Conseil de quartier Charréard/Max-Barel : des autos, des camions, des trains… des soucis

C’est en présence du commissaire de police, Pierre Labalme, que s’est tenu le conseil de quartier Charréard/Max-Barel, le 25 novembre. En tout cas durant la première demi-heure. Le temps de répondre à une salve de questions portant principalement sur la vitesse excessive des véhicules sur des axes comme le boulevard Coblod ou l’avenue Jacques-Duclos. “Mme le maire m’a transmis vos courriers, j’en ai avisé les services et ma hiérarchie, a-t-il expliqué. Mais je dois reconnaître que ce n’est pas une zone prioritaire en termes de contrôles, car ce n’est pas la plus accidentogène. Par ailleurs, le commissariat de Vénissieux est en charge de deux communes, peut-être bientôt trois, et il est difficile d’être partout.” Un discours de franchise plutôt bien reçu par l’assistance.
Historiquement dans le quartier, les problèmes liés aux transports sont dominants. C’est toujours vrai. Roger Rivat, au nom de l’association “Halte aux bruits et la vitesse”, a listé toute une série d’inquiétudes. À commencer par le très ancien problème du chemin du Charbonnier, emprunté par des dizaines de camions qui entrent et sortent du chantier de transport combiné Naviland/Cargo (ex CNC). Après des années de lutte des riverains, soutenus par les municipalités de Vénissieux et de Saint-Priest, la Communauté urbaine de Lyon a aménagé en 2002 une nouvelle desserte du chantier au niveau de la rue du Beaujolais. Cela devait diviser par deux le nombre de camions. Sauf que Réseau ferré de France (RFF), propriétaire des voies SNCF, malgré de nombreuses promesses, n’a jamais réalisé les travaux d’aménagement interne qui auraient permis aux camions d’emprunter cette nouvelle entrée. Une situation kafkaïenne. “Avec RFF, je ne sais plus si je crois ce que je sais et si je sais ce que je dis, a ironisé Henri Thivillier, adjoint au maire en charge de l’urbanisme. Lors d’une récente réunion, ils ont de nouveau évoqué cet aménagement interne. Mais on ne peut que rester prudents.”
RFF, que l’on retrouve dans un autre gros dossier qui inquiète le quartier : le contournement ferroviaire de l’agglomération lyonnaise (CFAL). À l’horizon 2015, la partie nord de ce contournement, qui aboutit à Grenay, sera achevée. Mais la partie sud, qui ira jusqu’à Sibelin, risque d’être réalisée bien plus tard. Et entre-temps, c’est la ligne historique traversant Mions, Saint-Priest… et Vénissieux qu’emprunteront les quelque 250 trains de marchandises quotidiens. Cette perspective effraye les riverains, en particulier les occupants des maisons du boulevard Coblod, qui sont aux premières loges, le long de la voie. “La position de la Ville n’a pas varié dans ce dossier, a rappelé Henri Thivillier. Nous demandons toujours que le tronçon sud soit réalisé en même temps que celui du nord. Si ce n’est pas le cas, nous exigeons que toutes les précautions soient prises pour protéger les riverains des nuisances sonores et des risques d’accidents, notamment chimiques, liés au transport ferroviaire de marchandises.”

Des choix douloureux
Les habitants des maisons Coblod ont une autre préoccupation. Leur logeur, ICF, a prévu une opération de démolition-reconstruction qui doit s’étaler jusqu’en 2020. Quand les logements se vident, ils ne sont pas reloués. Et l’entretien du quartier n’est plus à la hauteur : espaces verts négligés, nettoyage insuffisant. Pierre-Alain Millet, adjoint à l’environnement, s’est engagé à faire remonter les plaintes des habitants auprès du bailleur. Tandis qu’Henri Thivillier replaçait l’avenir du secteur dans une réflexion plus large : “Nous avons obtenu du Grand Lyon qu’il réalise une étude de cadrage urbain autour de la gare de Vénissieux, la 3e de l’agglomération par le nombre de voyageurs qui s’y croisent chaque jour (entre 25 000 et 29 000). Nous voulons que l’opération de démolition-reconstruction d’ICF s’inscrive pleinement dans ce cadre.”
De propreté, ou plutôt de son insuffisance, il en fut également question à propos de l’espace de jeux pour enfants de la rue Rouget-de-l’Isle. Les riverains souhaiteraient que le site soit protégé par une barrière. “On peut en parler”, a répondu Pierre-Alain Millet, invitant les bonnes volontés à monter un projet dans le cadre du conseil de quartier
Toutefois, les élus ont attiré l’attention sur les difficultés financières croissantes que risque d’affronter la ville dans les années qui viennent, face au désengagement de l’État et aux conséquences de la réforme des collectivités territoriales. Ainsi, à propos du projet de construction d’une maison de l’enfance dans le quartier, prévu dans le mandat 2008-2014, le maire, Michèle Picard, n’a pas caché que l’opération n’était pas encore budgétée. “Lors du précédent mandat, nous avions une capacité d’investissement de l’ordre de 19 millions par an, a-t-elle précisé. Désormais, nous ne disposons plus que de 15 millions. On devient presque des funambules pour maintenir le budget. Nous avons la volonté de tenir nos engagements, mais il faudra peut-être faire des choix douloureux. Il faut que vous le sachiez.”

Une pensée sur “Conseil de quartier Charréard/Max-Barel : des autos, des camions, des trains… des soucis

  • 27 novembre 2010 à 17 h 33 min
    Permalink

    Bonjour

    Membre du COmité de PILotage du CFAL, je tiens à corriger quelques chiffres. Le CFAL nord est au stade de l’enquête publique (Mars 2011) pour une mise en circulation au plus optimiste en 2019.
    Le CFAL Sud vient juste (2010) de choisir son fuseau (en 2005 pour CFAL nord).
    Le risque pour votre secteur c’est le report des nouvelles circulations (cfal nord) vers la voie historique et donc son doublement de voie en attendant le CFAL sud. C’est une solution régulièrement évoqué à la commission NFL Noeud Ferroviaire Lyonnais. Certains envisagent de se contenter du doublement du barreau St-Fons-Grenay et d’abandonner le CFAL sud.

    Un joli sujet pour les années à venir. Ne prenez pas les promesses pour argent comptant, surtout venant de RFF. Mais je vois que vous pratiquez dejà 😉

  • 27 novembre 2010 à 17 h 33 min
    Permalink

    Bonjour

    Membre du COmité de PILotage du CFAL, je tiens à corriger quelques chiffres. Le CFAL nord est au stade de l’enquête publique (Mars 2011) pour une mise en circulation au plus optimiste en 2019.
    Le CFAL Sud vient juste (2010) de choisir son fuseau (en 2005 pour CFAL nord).
    Le risque pour votre secteur c’est le report des nouvelles circulations (cfal nord) vers la voie historique et donc son doublement de voie en attendant le CFAL sud. C’est une solution régulièrement évoqué à la commission NFL Noeud Ferroviaire Lyonnais. Certains envisagent de se contenter du doublement du barreau St-Fons-Grenay et d’abandonner le CFAL sud.

    Un joli sujet pour les années à venir. Ne prenez pas les promesses pour argent comptant, surtout venant de RFF. Mais je vois que vous pratiquez dejà 😉

  • 27 novembre 2010 à 17 h 33 min
    Permalink

    Bonjour

    Membre du COmité de PILotage du CFAL, je tiens à corriger quelques chiffres. Le CFAL nord est au stade de l’enquête publique (Mars 2011) pour une mise en circulation au plus optimiste en 2019.
    Le CFAL Sud vient juste (2010) de choisir son fuseau (en 2005 pour CFAL nord).
    Le risque pour votre secteur c’est le report des nouvelles circulations (cfal nord) vers la voie historique et donc son doublement de voie en attendant le CFAL sud. C’est une solution régulièrement évoqué à la commission NFL Noeud Ferroviaire Lyonnais. Certains envisagent de se contenter du doublement du barreau St-Fons-Grenay et d’abandonner le CFAL sud.

    Un joli sujet pour les années à venir. Ne prenez pas les promesses pour argent comptant, surtout venant de RFF. Mais je vois que vous pratiquez dejà 😉

  • 27 novembre 2010 à 17 h 33 min
    Permalink

    Bonjour

    Membre du COmité de PILotage du CFAL, je tiens à corriger quelques chiffres. Le CFAL nord est au stade de l’enquête publique (Mars 2011) pour une mise en circulation au plus optimiste en 2019.
    Le CFAL Sud vient juste (2010) de choisir son fuseau (en 2005 pour CFAL nord).
    Le risque pour votre secteur c’est le report des nouvelles circulations (cfal nord) vers la voie historique et donc son doublement de voie en attendant le CFAL sud. C’est une solution régulièrement évoqué à la commission NFL Noeud Ferroviaire Lyonnais. Certains envisagent de se contenter du doublement du barreau St-Fons-Grenay et d’abandonner le CFAL sud.

    Un joli sujet pour les années à venir. Ne prenez pas les promesses pour argent comptant, surtout venant de RFF. Mais je vois que vous pratiquez dejà 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *