Résidence Aulagne : la pose des filets de sécurité a commencé

L'Opac du Rhône annonce six semaines de travaux pour équiper 254 appartements

Exit les barres métalliques qui défiguraient les appartements, offrant un étayage efficace mais pas plus pratique qu’esthétique. Sur les recommandations de l’expert nommé en août par le Tribunal de grande instance de Lyon, l’Opac du Rhône a choisi d’installer des filets de protection dans les appartements de la résidence Louis-Aulagne. Tendus à quelques centimètres des plafonds de toutes les pièces, ils sont destinés à assurer la sécurité des locataires (dans l’attente d’une solution définitive), en retenant toute chute éventuelle. “Ces filets peuvent supporter une charge de 1 800 kilos au m2, précise Stéphane Goupy, directeur de l’agence de Vénissieux de l’Opac du Rhône. Cette solution permettra d’attendre sereinement le rapport d’expertise définitif, attendu au plus tard pour le 31 janvier 2011.” Le chantier est de taille, puisque 254 des 278 appartements de la résidence sont concernés. L’installation des filets durera environ six semaines. Une dizaine de logements devraient être traités par jour, par deux entreprises mobilisant des dizaines d’ouvriers. Pour des raisons de sécurité, les locataires des appartements en cours d’installation sont priés de quitter leur logement le temps de l’installation qui dure une journée.
Si l’Opac a choisi de poser ces filets, c’est au nom du principe de précaution. Le nombre d’appartements estimés comme présentant des “risques pour la sécurité des habitants” a en effet connu une nette augmentation depuis la fin de l’été. On se souvient que ce sont d’abord les plafonds de deux appartements qui se sont effondrés, fin juillet. Une première expertise réalisée dans la foulée pointait du doigt la nécessité “de recenser immédiatement les appartements dans lesquels les plafonds présentent des défauts visibles à l’œil nu et d’intervenir très rapidement pour effectuer les travaux nécessaires”. Mi-août, le bailleur avait déjà identifié 56 appartements dont les plafonds montraient des traces de fragilité. Après un “sonnage” effectué par le bureau d’études Concrete, mandaté par l’expert nommé par le TGI, le nombre de ces appartements potentiellement à risque passait à 121 ! “Nous préférons ne pas prendre de risques avec les locataires, reprend Stéphane Goupy. Une bonne centaine d’appartements n’apparaissent pas comme dangereux, mais on ne sait jamais.”
Une fois ces filets installés, les locataires qui le souhaitent pourront regagner leurs appartements. Depuis la fin du mois d’août, de nombreux appartements sonnent vides, obligeant l’Opac du Rhône à faire appel à une société de gardiennage pour éviter les vols. 41 ménages ont en effet quitté la résidence. La plupart résident à l’hôtel. Une dizaine d’entre eux a par ailleurs choisi l’hébergement chez des proches. Quant aux demandes de relogement des familles souhaitant quitter Aulagne, elles concernent 52 ménages : six nouveaux baux ont déjà été signés, vingt le seront d’ici à la fin du mois, et 26 familles sont en attente d’une proposition qui leur convient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *