La Ville n’augmentera pas ses taux d’imposition

Bien que la situation financière des collectivités territoriales soit tendue, l’équipe municipale ne touchera pas aux impôts locaux. Pour ne pas pénaliser les familles déjà durement éprouvées par la crise.
Comme en 2009, mais à l’inverse des années 2010 et 2011 qui avaient vu la fiscalité locale augmenter de 1 %, la municipalité ne touchera pas aux taux des impôts locaux en 2012. C’est ce que l’on retiendra en premier lieu du débat d’orientations budgétaires qui ouvrait, lundi 30 janvier, la séance du conseil municipal. Les autres propositions sont de poursuivre une gestion rigoureuse des dépenses de fonctionnement, de maintenir un volume de dépenses d’investissement de l’ordre de 15 millions d’euros par an, et enfin de contenir l’endettement à un niveau soutenable.
Ce dernier objectif sera le plus délicat. L’adjointe aux finances, Évelyne Ebersviller (PCF), l’a rappelé en préambule des discussions : dans un contexte économique national très difficile, aggravé par les désengagements de l’État, la suppression de la taxe professionnelle et les baisses de subventions, ce n’est que grâce à la vente de terrains que la Ville est parvenue à maintenir une épargne nette conséquente. Et à éviter l’effet ciseau qui consiste en une évolution des dépenses plus rapides que celle des recettes. Jusqu’à présent, la dette a ainsi pu être contenue. Elle a même légèrement diminué entre 2008 et 2011. Mais son volume devrait passer de 58 millions d’euros en 2012 à 66 millions en 2015. “Le ratio de la dette par habitant monterait ainsi à 1 060 euros, a précisé l’adjointe ; un niveau qui resterait quand même inférieur à la moyenne (1 209 euros par habitant) des communes de la même taille que la nôtre.”
“Les finances de Vénissieux sont et restent saines, a pris soin de souligner le maire, Michèle Picard. Elles nous permettent de maintenir la qualité et la diversité des missions de service public, tout en investissant dans des équipements d’avenir. Reste que pour l’ensemble des communes, l’équilibre budgétaire devient tous les ans un peu plus compliqué. Nos capacités d’investissement sont de l’ordre de 15 millions par an ; elles étaient de 19 millions il n’y a pas si longtemps.”
En dépit de ces inquiétudes, l’équipe municipale a donc proposé de laisser inchangés les taux des impôts locaux. Michèle Picard s’en est expliquée : “La situation est si grave, les difficultés pour les familles modestes, mais aussi pour une partie des classes moyennes, sont telles, que cette décision s’imposait”.

Dépenses de personnel
Un avis partagé par les élus socialistes. “Nous soulignions l’an dernier que les impôts locaux restent le seul levier d’action de la Ville sur ses recettes, a indiqué Jeff Ariagno. Mais une augmentation aurait touché directement nos concitoyens déjà très malmenés par la crise.”
De son côté, l’opposition centriste et de droite préférerait voir les impôts baisser. Maurice Iacovella, du Rassemblement des Vénissians, tout comme l’UMP Christophe Girard, ont appelé à un “redimensionnement” et à une “optimisation”, pour ne pas dire une compression des dépenses de personnels, seule façon selon eux de dégager de nouvelles marges de manœuvre.
Éléazar Bafounta (PRG) s’est élevé contre cette mise en cause de la fiscalité communale : “Je me permets de rappeler à mes chers collègues que d’autres collectivités collectent leurs taxes et impôts directement auprès des habitants, y compris à Vénissieux.” Président du groupe des élus communistes et apparentés, Henri Thivillier a défendu le niveau de dépenses consacré au personnel : “Nos choix donnent la priorité au service rendu aux Vénissians en privilégiant l’action des agents territoriaux et en ne falsifiant pas la masse salariale par des externalisations de services à la population, autrement coûteuses et dispendieuses, sans que la qualité soit particulièrement au rendez-vous.” Même tonalité chez Marie-Christine Seemann (LO) : “Les emplois dans les communes sont de plus en plus nécessaires, dans la mesure où ils permettent d’assumer des tâches qui incombaient auparavant à l’État. Pour ne parler que des écoles, les Atsem ou les infirmières employées par la mairie ont un rôle déterminant au moment où les effectifs par classe augmentent, et où de plus en plus de gens n’accèdent plus aux soins.”
Dans ce débat, qui ne se conclut pas par un vote, Geneviève Soudan (Vénissieux Écologie/Les Verts) a fait entendre une note particulière en estimant que “la santé financière de Vénissieux donne des marges plus importantes que celles que reconnaît la majorité municipale”. Et en considérant que les projets d’investissement “manquent encore d’ambition et d’originalité”.

Une pensée sur “La Ville n’augmentera pas ses taux d’imposition

  • 1 février 2012 à 0 h 16 min
    Permalink

    Je tiens à préciser que les propos qui me sont prêtés dans cet article sont faux et tendancieux. Je n’ai jamais évoqué, ni sous entendu une « compression des dépenses de personnels » encore moins que ce serait « la seule façon de dégager de nouvelles marges de manœuvre ». Cette interprétation est certainement à mettre sur le compte d’une vision stéréotypée de la part de gens qui ont de telles a priori, qu’ils interprètent vos propos par rapport à leurs grilles de pensée personnelles et non en se référant tout simplement à ce que vous dites. Je dois préciser, pour les lecteurs qui ne le savent pas que tout les textes de nos interventions sont écrit et qu’une copie est systématiquement remise aux journalistes, puis publiés sur notre blog (cf. http://venissieuxaudace2014.fr). Il n’y a donc pas de problème pour revenir au sens des mots.
    Par ailleurs, je rappelle à l’impartialité nécessaire des journalistes que je suis et reste un élu Divers Droite (DVD) même si mes détracteurs souhaitent absolument m’étiqueter. L’UMP m’a donné son investiture pour les législatives tout en respectant ma détermination à rester Divers Droite. Il s’agit d’un soutien significatif à ma candidature de rassemblement mais il ne sera pas le seul puisque des investitures d’autres partis vont suivre. Je sais que cette démarche est très dure à comprendre pour des gens qui font passer l’idéologie et le parti en premier. Pour ma part, ce qui passe en premier c’est le service de mes concitoyens et la volonté de créer les meilleurs conditions pour l’épanouissement chacun. Les visions doctrinaires n’ont pas de place dans mon approche politique. Mes convictions personnelles et la réalité du terrain passent avant.

  • 1 février 2012 à 0 h 16 min
    Permalink

    Je tiens à préciser que les propos qui me sont prêtés dans cet article sont faux et tendancieux. Je n’ai jamais évoqué, ni sous entendu une « compression des dépenses de personnels » encore moins que ce serait « la seule façon de dégager de nouvelles marges de manœuvre ». Cette interprétation est certainement à mettre sur le compte d’une vision stéréotypée de la part de gens qui ont de telles a priori, qu’ils interprètent vos propos par rapport à leurs grilles de pensée personnelles et non en se référant tout simplement à ce que vous dites. Je dois préciser, pour les lecteurs qui ne le savent pas que tout les textes de nos interventions sont écrit et qu’une copie est systématiquement remise aux journalistes, puis publiés sur notre blog (cf. http://venissieuxaudace2014.fr). Il n’y a donc pas de problème pour revenir au sens des mots.
    Par ailleurs, je rappelle à l’impartialité nécessaire des journalistes que je suis et reste un élu Divers Droite (DVD) même si mes détracteurs souhaitent absolument m’étiqueter. L’UMP m’a donné son investiture pour les législatives tout en respectant ma détermination à rester Divers Droite. Il s’agit d’un soutien significatif à ma candidature de rassemblement mais il ne sera pas le seul puisque des investitures d’autres partis vont suivre. Je sais que cette démarche est très dure à comprendre pour des gens qui font passer l’idéologie et le parti en premier. Pour ma part, ce qui passe en premier c’est le service de mes concitoyens et la volonté de créer les meilleurs conditions pour l’épanouissement chacun. Les visions doctrinaires n’ont pas de place dans mon approche politique. Mes convictions personnelles et la réalité du terrain passent avant.

  • 1 février 2012 à 0 h 16 min
    Permalink

    Je tiens à préciser que les propos qui me sont prêtés dans cet article sont faux et tendancieux. Je n’ai jamais évoqué, ni sous entendu une « compression des dépenses de personnels » encore moins que ce serait « la seule façon de dégager de nouvelles marges de manœuvre ». Cette interprétation est certainement à mettre sur le compte d’une vision stéréotypée de la part de gens qui ont de telles a priori, qu’ils interprètent vos propos par rapport à leurs grilles de pensée personnelles et non en se référant tout simplement à ce que vous dites. Je dois préciser, pour les lecteurs qui ne le savent pas que tout les textes de nos interventions sont écrit et qu’une copie est systématiquement remise aux journalistes, puis publiés sur notre blog (cf. http://venissieuxaudace2014.fr). Il n’y a donc pas de problème pour revenir au sens des mots.
    Par ailleurs, je rappelle à l’impartialité nécessaire des journalistes que je suis et reste un élu Divers Droite (DVD) même si mes détracteurs souhaitent absolument m’étiqueter. L’UMP m’a donné son investiture pour les législatives tout en respectant ma détermination à rester Divers Droite. Il s’agit d’un soutien significatif à ma candidature de rassemblement mais il ne sera pas le seul puisque des investitures d’autres partis vont suivre. Je sais que cette démarche est très dure à comprendre pour des gens qui font passer l’idéologie et le parti en premier. Pour ma part, ce qui passe en premier c’est le service de mes concitoyens et la volonté de créer les meilleurs conditions pour l’épanouissement chacun. Les visions doctrinaires n’ont pas de place dans mon approche politique. Mes convictions personnelles et la réalité du terrain passent avant.

  • 1 février 2012 à 0 h 16 min
    Permalink

    Je tiens à préciser que les propos qui me sont prêtés dans cet article sont faux et tendancieux. Je n’ai jamais évoqué, ni sous entendu une « compression des dépenses de personnels » encore moins que ce serait « la seule façon de dégager de nouvelles marges de manœuvre ». Cette interprétation est certainement à mettre sur le compte d’une vision stéréotypée de la part de gens qui ont de telles a priori, qu’ils interprètent vos propos par rapport à leurs grilles de pensée personnelles et non en se référant tout simplement à ce que vous dites. Je dois préciser, pour les lecteurs qui ne le savent pas que tout les textes de nos interventions sont écrit et qu’une copie est systématiquement remise aux journalistes, puis publiés sur notre blog (cf. http://venissieuxaudace2014.fr). Il n’y a donc pas de problème pour revenir au sens des mots.
    Par ailleurs, je rappelle à l’impartialité nécessaire des journalistes que je suis et reste un élu Divers Droite (DVD) même si mes détracteurs souhaitent absolument m’étiqueter. L’UMP m’a donné son investiture pour les législatives tout en respectant ma détermination à rester Divers Droite. Il s’agit d’un soutien significatif à ma candidature de rassemblement mais il ne sera pas le seul puisque des investitures d’autres partis vont suivre. Je sais que cette démarche est très dure à comprendre pour des gens qui font passer l’idéologie et le parti en premier. Pour ma part, ce qui passe en premier c’est le service de mes concitoyens et la volonté de créer les meilleurs conditions pour l’épanouissement chacun. Les visions doctrinaires n’ont pas de place dans mon approche politique. Mes convictions personnelles et la réalité du terrain passent avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *