Veninov : la direction “soulagée”, les syndicats “inquiets”

Le blocage de l’usine Veninov, qui durait depuis une quinzaine de jours, s’est achevé le 22 décembre. L’intersyndicale CGT-CFDT-CFE-CGC a pris cette décision au lendemain d’un Comité central d’entreprise (CCE) qui s’est tenu en présence d’un représentant du groupe allemand Eilich, propriétaire du site. “Il a été annoncé qu’un groupe financier américain avait apporté les fonds nécessaires, sous forme de prêt (N.D.L.R. : 6 millions d’euros dont 565 000 pour l’achat de matières premières destinées au site de Vénissieux) pour permettre aux trois usines européennes du groupe de reprendre une activité normale, dès le début de l’année prochaine, explique Philippe Azémard, directeur général de l’usine. De plus, il a été précisé que le groupe était en pourparlers avec des investisseurs potentiels qui pourraient entrer dans le capital de notre société. Bien que toujours sceptiques, nos collaborateurs ont reçu avec un réel soulagement ces nouvelles positives.”
S’il a par ailleurs été confirmé que les salaires de décembre seront payés à bonne date et que les 50 % du solde du 13e mois seront versés au plus tard le 31 décembre 2010, les syndicats ne sont pas sortis enthousiastes de cette rencontre. Ceux-ci déplorent, dans un communiqué commun : “Le comité central d’entreprise a été stoppé en plein milieu de l’ordre du jour à cause d’un avion à prendre. Le représentant du groupe allemand n’a répondu qu’à six questions sur les quinze posées. Ce n’est pas la première fois que nos dirigeants ne respectent pas les droits et les lois de notre pays. Aucun papier ne nous a été remis, garantissant toutes les déclarations faites au CCE, reprennent les syndicats. L’avenir reste trouble pour les salariés. Nous n’avons à ce jour aucune certitude sur la pérennité de l’entreprise.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *