Les bons plants des serres municipales

Capture

Près d’une centaine de visiteurs en une après-midi, c’est un beau succès. Le 27 avril, les jardiniers municipaux avaient rendez-vous avec les Vénissians, pour la traditionnelle visite des serres municipales. Cette nouvelle édition intervenait quelques mois après l’attribution d’une quatrième fleur à la ville de Vénissieux par le Conseil national des villes et villages fleuris.

« Le principe, c’est de proposer tous les ans une visite générale, menée par le responsable du site, Michel Fouilleux. Mais cette année, pour la première fois, nous avons mis en place quatre ateliers supplémentaires : multiplication des végétaux, développement durable, taille des arbustes et composition d’une jardinière, explique Sébastien Gaud, jardinier. C’est une manière d’intéresser les gens, qui viennent généralement chercher des conseils, des idées… Ils sont aussi curieux de voir comment fonctionne le site, et plus particulièrement les serres. »

Parmi eux, Solange et son mari, venus récolter quelques conseils. « Chez nous, nous avons de grandes plantes qui grimpent jusqu’au plafond de l’appartement. Je cherche des solutions ou des suggestions pour les rendre plus belles, pour en planter d’autres et mieux organiser mes massifs », explique-t-elle. Jeannine et Claudette, deux retraitées à la main verte, ont quant à elles déjà une « petite » expérience. Leurs balcons sont pourvus de plantes fleuries, petits sapins, rosiers, plantes grasses ou exotiques. « On vient voir comment faire mieux, plus joli. Et puis c’est agréable de discuter avec les jardiniers. Ils expliquent si bien ! »

Mais au-delà des conseils techniques propres à chaque situation, le secret de la réussite pour les jardiniers amateurs est sans doute affaire de méthode… et d’humilité. « On a le droit de faire des erreurs. Parfois ça marche, parfois ça ne marche pas. Il ne faut pas s’obstiner, glisse Sébastien Gaud. Si un arbuste ne veut pas pousser à tel endroit, il faut changer. On ne dompte pas la nature, on essaie de la canaliser, de la mettre à notre goût. Il faut oser, tester… Mais surtout, observer. « 

Ce que ne reniera pas Laurence Johnsson, chef d’équipe aux serres municipales. « Si j’avais un conseil, en effet, ce serait d’ouvrir les yeux. De prendre le temps de voir les choses, de regarder le comportement des plantes. Par exemple, pour réussir une jardinière hors du commun, il ne faut pas utiliser trop de végétaux. Trois ou quatre suffisent ! Il vaut mieux travailler sur la couleur, le port ou le feuillage… Le résultat n’en sera que meilleur. »

Les nouvelles serres municipales, qui datent de 2011, ont nécessité un an de travaux. L’équipement comprend un bâtiment avec bureaux, vestiaires et hangar, des serres en verre pour conserver des plantes d’ornement, une serre de multiplication, et des serres en plastique réservées à la production horticole.

Une dizaine de personnes, dont six travaillent en production, sont employées sur le site. Tous les ans, 120 000 plantes y sont produites. Comme le rappelle Michel Fouilleux, « c’est d’ici que partent toutes les fournitures pour les espaces verts de la Ville. » Lesquels représentent une surface de 164 hectares sur la Ville, dont 4 000 m2 de massifs fleuris.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *