, à savoir la montée de l’avenue d’Oschatz qui mène au plateau des Minguettes. C’est à ce moment que nous nous apercevons que les autres rues étaient vraiment plates… Mais au bout de quelques minutes d’un effort au demeurant acceptable, l’avenue Jean-Cagne s’offre à nous. La prochaine montée sera sans doute plus rapide, c’est juste une question d’entraînement.

10 conseils pour rouler en sécurité

  • Circulez à environ un mètre du trottoir, des voitures en stationnement et des autres véhicules.
  • Utilisez les pistes cyclables.
  • Ne zigzaguez pas entre les voitures.
  • Aux intersections, placez-vous un peu en avant des véhicules pour vous faire voir. Jamais en dehors du champ de vision du conducteur, ni le long d’un camion ou d’un bus.
  • Faites attention aux portières qui s’ouvrent brusquement
  • Si vous avez plus de huit ans, ne circulez pas sur les trottoirs, c’est interdit !
  • Dans les zones de rencontre, laissez passer les piétons : ils sont prioritaires.
  • Dans les zones 30 et les zones de rencontre, les vélos peuvent circuler dans les deux sens.
  • Soyez prudent lors du passage d’un camion : l’appel d’air peut vous déséquilibrer.
  • Le Code de la route s’applique aux cyclistes comme aux autres usagers. Les infractions n’entraînent pas de retrait de point, mais sont passibles des mêmes amendes.
Source : Sécurité routière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *