Réseau Ambition Réussite : festival réussi autour du collège Elsa-Triolet

Juste avant les vacances de printemps, les CM2 des écoles Paul-Langevin et Anatole-France et les 6e du collège Elsa-Triolet se sont côtoyés au cours d’une semaine d’activités favorisant échanges et intégration des futurs collégiens. De nombreuses manifestations ont été organisées avec plusieurs points forts : le défi maths, la présentation de la classe bilangue arabe, le concert de la chorale et de la classe musique, l’animation Graines de poètes animée par le poète Roland Tixier… sans oublier le tournoi de foot.

Fédérer autour d’un collège des écoles maternelles et élémentaires pour développer un environnement de réussite, tels sont les objectifs des RAR, les Réseaux ambition réussite créés en 2006 par le ministère de l’Éducation nationale. Les collèges ont été choisis selon des critères très précis, telles que les catégories socio-professionnelles des parents ou le nombre d’allocataires du RMI (remplacé depuis par le RSA). À Vénissieux, seul le collège Elsa-Triolet est entré dans ce dispositif RAR, avec les écoles proches, Paul-Langevin et Anatole-France. « Le réseau nous permet de mettre en place des projets tout au long de l’année scolaire », précise Mme Baconnier, principale adjointe. Pour preuve, le festival qui vient de se dérouler. « Ce n’est pas la première fois que nous accueillions les élèves de CM2. Avant, déjà, ils se rendaient dans des classes. Mais nous voulions faire davantage, pour que les écoliers commencent réellement à s’approprier leur futur collège. »
C’est ainsi que, du 18 au 21 avril, de nombreuses manifestations ont été organisées avec plusieurs points forts : le défi maths et la présentation de la classe bilangue arabe à Elsa-Triolet, le concert de la chorale et de la classe musique du collège à la Maison des fêtes et des familles, l’animation Graines de poètes animée par le poète Roland Tixier à Paul-Langevin, sans oublier le tournoi de foot. Les expositions d’arts plastiques réalisées dans les maternelles Anatole-France et  Paul-Langevin ont été échangées : « Abécédaires », « Fresque », « Turlututu » et « Visages peints ».

Défi maths, sport ou musique !
Les animations sérieuses ont débuté le mardi. Exceptionnellement, le collège n’a accueilli ce jour-là que les classes de 6e et les CM2 des deux écoles. Le matin, tous ont participé à un défi maths. “Près de 250 élèves se sont affrontés par équipes”, précise Laurence Souc, professeur supplémentaire RAR, responsable du projet. Et les matheux, qui ont dû résoudre des problèmes parfois difficiles, s’en sont donné à cœur joie. Exemple, cet énoncé :
« Français, Belges et Suisses comptent de la même manière jusqu’à 69. Quarante-huit a une curieuse propriété : la somme de ses deux chiffres (4+8) est aussi le nombre de ses lettres. Combien de nombres entiers entre 1 et 69, y compris quarante-huit, ont un nombre de lettres égal à la somme de leur chiffre ? »
L’après-midi était placée sous le signe du sport avec un tournoi de foot. Entre temps, les écoliers avaient visité l’établissement et discuté avec les enseignants. Jeudi après-midi, nouveau rendez-vous : la présentation à la Maison des fêtes et des familles de la classe musique et de la chorale. « Ces élèves, a expliqué le professeur de musique, ont des horaires aménagés : ils font deux heures de musique au collège, puis tous les mardis après-midi, ils se retrouvent à l’école de musique pour apprendre un instrument, faire de l’éducation musicale. » Après le concert, retour à Elsa-Triolet pour découvrir la classe bilangue arabe, qui accueillait 22 enfants cette année.
Une semaine vraiment réussie, dont se félicite Laurent Fatet, professeur des écoles et coordinateur du RAR : « Tout le monde a été motivé. Les enfants de CM2 ont pu vivre une première intégration réussie au collège, et découvrir des options. Et tous ont participé à des échanges culturels.” Une initiative qui n’aurait pu se faire sans l’implication du comité de pilotage du RAR et les soutiens notamment de l’inspecteur de l’Éducation nationale M. Garcia, et du principal du collège M. Grand.
Ce Réseau RAR, notons-le, fait quasiment l’unanimité chez les enseignants des trois établissements. « Il nous a permis d’obtenir quatre enseignants supplémentaires ainsi que des assistants pédagogiques. Laurence Souc, par exemple, enseigne les maths au collège et intervient 9 heures en CM2 essentiellement pour travailler sur la résolution de problèmes.” Contrairement au réseau CLAIR (Collèges et lycées pour l’ambition, l’innovation et la réussite) mis en place à la rentrée dernière, le RAR fonctionne plutôt bien, estiment les syndicats d’enseignants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *